Éric Landry

Les Olympiques auront vingt-deux minutes pour gagner

Éric Landry résume assez simplement le prochain défi que devra relever son équipe.

« Nous tirons de l’arrière par un but. Gabriel Bilodeau devra s’asseoir au banc des pénalités. Il va rester 22 minutes à jouer. Il faudra d’abord écouler une pénalité, puis travailler pour revenir de l’arrière. »

Les Olympiques de Gatineau joueront ces 22 minutes lundi soir, au Centre Robert-Guertin. Ils compléteront ainsi le match qui a été interrompu en fin de deuxième période, le dimanche 4 novembre dernier, en raison d’une panne de courant majeure dans l’Île-de-Hull.

Les Remparts de Québec, qui menaient alors 2-1, se claqueront un long voyage en autocar pour essayer de compléter le travail.

Landry ajoute cette petite observation intéressante.

« Nous aurons 22 minutes à jouer, mais nos joueurs auront de l’énergie à dépenser comme s’il s’agissait d’un match complet de 60 minutes. Va falloir presser le citron bien comme il faut durant ces 22 minutes. »

Ça pourrait donner un spectacle intéressant aux fans qui choisiront d’aller faire un — très petit – tour à Guertin pour l’occasion.

La direction des Olympiques a par ailleurs annoncé que les fans qui feront un don à la fondation d’études des joueurs auront accès aux gradins gratuitement.

Les protégés de Landry ont un peu d’expérience, quand il est question de matches écourtés. Ils ont vécu une mésaventure similaire la saison dernière. Le 12 mars 2018, quand la rondelle a été mise en jeu, ils tiraient de l’arrière 1-0 avec 40 minutes à jouer. Ils n’ont pas été capables de combler l’écart. Ils ont même fini par s’avouer vaincus, 3-1, devant l’Armada de Blainville-Boisbriand.

L’histoire récente laisse cependant à l’entraîneur-chef l’espoir d’un résultat différent.

Les Olympiques viennent justement de battre les Remparts, la semaine dernière, au Centre Vidéotron. Bilodeau, le nouveau capitaine, a marqué deux buts en troisième période pour permettre à son équipe de voler deux points sur la patinoire du Centre Vidéotron.

Vingt-quatre heures plus tard, ils ont refait le même coup aux Saguenéens de Chicoutimi.

« Je suis vraiment content de la tenue de notre équipe dans cette séquence de deux matches en autant de soirs, dit-il. À la suite de la période des transactions, nous avons travaillé avec un nouveau groupe de leadership. On voyait bien que certains joueurs ressentaient une plus grande fatigue, puisqu’on leur avait confié des rôles plus importants. Ça fait deux semaines, maintenant. Tu vois que les gars commencent à s’habituer à la nouvelle charge de travail. »

Les Olympiques n’ont pas été capables de compléter un voyage parfait, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. Ils ont vendu chèrement leur peau avant de s’incliner, 2-1, devant une puissance de la LHJMQ, à Baie-Comeau.

Creed Jones a disputé un de ses meilleurs matches de la saison, arrêtant 36 des 38 rondelles dirigées vers lui.

« Quand je parle de nouveau leadership, Creed vit bien avec son rôle de numéro un. Ce n’est pas un gars de nature très excitée. Ça paraît sur la glace », dit Landry.

Les Olympiques pourraient obtenir du renfort, lundi. Charles-Antoine Roy, André Simard et Chris McQuaid seront ré-évalués par le personnel médical de l’équipe dans les prochaines heures.