Les Voltigeurs se sont imposés face aux Olympiques vendredi soir en signant un gain de 6-1.

Les Olympiques éliminés en cinq par les Voltigeurs

DRUMMONDVILLE — Ils ont offert le meilleur d’eux-mêmes. Ils ont lutté jusqu’à la fin, mais alors qu’ils étaient déjà privés de trois de leurs quatre meilleurs défenseurs, les Olympiques ont perdu deux autres soldats dans la première période du cinquième match de leur série contre les Voltigeurs à Drummondville vendredi.

Iaroslav Likhachev et Émile Hegarty-Aubin sont allés rejoindre Gabriel Bilodeau, Darien Kielb et Chris McQuaid dans les gradins du centre Marcel-Dionne. Il y a des limites à affronter une puissance de la LHJMQ avec un alignement aussi décimé. Malgré ce net désavantage face à une équipe expérimentée et construite pour gagner la coupe du Président ce printemps, les Gatinois ont fait amende honorable en gardant le match serré pendant deux périodes, mais les Voltigeurs ont explosé avec quatre buts en cinq minutes au début de la troisième période pour l’emporter 6-1 et ainsi expédier les visiteurs en vacances.

Devant 2830 spectateurs en liesse, les Voltigeurs ont enlevé cette série en cinq matches. Les Olympiques subissent ainsi une élimination au premier tour des séries du circuit Courteau dans un troisième printemps consécutif, une première dans la riche histoire de la franchise.

Dans une saison de reconstruction sans précédent où ils ont presque tout liquidé ce qu’ils avaient de valeur sur le marché des transactions, ils ont maintenu une fiche de 10-25-2, séries incluses, à partir de janvier. Toutefois, la souffrance achève. Le meilleur reste à venir pour cette jeune équipe qui a acquis de l’expérience inestimable contre l’une des meilleures formations de hockey junior au Canada.

Éric Landry demeurait fier de ses joueurs après la défaite fatale.

«Notre tâche s’est compliquée quand nous sommes tombés à 10 attaquants en première période. Nous voulions nous assurer d’avoir de l’énergie pendant tout le match, mais nous avons commencé à en manquer dans les deux dernières périodes.»

Les Voltigeurs ont dominé le match 48-12 au chapitre des tirs. Rémy Anglehart et Gregor MacLeod ont finalement déjoué Rémi Poirier en deuxième période.

MacLeod, Maxime Comtois, Joe Veleno et Nicolas Guay ont ajouté les autres buts dans le dernier tiers.

Giordano Finoro a été le seul à déjouer Anthony Morrone pour ramener momentanément le score à 3-1 au début du dernier vingt.

Éric Landry était aussi déçu de voir un but de Kieran Craig être annulé en deuxième période pour un bâton jugé trop élevé alors que la reprise semblait démontrer le contraire. Ce but aurait ramené les deux clubs à 1-1.

«Nous avions un bon match jusque là. C’est dommage.»

Dans le camp vainqueur, Xavier Simoneau a été un homme marqué dans le dernier duel. Le joueur de la Petite-Nation a inscrit un point, mais il a aussi purgé deux punitions en plus d’être impliqué dans un combat avec André Simard en fin de match.

«Je n’ai pas aimé mon match. Ça ne s’est pas passé comme je le voulais. J’ai mis mon équipe dans le trouble en première période. Ce n’était pas le plan de match, mais on s’est parlé entre les périodes et on est revenu à ce plan pour prendre le dessus. On s’est fait prendre à notre propre jeu dans les matches à Gatineau. On a été indiscipliné. Ç’a donné de l’adrénaline aux Olympiques. À cinq contre cinq, nous sommes bien plus dangereux. Ça n’a pas été facile. Les Olympiques travaillent fort. Ils jouent dur même s’ils sont jeunes. Rémi (Poirier) a fait de gros arrêts.»

Les Olympiques éliminés, Éric Landry a tenu à souligner l’acharnement de ses joueurs contre un club plus fort que le sien.

«Ils n’ont jamais lâché une seconde. Ils ont cru en eux. J’aurais aimé avoir mon club au complet pour affronter les Voltigeurs. Nos joueurs ont appris à se faire confiance dans cette série. Ils prenaient de meilleures décisions et ils avaient plus d’audace.»

+

Rémi Poirier a encore connu un match où il a réalisé plus de 40 arrêts, mais il a été déjoué sur ce tir de Joe Veleno en troisième période. Le choix de première ronde des Red Wings de Détroit a récolté trois points dans la victoire de 6-1 des Voltigeurs.

GIORDANO FINORO INCONSOLABLE APRÈS L'ÉLIMINATION DE OLYMPIQUES

DRUMMONDVILLE — Il avait la lourde tâche d’être le seul joueur de 20 ans des Olympiques dans une série contre un adversaire beaucoup plus expérimenté.

Giordano Finoro a marqué le dernier but de la saison des Gatinois vendredi soir à Drummondville, mais il demeurait inconsolable après avoir réalisé que sa carrière junior venait de prendre fin. Il n’a pas arrêté de sécher ses larmes dans les minutes qui ont suivi le revers fatidique de son club.

«Ça me frappe d’un seul coup, toutes mes années d’efforts, toutes les émotions que j’ai vécues en jouant au hockey. J’ai de la misère à croire que c’est terminé. Je suis content d’avoir compté à mon dernier match junior en carrière, mais j’aurais aimé le marquer dans des circonstances différentes.»

Finoro s’est ennuyé de Gabriel Bilodeau, son seul partenaire de 20 ans, dans cette série. Ce dernier était blessé à un genou et n’aurait pas pu jouer avant une deuxième ronde. Darien Kielb, le seul autre vétéran de la brigade défensive, aurait pu jouer dans un sixième match à Guertin dimanche. Finalement, il ne souffrait pas d’un viru. Il suivait plutôt le protocole des commotions cérébrales. Les saisons de Chris McQuaid et Creed Jones étaient déjà terminées avant que la série commence alors que Iaroslav Likhachev et Émile Hegarty-Aubin ont aussi été blessés sérieusement vendredi soir. 

Il commençait à manquer de soldat dans l’armée olympienne et Finoro avait l’impression de se battre sur une pente ascendante.

«Le défi était énorme, mais je dois lever mon chapeau à nos jeunes joueurs. Je n’aurais pas pu demander mieux de leur part. Ils se sont tenus. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient. Je suis très fier d’eux.»

Joueur d’avenir des Olympiques, Mathieu Bizier éprouvait de l’empathie pour Finoro tout en se consolant en passant aux prochaines années.

«Nous venons de terminer une année difficile, mais nous bâtissons pour l’avenir. C’est dur de voir les carrières de Bilodeau et Finoro prendre fin. Ils ont donné leur coeur à cette équipe, mais les jeunes ont acquis de l’expérience en se mesurant à une équipe difficile à affronter et en suivant le plan de match.»