L'entraîneur-chef des Olympiques, Éric Landry

Les Olympiques enfin récompensés pour leurs efforts

Le soulagement était palpable dans le vestiaire des Olympiques de Gatineau après une victoire surprise contre une puissance du circuit Courteau mardi soir.

L’équipe en reconstruction avait perdu ses sept matches précédents, mais elle aurait mérité quelques points durant cette séquence. Parfois, ce n’était qu’une erreur qui occasionnait la perte de points au classement. Avec un jeune club, ces erreurs surviennent souvent en troisième période contre les clubs expérimentés.

Malgré une erreur de fin de match, les Olympiques ont pu se ressaisir en prolongation face aux Voltigeurs. L’entraîneur-chef Éric Landry disait avoir senti ses équipiers en contrôle de la situation.

« On n’avait pas la rondelle souvent. On s’y attendait, mais on a tenu l’autre club à l’extérieur. On a joué avec émotion. »

Les Gatinois ont amassé deux points en étant l’équipe dominée, mais d’ici deux ans, si tout va bien, ce sont eux qui domineront leurs adversaires.

« Le côté positif dans tout ça, c’est que des joueurs de 16, 17 et 18 ans comme Pier-Olivier Roy, Mathieu Bizier et Métis Roelens jouent contre les meilleurs trios adverses. Ça peut juste être bon pour l’avenir. Nous devrions avoir ce trio-là pendant deux ans et demi. Ces gars-là tiennent déjà leur bout. Nos autres trios devraient aussi être avec nous longtemps », a indiqué Landry.

Ce dernier a vu son équipe souffrir depuis trois semaines. Elle travaillait fort. Elle arrivait à rester dans le coup dans bien des matches à part quelques exceptions. Malheureusement, ceux-ci finissaient par basculer du côté de leurs adversaires.

« Le millage que nous offrons à nos jeunes cette année va faire en sorte qu’ils n’auront pas à se taper tout cet apprentissage l’an prochain. Dans un club expérimenté, ils n’auraient pas cette même chance. »

Même s’ils ont vidé leur club aux Fêtes, les Olympiques se retrouvent malgré tout en bonne position pour les séries éliminatoires.

Comme ils font partie de la conférence la plus faible de la LHJMQ, les Gatinois ont encore une chance de prendre le quatrième rang et d’avoir l’avantage de la glace au premier tour des séries.

Il s’agirait d’un exploit paradoxal dans une année de reconstruction. Les Olympiques se battent avec les Tigres de Victoriaville, l’Armada de Blainville-Boisbriand et les Foreurs de Val-d’Or pour terminer au quatrième ou cinquième rang afin d’éviter un affrontement contre Rouyn-Noranda et Drummondville en première ronde.

Une quatrième ou cinquième place accorderait donc une bonne chance à un club en reconstruction de gagner une ronde des séries.

« Nous visons le meilleur classement possible pour nous donner une chance de prendre de l’expérience dans les séries. Faire plus qu’une ronde des séries dans une année où nous avons fait un virage jeunesse aurait une valeur inestimable pour notre équipe dès l’an prochain », a reconnu Landry.