Le défenseur des Olympiques, Mickaël Beauregard, célébrant après avoir marqué un but pour les siens au milieu de la première période, hier, au Centre Robert-Guertin.

Les Olympiques doublent le Phoenix 8-4

Dans un match où les quatre gardiens en uniforme ont vu de l'action, il était devenu évident que le meilleur de groupe allait donner une chance à son équipe de gagner hier soir au centre Robert-Guertin.
Il a été le moins occupé des quatre, mais Anthony Brodeur n'a jamais cédé devant 10 lancers. Pour aider sa cause, c'est une superbe bombe qu'il a expédiée à Émile Poirier pendant un mauvais changement de trio au banc du Phoenix de Sherbrooke qui a mené au but vainqueur des Olympiques de Gatineau.
La passe de Brodeur a permis à Poirier de s'échapper à trois contre zéro! Habilement, le franc-tireur gatinois a déjoué Francis Lavallée pour briser une égalité de 4-4. Le Phoenix, qui avait pris les devants 4-2 en début de deuxième période pour chasser le gardien Robert Steeves, a vu les Olympiques marquer six buts sans riposte.
Les locaux ont ainsi disposé des Sherbrookois au compte de 8-4.
«C'est une passe comme Anthony aime les faire dans les entraînements. Il tient ça de son père, il faut croire. Quand j'ai vu le changement de trio du Phoenix, j'ai su qu'Anthony était capable de m'envoyer la rondelle sur la palette. C'était une passe incroyable», a dit celui qui a souligné la signature de son premier contrat dans la LNH en inscrivant un tour du chapeau.
Chaque fois, Poirier a compté en échappée.
Les visiteurs n'ont pas été en mesure de profiter de la générosité du gardien Robert Steeves, qui a cédé quatre fois sur 12 tirs en 31 minutes de jeu. Le gardien de 20 ans n'a pas complété quatre de ses six derniers départs. Jean-François Plante, Simon Desbiens, Daniel Audette et Mitchell Lundholm ont réussi à le déjouer pour forcer la rentrée de Brodeur.
L'entraîneur Éric Landry a tenté de protéger son vétéran du mieux qu'il pouvait après la rencontre.
«Il n'y pouvait pas grand-chose sur les deux premiers buts et ils ont marqué leur troisième but de l'enclave. C'était trois très bonnes chances de marquer et le Phoenix en a profité. Nous avons fait à peu près comme eux. Nous avons envoyé Robert dans le filet. On lui a démontré notre confiance. On s'attendait à une grosse performance. Ce n'est pas arrivé, mais notre équipe l'a placé dans des situations difficiles.»
Le temps long
À l'autre bout de la patinoire, le Phoenix pourrait trouver le temps long sans son gardien numéro un, Francis Desrosiers. Blessé au bas du corps, il a été remplacé par Gabriel Parent, mais il a également cédé sa place en deuxième période après avoir alloué quatre buts sur 28 tirs.
À sa première présence dans la LHJMQ, Francis Lavallée a repoussé 13 tirs sur 17.
Grosse soirée
Émile Poirier a terminé la rencontre avec quatre points. Taylor Burke a ajouté un but et deux mentions d'aide. Le nouveau venu, Adam Stevens, a également fait sentir sa présence en marquant un but et en ajoutant une passe à son premier match avec les Olympiques.
«C'est vraiment agréable de commencer mon séjour avec une victoire. C'est aussi réconfortant de mettre ces premiers points en banque. Sur mon but, je pense avoir surpris le gardien qui ne s'attendait pas à ce que je lance vers lui», a indiqué le nouveau #11 des Olympiques.
Derek Sheppard, Mickaël Beauregard et Jonathan Bourcier ont aussi touché la cible pour les Gatinois (25-14-1). Dans le camp du Phoenix (13-24-4), le Gatinois Benoît Villeneuve a amassé une passe pendant un avantage numérique. C'est son deuxième point en quatre matches depuis son rappel de l'Intrépide de Gatineau.
Les Olympiques ont perdu les services d'Alexandre Chénier-Allard en fin de match. Plaqué solidement par Jean-Christophe Laflamme, il aurait cependant été envoyé au vestiaire par mesure préventive selon Éric Landry. «Nous avions sept défenseurs en uniforme. Nous évaluerons sa situation demain.» Simon Tardif-Richard est venu à la rescousse de Chénier-Allard en passant le K.-O. à Laflamme.
Les Olympiques se rendront à Shawinigan pour leur prochain match demain.