Alexis Pépin.

Les Olympiques n'ont pas fait de vagues

Voltigeurs, Foreurs, Huskies et Armada. Voilà quatre adversaires tenaces de la division des Olympiques de Gatineau qui ont ajouté des joueurs d'expérience à la date limite des transactions dans la LHJMQ hier.
Les trois premiers ont mis le paquet pour améliorer leurs formations pour les derniers mois de la saison. Les Olympiques, eux, ont bonifié leur alignement à prix modiques. Benoît Groulx n'a pas fait de grand coup d'éclat pour aider son équipe à court terme hier.
Après avoir acquis les services de Frank Schumacher, Deverick Ottereyes et Adam Stevens en décembre, l'entraîneur-chef et directeur général des Gatinois est allé arracher un jeune espoir des Islanders de Charlottetown contre des choix de première ronde 2014 et 2015 ainsi que Curtis Scales, un espoir de 16 ans repêché en huitième ronde l'été dernier.
Selon Groulx, l'échange ne serait pas final. «C'est compliqué un peu», s'est-il contenté de dire.
Ce dernier s'est dit «excité» de l'acquisition d'Alexis Pépin, un attaquant en puissance de 17 ans qui avait été le deuxième joueur sélectionné au repêchage de 2012, deux rangs devant Alexandre Carrier. Les deux ont d'ailleurs été coéquipiers avec l'équipe canadienne des moins de 18 ans médaillée d'or au Défi Ivan Hlinka l'été dernier.
Éviter les enchères
Pépin peut évoluer aux trois positions. Il a un gabarit impressionnant à 6'2» et 220livres. Il a connu une bonne saison avec 18 buts et 30 points en 64 parties à l'âge de 16 ans. Il a cependant eu de la difficulté à se mettre en marche cette saison avec huit buts et 17 points en 37 matches.
«Nous pensons qu'il est un des meilleurs joueurs de la ligue dans son groupe d'âge. C'est un bon jeune joueur d'impact de 17 ans qui a un très bon gabarit et qui possède un excellent tir. C'était un joueur que nous avions ciblé depuis longtemps. Les prix sur le marché étaient élevés. Nous étions prêts à sacrifier un choix de première ronde pourvu que le joueur reste chez nous pendant plus qu'une saison.»
Groulx a ajouté que Pépin avait peut-être pris son entraînement estival à la légère. «Il n'a pas eu un bon été d'entraînement. Ça démontre un manque de maturité, mais il a corrigé le tir. J'ai bon espoir qu'il pourra se relancer chez nous.»
Steeves
Les Olympiques n'ont pas fait d'autres vagues hier. François Brassard, un gardien qui aurait pu être dans leur mire, est resté à Québec. Benoît Groulx a indiqué qu'il n'a jamais vraiment essayé de remplacer Robert Steeves, un vétéran de 20 ans qui traverse une période difficile devant son filet.
«Les gardiens n'ont jamais vraiment fait partie des discussions. Un dg m'a approché pour m'offrir son gardien contre deux choix de première ronde. J'ai dit merci. Robert est la raison principale de notre présence en deuxième ronde des séries l'an dernier. Sans lui, on ne gagnait pas contre Rimouski. Il a offert des performances inquiétantes dernièrement, mais Ryan Mior, Maxime Clermont, Éric Lafrance et David Tremblay sont aussi passés par là avant d'être solides en séries. Robert était notre homme de confiance l'an dernier. Nous avons confiance qu'il va s'en sortir.»
Selon Groulx, la dernière période des transactions a permis à son équipe de s'améliorer. «Nous sommes plus gros. Nous serons meilleurs sur les unités spéciales et nous avons un bon jeune qui fera éventuellement partie de notre top-6. Nous avons aussi gardé deux choix de première ronde: ceux de Chicoutimi et Charlottetown. Ils devraient nous permettre de repêcher deux joueurs dans les six premiers l'été prochain. Neuf équipes font partie du groupe de tête de la ligue. Je crois que nous y resterons.»
jfplante@ledroit.com