Malgré les 40 tirs dirigés vers le gardien adverse, les Olympiques n'ont marqué qu'un seul but dans la défaite.

Les Olympiques, nouvelles victimes du Phoenix

SHERBROOKE - Grâce à un Evan Fitzpatrick en plein contrôle de ses moyens, le Phoenix a enregistré un septième gain en huit matches vendredi soir au Palais des sports. La victime cette fois ? Les Olympiques de Gatineau, qui affrontaient leur bête noire cette saison.
Après avoir été victime d'un passage à vide, le gardien des Oiseaux connait une intéressante séquence. Une fois de plus, Fitzpatrick s'est montré brillant en bloquant 39 des 40 tirs dirigés vers lui dans une victoire de 5 à 1. 
« Je me sens très bien depuis quelques matches, a souligné la première étoile de la partie. J'étais un peu ébranlé après avoir accordé un premier but tôt dans le match, mais je me suis bien ressaisi et mes coéquipiers ont ensuite marqué des buts très importants. On joue bien dernièrement et on connait du succès contre les Olympiques cette saison. » 
 « Evan Fitzpatrick a disputé tout un match en menant son équipe vers la victoire, a admis le pilote des Olympiques, Mario Duhamel. On a tout de même lancé 40 fois. C'est très bon pour un match sur la route, mais on n'a marqué qu'un seul but. »
Départ canon pour le Phoenix
Zach MacEwen a été le premier et le seul à faire bouger les cordages pour Gatineau grâce à un tir de la ligne bleue lors d'un avantage numérique.
Hugo Roy a aussitôt répliqué en faisant dévier un lancer de Carl Neill plus tard en première période et le Phoenix a tout simplement bombardé Mathieu Bellemare par la suite.
Au deuxième vingt, Marek Zachar, Chase Harwell et Carl Neill ont permis au Phoenix de compter trois buts en moins de quatre minutes : 4-1 Phoenix.
« Le tournant du match est probablement l'arrêt contre Alex Dostie lorsqu'on a accordé une échappée en désavantage numérique peu avant le but de Neill, estime pour sa part l'entraîneur Stéphane Julien. Si les Olympiques avaient marqué, la partie aurait été bien différente. »
Félix Robert a enfoncé le dernier clou dans le cercueil des Olympiques alors que les Oiseaux profitaient une fois de plus de l'avantage d'un homme. 
« Les unités spéciales ont fait la différence, a observé Duhamel. Le Phoenix a profité de trois de ses cinq supériorités numériques. De notre côté, on a marqué une fois. Ce n'est pas suffisant. »
Notons que Bellemare a cédé sa place à Tristan Bérubé au deuxième tiers. Bérubé a cédé à une seule reprise.
La force du groupe
Selon Stéphane Julien, le secret des récents succès du Phoenix repose sur la chimie retrouvée au sein de son équipe.
« On a perdu beaucoup de joueurs dans les derniers mois. À un certain moment, il en manquait dix. Les gars ont resserré leurs liens même si on a rappelé de nombreux joueurs. On est allés chercher de gros points récemment et ensemble, on peut faire de grandes choses malgré l'absence de certains joueurs. »
« Après notre mauvaise séquence, les entraîneurs ont gardé confiance en nous et on n'a jamais lâché, précise Vincent Lampron, qui a obtenu deux mentions d'aide dans la victoire. Evan joue du bon hockey et il sort lui aussi d'une passe plus difficile. À l'image de l'équipe, il s'est bien relevé de tout ça. »