Evan MacKinnon célèbre son but en deuxième période contre son ancienne équipe à Rouyn-Noranda.

Les Olympiques récoltent quatre points en Abitibi

À leur deuxième match en deux soirs, les Olympiques de Gatineau n’ont pas joué leur meilleur hockey à Rouyn-Noranda mercredi, mais les équipiers d’Éric Landry ont quand même été capables de s’accrocher pour aller chercher une victoire de 3-2 contre les Huskies à l’aréna Iamgold.

Sans Métis Roelens, suspendu pour un coup de bâton au visage la veille à Val-d’Or, c’est Darick Louis-Jean qui portait le « A » d’assistant-capitaine à l’avant de son chandail. C’est aussi lui qui a fait la différence en marquant le but vainqueur avec quatre minutes à jouer en troisième période. C’était le deuxième but de la saison du défenseur de deuxième saison.

« Je suis content pour lui. Il a travaillé très fort dans ce voyage. Sur son but, il a amené la rondelle au filet sans compliquer les choses et ç’a porté ses fruits. Nous devons aussi une fière chandelle à notre gardien Rémi Poirier », a expliqué Éric Landry après la troisième victoire consécutive de son équipe.

Les Huskies ont dominé la rencontre 32-22 au chapitre des tirs, dont 17-5 dans la période médiane. Les Olympiques (19-27-4) sont sortis de cette période avec une égalité de 2-2.

Le Gatinois Mathieu Gagnon avait ouvert la marque pour les Huskies (24-23-4), mais Olivier Boutin et Evan MacKinnon ont compté deux buts rapides en milieu de période pour donner les devants 2-1 aux visiteurs. Boutin a aussi fourni une passe sur le but de MacKinnon, un ancien choix de première ronde des Huskies.

Oleksii Myklukha a nivelé la marque sur un avantage numérique, mais Rémi Poirier a fermé la porte par la suite même si les locaux l’ont mis à l’épreuve à plusieurs reprises. En troisième période, Adam Capannelli a récolté son deuxième point du match sur le but gagnant de Louis-Jean contre le gardien Zachary Émond. « Il a connu un très fort voyage. Olivier Boutin aussi. Les comparatifs avec Alexandre Carrier existent depuis que nous l’avons recruté l’an dernier. Ils se ressemblent étrangement au même âge. Olivier sera bon longtemps pour notre équipe », a ajouté Landry.

Ce dernier est convaincu que les Huskies avaient eu droit à un discours enflammé de leur entraîneur Mario Pouliot après une première période sans but.

« Nous avions joué la veille. Nous avions donc bien amorcé le match, mais je pense que Mario [Pouliot] a fait un gros speach entre les périodes parce qu’ils ont joué bien différemment en deuxième période. Ils nous ont mis beaucoup de pression. Nous avons eu de la misère avec ça. En troisième, nous étions beaucoup mieux. Nous sommes revenus à nos bonnes habitudes en simplifiant nos jeux, en gagnant plus de batailles et en obtenant plus de temps de possession de rondelle. »

Avec ce gain, les Olympiques ont devancé les Mooseheads de Halifax par deux points au 16e rang du classement de la LHJMQ. Ils auront deux jours pour se reposer avant la venue de l’Océanic de Rimouski et d’Alexis Lafrenière samedi et dimanche.