«Il y a de bonnes chances que nous affrontions un club des Maritimes au premier tour des séries. C'est une belle chance de montrer ce qu'on peut faire là-bas», affirme Vincent Dunn.

Les Olympiques ont le vent dans les voiles

Signe que les séries éliminatoires approchent dans la LHJMQ, les Olympiques de Gatineau ont pris la route des Maritimes hier matin pour leur dernière longue tournée de la saison.
Des arrêts à Saint-Jean, Halifax et sur l'île du Cap-Breton sont au programme. Forts d'une séquence active de sept matches (5-0-2) sans défaite en temps réglementaire, les Olympiques ont le vent dans les voiles pour cette ballade du côté de l'Atlantique.
Beaucoup de choses semblent avoir changé depuis leur revers de 6-2 contre les Remparts de Québec le 23 janvier. Pour le Gatinois Simon Tardif-Richard, qui vient de mettre fin à une série de cinq matches avec un but, il est clair que l'équipe est maintenant en pleine période de rodage aux séries éliminatoires.
«Le système de jeu que nous pratiquons pendant les entraînements, nous le mettons enfin en application dans les matches. Ça commence à rentrer. Nous respectons le plan de match. Tous les joueurs de l'équipe comprennent et acceptent maintenant leurs rôles.»
Encouragements 
Même s'il lui reste un match de suspension à purger ce soir contre les Sea Dogs de Saint-Jean, Vincent Dunn est également du voyage dans l'est du Canada. Il a avancé que son équipe avait commencé à aborder ses matches comme ceux des séries, mais il a ajouté un autre facteur non négligeable pour expliquer l'heureuse séquence.
«Je dirais que notre coach commence à nous encourager davantage. Sur le banc, il lui est arrivé de nous donner des tapes dans la main après un gros but. Il y a aussi plus d'encouragements entre les joueurs sur le banc. Nous avons participé à quelques activités d'équipe récemment. Je crois que ça aide à créer une bonne chimie entre nous. Nous sommes plus unis et ça paraît sur la patinoire.»
Les Olympiques ont disputé quelques-uns de leurs meilleurs matches de la saison contre des adversaires coriaces au cours des deux dernières semaines. Ils devront toutefois se méfier dans leur prochaine série de trois matches. Halifax fait partie de l'élite de la ligue, mais les Sea Dogs occupent le dernier rang de leur division et les Gatinois n'ont fait qu'une bouchée des Screaming Eagles vendredi dernier.
Avec un classement aussi serré entre les 10 équipes de tête, tous les points sont cruciaux. Les Olympiques voudront éviter de tomber dans le piège de l'excès de confiance.
«Dernièrement, nous abordons nos matches un à la fois. Il faut oublier que nous allons jouer contre deux clubs de la deuxième moitié du classement. Nous n'avons pas baissé notre garde contre Sherbrooke la semaine dernière. Il faut continuer comme ça», a expliqué Simon Tardif-Richard.
Vincent Dunn, lui, reviendra au jeu demain soir à Halifax. La dernière fois qu'il avait purgé une suspension, il avait repris l'action contre le Drakkar de Baie-Comeau.
«On dirait que c'est arrangé pour que je revienne contre de gros clubs! J'aurais aimé jouer contre les Huskies dimanche. C'était un match physique comme je les aime. Quand j'étais à Val-d'Or, la rivalité entre les deux clubs était intense. Ce match aurait été parfait pour Derek Sheppard et moi, mais d'autres joueurs ont profité de leur opportunité de nous remplacer. Marc Beckstead a laissé tomber les gants. Émile Poirier s'est impliqué physiquement tout comme Marc-Olivier Crevier-Morin qui a connu un gros match. C'est bon signe de nous voir jouer comme ça avant les séries.»
Dunn a ajouté que les Olympiques veulent gagner sur la route cette semaine. «Il y a de bonnes chances que nous affrontions un club des Maritimes au premier tour des séries. C'est une belle chance de montrer ce qu'on peut faire là-bas.»