L’attaquant Métis Roelens (61) sera réuni avec son jeune frère Milo, que les Olympiques ont acquis lundi dans une transaction avec les Eagles du Cap-Breton.

Les frères Roelens réunis par les Olympiques

La semaine de l’attaquant Métis Roelens a bien commencé. Il a appris que son jeune frère âgé de 16 ans allait le rejoindre chez les Olympiques de Gatineau en vue de la prochaine saison.

L’équipe outaouaise a fait l’acquisition de Milo Roelens dans une transaction complétée lundi matin avec les Eagles du Cap-Breton. En retour, elle a cédé deux choix de troisième tour au repêchage et l’attaquant Alexandre Pellerin.

« Mon frère et moi, nous avions le rêve depuis un bout de temps de jouer ensemble. Ça se réalise enfin », a confié l’aîné des Roelens, qui a fêté ses 19 ans en juillet.

Ce dernier espérait que son frangin Milo soit repêché par les Olympiques en juin. Mais les Eagles avaient été plus rapides, appelant son nom en troisième ronde.

« Je savais que les chances qu’on jouerait ensemble seraient minces. Il y a beaucoup d’équipes dans la ligue », a rappelé Métis Roelens.

« Je suis très content qu’il vienne à Gatineau. Mais c’est surtout mon père qui est encore plus heureux. »

Les deux frères avaient évolué ensemble un hiver dans leur Belgique natale. Mais c’était au hockey mineur.

« J’avais neuf ans, lui six ans. Tous les enfants de moins de 10 ans jouaient ensemble. »

Les Olympiques étaient déjà heureux de miser sur Métis Roelens, qui leur a donné 44 points, dont 18 buts, en 68 parties l’an dernier. Ils obtiennent un joueur similaire en Milo Roelens.

« On a toujours joué les deux au centre. On a le même gabarit. Nous avons assez d’habiletés offensives et nous sommes assez responsables en défensive », a raconté le plus vieux des Roelens, qui fait 6’5’’ et 204 livres.

Milo, lui, mesure 6’6’’ et pèse 192 livres. Il a évolué chez le Blizzard du Séminaire Saint-François dans la ligue midget AAA en 2018-2019, récoltant 17 points en 42 parties.

Le principal intéressé avait demandé récemment aux Eagles de l’échanger.

Qui est le meilleur des deux des Roelens ?

« C’est certain que je vais dire moi, a soutenu en riant Métis. Si jamais je dis un jour qu’il est le meilleur, c’est qu’il sera vraiment rendu meilleur que moi.... Je suis juste trop compétitif pour dire qu’il est meilleur que moi en ce moment. »

À quel point les deux frères s’avèrent-ils compétitifs ?

« Dans tout ce qu’on fait, il doit y avoir un gagnant. Dans tout. Même quand nous sommes sur la glace. »

« J’ai vraiment hâte à notre premier entraînement ensemble. Je pense que ça nous aidera un et l’autre. Nous avons l’habitude de nous pousser. Ça nous rendra meilleurs. »

Et est-ce qu’il y a un autre Roelens qui pourrait se pointer à Gatineau ? Ils sont cinq enfants, dont trois garçons, au sein de la famille qui habite dans la région de Québec depuis sept ans.

« J’ai un autre frère. Il joue aussi au hockey, mais il n’a que neuf ans », a précisé Métis Roelens.

Les Olympiques disputeront leur prochain match hors-concours jeudi contre les 67’s d’Ottawa, à Rockland.

+

DESPATIE, L'AVENIR DES REMPARTS

À Québec, Patrick Roy a finalement jeté son dévolu sur le Gatinois Emerick Despatie pour seconder Anthony Pagliarulo, cette année, devant le filet des Remparts. 

« J’ai choisi Emerick pour sa prestance et son physique », a déclaré Roy au sujet du gardien qui fait 6 pieds 1 pouce et 154 livres malgré ses 16 ans. 

« On l’a repêché en deuxième ronde et il a connu un très bon camp. Thomas (Boucher) a aussi très bien fait, mais l’avenir des Remparts devant le filet passe par Emerick », a ajouté Roy à propos de son autre gardien de 16 ans qui retournera avec les Élites de Jonquière au niveau Midget AAA.  

Roy a également confirmé que Anthony Pagliarulo serait le gardien numéro un et se taperait la majorité de la besogne devant le filet. 

« On verra l’utilisation qu’on fait d’Emerick à mesure que la saison va avancer. » 

Avec Ian Bussières, Le Soleil