Le capitaine des Olympiques Charles-Antoine Roy a compté un but dans la défaite de 8-4 contre Saint-Jean, mais sur cette séquence, il a été arrêté par le gardien des Sea Dogs Noah Patenaude sur un tir de punition en deuxième période.

Les Olympiques en chute libre

La descente aux enfers des Olympiques de Gatineau s’est poursuivie mercredi soir.

Alors qu’ils espéraient profiter de la visite d’un club à leur portée, les Sea Dogs de Saint-Jean, au centre Robert-Guertin, pour secouer une léthargie collective, ils ont plutôt encaissé un septième revers consécutif, 8-4 devant une petite foule de 1543 amateurs frustrés.

Les choses avaient pourtant bien commencé pour la troupe de l’entraîneur Éric Landry, qui a compté sur ses deux premiers lancers et trois de ses quatre premiers.

Le gardien des visiteurs Noah Patenaude était alors bien chancelant, mais son vis-à-vis des Olympiques, Rémi Poirier, a eu tout autant de difficultés.

Les Sea Dogs ont profité de deux supériorités numériques pour créer l’égalité, et après que Pier-Olivier Roy et Nicolas Guay se soient échangé des buts pour clore un premier vingt explosif, Poirier a été chassé du match quand un autre Poirier, Jérémie, l’a déjoué entre les jambières en début de deuxième.

Creed Jones s’est amené en relève et il a été laissé à lui-même sur les trois buts suivants des Sea Dogs.

Mais auparavant, le capitaine des Olympiques Charles-Antoine Roy a raté une chance de faire tourner le vent dans cette rencontre quand il a été arrêté par Patenaude sur un tir de punition,

« C’est frustrant comme match avec les buts qu’ils ont enchaînés, alors qu’on avait bien commencé avec deux buts en partant, a souligné Roy après le match. La deuxième période a fait la différence, en troisième, on avait des chances de marquer, on générait de l’offensive. Il fallait trouver un moyen de gagner ce match-là. Il fallait que je la mette ‘dedans’ sur le tir de punition, le match aurait été égal à ce moment-là. Je me sens un peu mal pour ça. »

Roy a compté en début de troisième pour redonner espoir d’un retour aux locaux, mais ça s’est arrêté là, Patenaude l’arrêtant notamment sur une échappée un peu plus tard. Maxim Cejkovic a scellé l’issue du match dans un filet désert, alors que les autres buts des siens ont été l’œuvre de Josh Lawrence, Dawson Stairs, Kale McCallum, Alex Drover et Matt Gould.

Rémi Poirier a alloué quatre buts sur 17 lancers, alors que Jones en a concédé trois sur 12 tirs.

Éric Landry n’était évidemment pas trop content de la sortie de ses hommes devant leurs partisans.

« D’entrée de jeu, on a été opportunistes pour prendre l’avance de bonne heure, mais tu voyais qu’on jouait sur les talons en première et en deuxième. Nous avons écopé de punitions, certaines étaient discutables, et ils en ont profité pour revenir dans le match et ils ont pris confiance alors qu’on jouait encore plus sur les talons, a-t-il analysé. Les gars n’ont vraiment pas eu une bonne game. L’énergie d’équipe, l’investissement dans les batailles à un contre un n’étaient pas là. C’était pourtant une grosse partie, on avait dit aux joueurs de se préparer alors que Saint-Jean était sur une bonne lancée avant de venir ici, après un changement d’entraîneur. On a aussi encore été incapable de marquer le gros but au bon moment, comme sur le tir de punition. »

Les Sea Dogs (13-16-1-0) remportaient une deuxième victoire consécutive, alors que les Olympiques (7-18-3-0) s’enlisent au dernier rang de l’association Ouest, au 17e rang du classement général.

Ils auront maintenant un gros défi devant eux en fin de semaine avec une série aller-retour contre les 67’s d’Ottawa, club de tête de la LHOntario, alors que les deux voisins se disputeront la coupe Alexandra dans une nouvelle édition de la Bataille de la rivière des Outaouais. Les hommes d’André Tourigny seront à Gatineau vendredi soir et les deux rivaux en découdront ensuite dimanche à l’aréna de la Place TD.