Quand le match a commencé à glisser entre les doigts du Drakkar, l'équipe de Baie-Comeau a tenté d'intimider les Olympiques sur le plan physique.

Les Olympiques coulent le Drakkar

Une odeur des séries éliminatoires flottait dans le centre Robert-Guertin vendredi soir.
Les partisans sont venus en grand nombre pour appuyer les Olympiques contre le Drakkar de Baie-Comeau, l'équipe de tête de la LHJMQ. L'ambiance était électrique. On s'attendait à un choc des titans. Les locaux n'ont pas déçu. Mais pas du tout.
La troupe de Benoît Groulx avait du feu dans les yeux et elle a dicté le ton dès les premières secondes. Tellement que le Drakkar tirait déjà de l'arrière 3-0 après 13 minutes de jeu. Les visiteurs ont éventuellement retrouvé leurs repères dans ce match très intense, mais il était déjà trop tard. Les Gatinois ont fini par doubler la meilleure défensive du circuit Courteau au compte de 8-4 au grand plaisir des 2830 spectateurs.
La veille du match, Benoît Groulx disait qu'il voulait trouver des réponses à certaines questions par rapport à son équipe contre une des puissances de la LHJMQ. Il a été impressionné.
«Nous sommes sortis très fort. Nous avons disputé une bonne première période. Nos meilleurs joueurs ont été très solides. Le trio de Martin Reway, Simon Tardif-Richard et Vaclav Karabacek a fait la différence, mais en bout de ligne, c'est un très gros effort d'équipe.»
Souvent à son meilleur dans les matches les plus importants, Martin Reway a été spectaculaire vendredi. Le Slovaque de 18 ans voulait montrer ce dont il était capable contre l'autre espoir du Canadien de Montréal, Charles Hudon. Il n'a pas manqué son coup.
Il a inscrit un but et récolté cinq points dans la victoire décisive. Hudon a été limité à une passe sur le dernier but du Drakkar. Motivé, Reway n'avait jamais montré autant d'exubérance après les buts des siens. Il fallait le voir sauter dans les bras de ses coéquipiers en guise de célébration. Il était cependant vidé à la fin du match.
«Je n'ai plus d'énergie, mais ça valait le coup. J'aime jouer contre les grosses équipes. Il faut toujours augmenter son jeu d'un cran contre l'élite de la ligue. Tu dois fournir l'effort que tu donnerais dans les séries. C'est toujours plus plaisant de battre un bon club. Cette victoire démontre que nous pouvons battre n'importe qui.»
Quand le match a commencé à glisser entre les doigts du Drakkar (40-15-4), celui-ci a tenté d'intimider les Olympiques (36-19-4) sur le plan physique. Les Gatinois n'ont pas mordu.
«Est-ce que cette tactique a fonctionné? Qui est-ce qui peut nous intimider chez eux? Je ne pense pas qu'ils sont capables de nous brasser. Ils vont peut-être le faire contre l'Armada, mais pas contre nous. Nous avons bien répondu. Nous sommes restés disciplinés.»
Quand une équipe se retrouve au sommet du classement, elle a toujours le désavantage d'être attendue de pied ferme par les équipes qui les pourchassent. C'était le cas des Olympiques vendredi.
Martin Reway, Jake Coughler et Taylor Burke ont chassé le gardien Simon Lemieux dès la treizième minute de jeu. Les tirs favorisaient déjà les Gatinois 10-1. Le Drakkar a toutefois montré signe de vie en comptant deux buts consécutifs pendant des désavantages numériques. Ils n'avaient pourtant marqué qu'une seule fois dans cette situation avant le match de vendredi!
Alexandre Ranger et Alec Jon Banville ont déjoué Robert Steeves pendant que Philippe Cadorette permettait à son équipe de rester dans le match avec quelques bons arrêts devant la cage des visiteurs.
Simon Tardif-Richard a cependant bénéficié d'un cadeau de Martin Reway pour redonner un coussin de deux buts aux locaux. Vaclav Karabacek a fait 5-2 quelques secondes plus tard. Simon Tardif-Richard et Alexandre Ranger ont compté leurs deuxièmes buts du match en fin de deuxième période, mais les carottes étaient cuites et Simon Lemieux est revenu devant le filet du Drakkar en troisième période.
Gabriel Verpaelst a fait 6-4 dans le dernier tiers, mais Émile Poirier a compté les deux derniers buts des siens pour fermer les livres.
Les Olympiques tenteront de poursuivre leurs succès demain. Les Saguenéens de Chicoutimi seront les visiteurs.