Alain Sear a bel et bien étudié une offre venant d'un groupe de St. John's pour déménager les Olympiques à Terre-Neuve, mais son conseil d'administration a rapidement rejeté la proposition.

Les Olympiques à Gatineau pour y rester

Depuis des semaines, les rumeurs fusent de partout.
Tantôt, les Olympiques sont à vendre. Tantôt, ils déménagent. Dans une entrevue radiophonique il y a quelques semaines, le président du club, Alain Sear, avait lui-même ajouté à l'intrigue en avançant que Gatineau risquait de perdre son club si le dossier Guertin n'avançait pas bientôt.
Les discussions ont repris de plus belle lundi quand le président de Vision multisports Outaouais (VMSO), Alain Sanscartier, a félicité les Olympiques d'avoir refusé une offre d'achat intéressante pour déménager le club dans un autre marché de la LHJMQ.
Ce n'était pas tout. Mardi matin, sur son compte Twitter, l'animateur Michel Langevin a gazouillé que le journaliste Martin Leclerc de Radio-Canada avait appris que le club était à vendre ! Leclerc s'avérait une source crédible, surtout que son fils a joué avec les Olympiques cette année avant les Fêtes.
Alain Sear pensait pourtant que tout était clair après la présentation publique de l'entente détaillée entre VMSO et la Ville de Gatineau lundi. 
Il était fier d'annoncer que l'avenir des Olympiques était à Gatineau dans un nouvel amphithéâtre sur le boulevard de la Cité. Sa preuve, c'est qu'il avait refusé une offre d'achat non sollicitée le 27 janvier dernier.
Le président du club était donc surpris d'avoir à répondre à des rumeurs de vente mardi matin. En entrevue avec Le Droit, il a voulu mettre fin aux ambiguïtés une fois pour toutes.
« Le club n'est pas à vendre. Même s'il l'était, il serait vendu à des gens qui veulent le garder à Gatineau. Nous n'avons pas intérêt à vendre alors que nous sommes tout près du but. Je suis plus confiant que jamais que nous allons finir par trouver une solution pour que le club reste ici avec la réalisation d'un nouvel amphithéâtre. »
Offre de St. John's
Alain Sear n'a pas voulu divulguer l'origine de l'offre non sollicitée, mais le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau a craché le morceau. « Les gouverneurs de notre ligue sont au courant qu'un groupe de St. John's (Terre-Neuve) veut déménager une équipe existante, mais pour le moment, aucune équipe n'a manifesté son intention d'être relocalisée. Il n'est pas question de faire une expansion alors ces gens n'ont qu'une façon d'obtenir une équipe de notre ligue. »
Selon nos informations, le groupe de St. John's aurait aussi approché les équipes de Val-d'Or, Bathurst et Blainville-Boisbriand pour savoir si elles étaient à vendre. Ils ont essuyé des refus catégoriques partout, mais les Olympiques leur avaient au moins permis de soumettre une offre. Cette offre, Alain Sear l'a qualifiée de généreuse.
« Comme président, je me devais de la présenter au conseil d'administration. Nous avons ensuite tenu une rencontre avec la Ville, VMSO et le commissaire Courteau où nous avons eu des réponses à toutes nos questions. Nous avons l'impression d'aller dans la bonne direction. Pour nous, il a été facile de refuser l'offre parce que l'objectif est de garder l'équipe à Gatineau. »
Selon Sear, les Olympiques étaient une cible de choix pour des acheteurs potentiels. « Les gens de hockey lisent les journaux comme tout le monde. Ils ont bien vu comment ça se passait à Gatineau et avec Guertin. Ils ont tenté leur chance. C'est comme si votre maison n'était pas à vendre, mais qu'on venait cogner à votre porte pour voir si vous souhaitiez la mettre sur le marché. »
Courteau tient à Gatineau
De son côté, le commissaire de la LHJMQ affirme qu'il n'a jamais été question de vente des Olympiques dans ses discussions avec Alain Sear. 
« J'étais au courant qu'ils avaient reçu une offre d'achat, mais le club n'a jamais été mis en vente. Pour notre ligue, il est très important d'avoir une franchise en Outaouais, dans le deuxième plus gros marché de la province.
En plus, les Olympiques de Hull et de Gatineau ont un passé extraordinaire au sein de la LHJMQ et de la Ligue canadienne. Il y a tellement de joueurs qui ont été repêchés dans la LNH à partir de cette équipe. Ils ont eu plusieurs entraîneurs de renom aussi. Pour nous, c'est une franchise qui regorge de crédibilité. C'est important qu'elle reste à Gatineau. »

Métis Roelens choisit la LHJMQ

Metis Roelens
Un des attaquants qui a connu la progression la plus fulgurante de la dernière saison dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec s'est entendu avec les Olympiques de Gatineau mardi.
Métis Roelens, un géant de 6'4'' et 196 livres, a opté pour la LHJMQ plutôt que le circuit universitaire américain de la NCAA. Il compte se rapporter aux Olympiques après qu'il aura terminé son stage midget avec le Blizzard du Séminaire St-François.
« C'est une excellente nouvelle pour nous. Nous avons pris le temps nécessaire pour le rencontrer avec sa famille. Il a appris à connaître la philosophie de notre organisation quand il est venu s'entraîner avec nous. Il est en pleine progression et nous aimons son potentiel pour la LHJMQ et même le niveau supérieur », a lancé le directeur général Marcel Patenaude.
Natif de l'Île-d'Orléans, Roelens possède la citoyenneté canadienne et belge. Il avait été le premier choix des Olympiques en 2016, mais comme l'équipe gatinoise n'avait pas de choix dans les trois premières rondes, Roelens avait été réclamé au quatrième tour. À l'époque, sa sélection en avait fait sourciller plus d'un. À 15 ans, il avait récolté deux buts et six points en 33 matches, mais sa production a explosé à sa deuxième année midget.
Sept fois plus de points
À 16 ans, il a inscrit 13 buts et totalisé 42 points en 40 matches tout en maintenant un différentiel de +16 avec les champions de la saison régulière dans la Ligue midget AAA.
« J'ai pris beaucoup de confiance avec la saison que j'ai eue. Ça me donne encore plus confiance pour l'an prochain », a dit Roelens, qui avait préféré ne pas se présenter au camp d'entraînement des Olympiques l'été dernier.
« À l'époque, je voyais bien qu'il y avait peu de place à l'attaque. Comme j'avais 16 ans, je pensais qu'une autre saison midget AAA me serait utile et je considérais aussi la NCAA. Cependant, je n'ai pas eu d'offres concrètes. Cette option était encore possible, mais j'ai décidé de ne pas emprunter ce chemin. »
Ce qui a fait pencher la balance pour Roelens ?
« Quand je suis venu m'entraîner avec l'équipe pendant deux jours. J'ai aimé ça. J'ai aussi été attiré par la perspective d'étudier en Ontario. Comme je suis bilingue, je peux étudier en anglais et je voudrais finir mon secondaire en Ontario pour aller directement à l'université au lieu de passer par le Cégep. »
Joueur recherché
L'attaquant qui lance de la gauche a tout ce qu'il faut pour réussir à s'établir comme recrue de 17 ans la saison prochaine selon Marcel Patenaude.
« Il est capable de produire en offensive, mais il a une vision extraordinaire du jeu défensif. Son gabarit est intéressant. Toutes les équipes recherchent ce genre de joueur. »
Joueur de centre, Roelens a excellé au cercle des mises en jeu cette saison et il a marqué 13 buts même s'il n'a totalisé que 61 tirs durant toute la saison. Quatorzième compteur de la LHMAAAQ en saison régulière, les 13 autres joueurs devant lui ont tous tiré au moins 110 fois au filet !
« Il y a des joueurs qui tirent de partout. Moi, je préfère garder la rondelle plus longtemps et tirer quand j'ai vraiment une chance de compter », dit-il.
Le Blizzard du Séminaire St-François a facilement balayé sa première ronde des séries éliminatoires contre les Forestiers d'Amos et Roelens va compléter ses séries avec son équipe. S'ils sont toujours actifs, les Olympiques n'excluent pas la possibilité de le rappeler quand la saison du Blizzard prendra fin.