Les Olympiques tirent de l’arrière 2-0 contre les Voltigeurs.

Les Olympiques rentrent à Gatineau en retard 0-2

La logique a été respectée dans les deux premiers matches de la série de première ronde de la LHJMQ entre les Olympiques de Gatineau (15e place) et les Voltigeurs de Drummondville (2e place).

L’équipe numéro trois au Canada a réussi à gagner les deux premiers matches et va s’amener au centre Robert-Guertin mardi et mercredi avec l’objectif de compléter leur balayage des Gatinois sur leur propre patinoire.

Après une victoire de 4-0 en lever de rideau vendredi, les Voltigeurs se sont imposés par la marque de 4-1 devant plus de 3000 spectateurs au centre Marcel-Dionne samedi soir. Vendredi, Joe Veleno avait inscrit un tour du chapeau. Samedi, les Olympiques ont limité l’espoir des Red Wings de Détroit à une passe, mais c’est Maxime Comtois, l’espoir des Ducks d’Anaheim, qui a pris la relève en comptant trois buts. Deux de ceux-ci ont été préparés par Xavier Simoneau, la fierté de St-André-Avellin.

Comme dans le premier duel, le gardien Rémi Poirier a eu à se signaler plus souvent qu’à son tour. Les locaux ont dominé le match 39-14 au chapitre des tirs. Gregor MacLeod a été l’autre Voltigeur à pouvoir tromper sa vigilance.

Mathieu Bizier a assuré la réplique des Olympiques contre Anthony Morrone. Après deux matches, il a été le seul Olympique à toucher le fond du filet, mais son but avait permis aux Gatinois se s’accrocher à leurs espoirs. Après deux périodes, les puissants Voltigeurs menaient seulement 2-1.

«On aurait pu prendre les devants dans la deuxième période. Nous avons eu quatre échappées, mais nous n’avons jamais pu marquer. Nous avons frappé deux barres horizontales, nous avons frappé l’épaule du gardien une fois et l’autre fois, nous n’avons même pas pu lancer. Ça aurait pu changer l’allure du match», a indiqué l’entraîneur-chef Éric Landry, fier de ses équipiers malgré la défaite.

Les Olympiques ont pu tenir tête à une très bonne équipe de hockey sans l’appui de leur meilleur défenseur.

Ce dernier ne se laissait pas berner par le chiffre des tirs au but (39-14).

«Pour moi, ce n’est pas un bon indicateur du match. Les Voltigeurs prennent des tirs de partout en fonçant ensuite au filet en espérant prendre les retours. Ce n’était pas tous des tirs à bout portant même si le deuxième but de Comtois a été très beau.»

Dans son livre, les Olympiques ont pu tenir tête à une très bonne équipe de hockey sans l’appui de leur meilleur défenseur (Gabriel Bilodeau) et d’un autre vétéran de leur top-4, Chris McQuaid.

«Nous avons essentiellement cinq recrues à la défense avec les absences de Gabriel Bilodeau et de McQuaid. On ne reverra pas McQuaid, mais on garde les doigts croisés pour ravoir Bilodeau mardi. Darien Kielb est notre seul vétéran. J’ai aimé notre match d’aujourd’hui. On se défend bien. On a suivi le plan de match. On était dans le coup, mais leur but en avantage numérique en début de troisième période (pour faire 3-1) est mettre de l’eau sur notre feu, mettons.»

Les Olympiques tirent de l’arrière 2-0 contre les Voltigeurs, mais pourront quand même s’inspirer les Cataractes de Shawinigan, qui ont réussi à gagner un match contre la meilleure équipe au pays 4-3 sur la patinoire des Huskies de Rouyn-Noranda samedi soir. C’est seulement la deuxième fois en 2019 que les champions de la saison régulière perdent un match. L’autre fois, c’était justement contre les Voltigeurs. Si l’équipe #16 de la LHJMQ peut le faire, pourquoi pas l’équipe #15?