Alex Breton a craint le pire lorsqu’il a été blessé samedi à Halifax, mais le défenseur de 20 ans assure qu’il n’a pas joué son dernier match dans l’uniforme des Olympiques.

Les Olympiques privés de leur capitaine

De mauvais souvenirs sont venus hanter Alex Breton quand il a été incapable de se relever à la suite d’une collision avec Raphaël Lavoie à la fin du match des Olympiques à Halifax samedi.

L’an dernier, le vétéran défenseur s’était blessé à une cheville dans l’avant-dernier match de la saison régulière et il était revenu au jeu pour le quatrième match des séries éliminatoires, mais seulement à 60 % de ses capacités.

Le verdict n’est pas encore tombé sur la nature exacte de sa nouvelle blessure au bas du corps, mais au moins, il semble que le capitaine des Olympiques pourra revêtir l’uniforme gatinois à nouveau avant la fin de sa carrière junior.

« Sur le coup, j’ai pensé au pire. J’ai pensé à ma blessure de fin de saison l’an dernier, mais ça faisait tellement mal que j’ai eu peur que ma saison soit finie cette fois. Ce n’était pas plaisant comme sensation. La bonne nouvelle, c’est que ça va mieux maintenant et que j’ai encore trois semaines pour guérir. L’année dernière, je n’avais pas eu de temps », a dit celui qui était revenu au jeu en jouant « sur une jambe » après seulement 11 jours d’absence le printemps dernier.

Les Olympiques auront un diagnostic plus précis mardi, mais il est clair pour eux que leur deuxième meilleur marqueur va rater au moins deux semaines d’action. Probablement davantage.

« C’est vraiment dommage, souligne l’entraîneur-chef Éric Landry. Alex est notre capitaine. Notre joueur qui passe le plus de temps sur la glace. C’est lui qui mène par l’exemple et qui veut faire la différence. Nous sommes impliqués dans une course de positionnement au classement. C’est un coup dur à encaisser, mais nous allons continuer de nous battre. Ce genre d’épreuve, ça forme le caractère ! »

L’accrochage avec l’imposant attaquant des Mooseheads est survenu dans une bataille à un contre un à la fin du troisième match en 48 heures des Olympiques dans les Maritimes. C’est une situation où les joueurs sont plus vulnérables aux blessures.

« Le troisième match d’une série de trois fait toujours peur. Quand les joueurs sont fatigués, ils commencent à faire des erreurs mentales et ne prennent pas toujours les meilleures décisions. Ils tombent plus souvent aussi. C’est officiel », avance Landry.

Alex Breton a été un véritable cheval à la ligne bleue gatinoise cette saison. Ses neuf buts et 40 points en 58 matches sont des sommets personnels et sa blessure l’empêchera d’atteindre certains plateaux qu’il avait en tête.

« J’aurais aimé atteindre le cap des 10 buts et 50 points. Je jouais avec beaucoup de confiance. Je vais sûrement manquer de temps. Je ne sais pas quand je vais pouvoir revenir, mais ma saison n’est pas finie. Le timing est mieux que l’an dernier. J’ai plus de temps pour récupérer », a dit celui qui s’est blessé en frappant la bande à la suite de son accrochage avec Raphaël Lavoie.

La semaine de Joly
Lui-même revenu d’une blessure, le Gatinois D’Artagnan Joly a repris là où il avait laissé en inscrivant cinq buts et neuf points à ses trois derniers matches pour recevoir la première étoile de la semaine dans la LHJMQ. L’attaquant du Drakkar de Baie-Comeau a devancé Otto Somppi (Halifax) et Benjamin Gagné (Québec) pour le titre de la semaine. Joly a récolté des points à ses sept derniers matches.