Les Olympiques de Gatineau ont seulement été en mesure de diriger 14 tirs en direction du filet d’Anthony Morrone, samedi à Drummondville, mais l’entraîneur-chef Éric Landry est optimiste alors que la série se transporte à Gatineau. « Nous n’aurons pas à être aussi conservateurs que sur la route », dit-il.

Les Olympiques inspirés par les Cataractes

Incapables de marquer plus qu’un but dans leurs deux premiers duels contre les Voltigeurs à Drummondville, les Olympiques de Gatineau sont rentrés à la maison avec un retard de 0-2 dans leur série de première ronde de la LHJMQ, mais ils pourront s’inspirer des Cataractes de Shawinigan pour se convaincre qu’ils peuvent renverser des géants du circuit Courteau.

Samedi, les Cataractes ont causé la surprise de la soirée en devenant la première équipe de 16e position à gagner un match éliminatoire depuis 2008. Face aux champions de la saison régulière de la LHJMQ, les clubs de 16e position avaient perdu leurs 40 derniers matches.

Détenteurs du 15e rang cette saison, les Olympiques peuvent certainement espérer soutirer au moins un match aux Voltigeurs, deuxièmes au classement.

« Absolument, a répondu l’entraîneur-chef Éric Landry après avoir encaissé un revers de 4-1 à Drummondville samedi. Dans les séries, une victoire ou une défaite ne tient pas à grand-chose. Suffit d’un gardien qui fait de gros arrêts comme pour Shawinigan à Rouyn-Noranda. Malgré plusieurs lancers des Huskies, d’autres facteurs sont aussi tombés en faveur des Cataractes. »

Ailleurs dans le circuit Courteau, les Remparts de Québec ont aussi pris les devants 2-0 dans leur série contre les Mooseheads de Halifax, l’équipe la mieux classée de la conférence de l’Est.

Tout est donc possible en séries.

« Il faut rester concentré pendant 60 minutes et faire les ajustements nécessaires. J’ai senti que nous étions mieux dans notre deuxième match qu’à notre premier. Nous rentrons à Guertin où nous avons gagné deux matches sur trois contre les Voltigeurs cette saison. Nous jouerons devant nos partisans. Nous aurons le dernier changement. Nous n’aurons pas à être aussi conservateurs que sur la route. Il faudra en tirer profit », a ajouté Landry.

Les prochains matches seront présentés au « Vieux Bob » mardi et mercredi. Landry espère que sa troupe sera plus opportuniste qu’à Drummondville samedi.

« On aurait pu prendre les devants dans la deuxième période. Nous avons eu quatre échappées, mais nous n’avons jamais pu marquer. Ça aurait pu changer l’allure du match », a indiqué Landry.

Ce dernier ne se laissait pas berner par le chiffre des tirs au but (39-14).

« Pour moi, ce n’est pas un bon indicateur du match. Les Voltigeurs prennent des tirs de partout en fonçant ensuite au filet en espérant prendre les retours. Ce n’était pas tous des tirs à bout portant même si le deuxième but de Comtois a été très beau. »

Dans son livre, les Olympiques ont pu tenir tête à une très bonne équipe de hockey sans l’appui de leur meilleur défenseur et d’un autre vétéran de leur top-4, Chris McQuaid.

« Nous avons essentiellement cinq recrues à la défense avec les absences de Gabriel Bilodeau et de McQuaid. On ne reverra pas McQuaid, mais on garde les doigts croisés pour ravoir Bilodeau mardi. »

Maxime Comtois, l’espoir des Ducks d’Anaheim, a compté trois buts samedi. Deux de ceux-ci ont été préparés par Xavier Simoneau, la fierté de Saint-André-Avellin.

Rémi Poirier a aussi cédé devant Gregor MacLeod. Mathieu Bizier a assuré la réplique des Olympiques contre Anthony Morrone.

+
AILLEURS DANS LA LHJMQ

Groulx a la mononucléose

Les séries éliminatoires des Mooseheads de Halifax ont mal débuté avec deux défaites consécutives à la maison contre les Remparts de Québec. Les hôtes du prochain tournoi de la coupe Memorial avaient déjà encaissé une mauvaise nouvelle avant même leur premier match quand le Gatinois Benoît-Olivier Groulx a été diagnostiqué avec le virus de la mononucléose. Le premier choix du repêchage de 2016 avait été le deuxième meilleur compteur des Mooseheads cette saison avec 80 points en 65 matches. La période de rémission de ce virus est généralement assez longue et varie d’un à trois mois. Le tournoi de la coupe Memorial sera disputé plus tard en mai, mais d’ici là, les Mooseheads ont une côte abrupte à remonter avec leurs trois prochains matches à Québec dans une série du format 2-3-2. Samedi, ils étaient aussi privés de leur meilleur compteur. Samuel Asselin avait été suspendu un match. Au moins, la troupe d’Éric Veilleux a pu compter sur le retour de l’ancien des Olympiques, Maxim Trépanier. Blessé à la tête, il n’a disputé que neuf matches depuis son échange à Halifax. Il a inscrit un but et une passe dans un revers de 5-4 en prolongation à son retour au jeu.

Joly tranche en 4e prolongation

À Rimouski, le Gatinois D’Artagnan Joly a rappelé de beaux souvenirs aux partisans de l’Océanic en inscrivant le but de la victoire en quatrième période de prolongation samedi soir au Colisée Financière Sun Life. Joly a mis fin au troisième plus long match de l’histoire de la LHJMQ en marquant sur le 83e tir de l’Océanic sur le gardien Alexis Shank. Les locaux ont ainsi augmenté leur avance dans la série contre les Saguenéens de Chicoutimi à 2-0 avec ce gain de 4-3. Le match a duré 5 heures et 27 minutes. Colten Ellis, le gardien de Rimouski, a affronté 55 tirs. En 2015, Michaël Joly, frère de D’Artagnan, avait aussi marqué un but historique en deuxième période de prolongation pour donner la coupe du Président à l’Océanic dans le septième match de la finale contre les Remparts de Québec. Ce printemps, l’Océanic a gagné ses deux premiers duels contre les Saguenéens en prolongation. Le Gatinois Hendrix Lapierre, 16 ans, a récolté un but et deux passes pour les Saguenéens dans les deux premiers matches.