Les Olympiques (7-11-3) ont commencé leur plus long voyage de la saison avec deux victoires à Rimouski et une autre à Charlottetown contre deux des meilleures équipes de la ligue.

Les Olympiques se surprennent eux-mêmes

La dernière fois qu’ils ont croisé le Titan d’Acadie-Bathurst à Gatineau le 27 octobre dernier, les Olympiques étaient en danger de tomber dans la cave du classement de la LHJMQ.

Ils avaient fini par l’emporter 3-2 contre un club qui n’avait toujours pas savouré sa première victoire de la saison. Les deux équipes s’affronteront pour la deuxième et dernière fois de la saison jeudi soir à Bathurst. Cette fois, le Titan (1-13-6) a gagné son premier duel de l’année, mais les Gatinois ont pris leurs distances du dernier rang du circuit Courteau avec une séquence où ils ont amassé 11 points sur une possibilité de 12 à leurs six derniers matches.

Tout un revirement de situation pour un club qui se cherchait il n’y a pas si longtemps. Les Olympiques (7-11-3) ont commencé leur plus long voyage de la saison avec deux victoires à Rimouski et une autre à Charlottetown contre deux des meilleures équipes de la ligue.

« On s’est surpris nous-même après notre deuxième victoire de suite contre l’Océanic », a lancé le capitaine Charles-Antoine Roy en direct de Moncton, là où les Olympiques sont installés pour finir leur voyage au Nouveau-Brunswick.

L’ambiance commençait à être pesante dans le vestiaire des Gatinois après une interminable série de défaites entre la mi-septembre et la mi-octobre. Les Olympiques avaient perdu plusieurs matches serrés durant cette séquence.

Roy dit avoir entendu la grogne des partisans et les sorties maladroites des dirigeants du club dans les médias.

« Ce n’était pas facile. Nous savions qu’il se passait des choses à l’extérieur de patinoire et qu’il y avait beaucoup de commentaires négatifs sur les réseaux sociaux. C’est sûr que nous étions au courant. Avec une jeune équipe, ça peut affecter le moral, mais nous n’en parlions pas dans le vestiaire. Nous avons des joueurs fiers. Nous étions tannés de perdre. Nous voulions améliorer notre sort. Il fallait juste recommencer à travailler. Présentement, toutes les lignes travaillent fort et ça fait la différence », a ajouté Roy, meilleur compteur du club avec 11 buts et 20 points en 21 matches.

Le capitaine a aussi tenu à rendre hommage aux gardiens Rémi Poirier et Creed Jones depuis le début du voyage. « Ils sont très hot en ce moment. Si Rémi et Creed ne sont pas là à Rimouski, le dénouement est différent, c’est sûr. Ils ont fait de gros arrêts dans des moments très importants. Les victoires à Rimouski nous ont donné confiance. Nous voulions poursuivre sur cette lancée à Charlottetown, un club très physique. Nous avons travaillé fort et Rémi a obtenu son premier blanchissage en carrière. »

Charles-Antoine Roy a souligné l’importance de ses deux gardiens, mais il a aussi évoqué quelques retours au jeu pour expliquer la relance des Olympiques.

« David Aebischer est revenu et il a retrouvé son synchronisme maintenant. Pier-Olivier Roy aussi. Et dans le dernier match, Matthew Grouchy a réintégré l’alignement. Nos quatre trios fonctionnent bien. Ils sont mieux équilibrés. »

Face au Titan, les Olympiques seront bien positionnés pour étirer leur séquence victorieuse jeudi soir. Ils se rendront ensuite à Moncton pour y affronter les Wildcats. Troisième équipe au pays, les Wildcats ont été les premiers à tomber devant le Titan la semaine dernière.

Gare au piège !