Daylon Groulx (25) a été le dernier joueur acquis par les 67’s, une journée avant la date limite des transactions dans la Ligue de l’Ontario. Pendant un moment, les 67’s ont espéré ajouter l’Américain Shane Pinto.

Les 67’s visaient un Grand Chelem

Les 67’s d’Ottawa ont gagné un 17e match de suite vendredi soir à la Place TD.

Un gain de 9-6 contre le Storm de Guelph, les meneurs de la division mid-ouest, mais surtout les vainqueurs du dernier championnat de la Ligue de l’Ontario (LHO) le printemps dernier à leurs dépens.

Les équipiers d’André Tourigny tiraient de l’arrière 0-3 et 1-4 en première période. Pas de panique. Ils ont remonté la pente en un rien de temps.

Ils ont réussi l’exploit même si Kevin Bahl, leur meilleur défenseur et médaillé d’or du dernier Championnat mondial junior, était dans les gradins pour profiter d’un congé prolongé.

Dans le camp adverse, le Storm avait délégué Nico Daws pour amorcer le match. Lui aussi médaillé d’or en République, il n’a pas traversé la première période.

Il a été retiré du match après avoir alloué quatre buts sur 13 tirs.

Vendredi, c’était aussi la date limite pour transiger dans la LHO. Les 67’s n’ont pas bougé même s’ils auraient aimé faire trembler toute la ligue en sortant l’as que le directeur général James Boyd détenait dans sa manche.

Cet as, c’était Shane Pinto. Choix de deuxième ronde des Sénateurs d’Ottawa et meilleur joueur des États-Unis au Championnat du monde junior, il était un agent libre dans la LHO.

Les Sénateurs auraient aimé qu’il vienne terminer sa saison dans leur cour. Le directeur général Pierre Dorion a même rendu visite à l’Américain de 19 ans jeudi soir, mais Pinto joue dans la meilleure équipe de hockey universitaire de la NCAA au North Dakota.

C’est avec ce club qu’il souhaite gagner un championnat national. N’empêche, sa venue à Ottawa aurait été un Grand Chelem. Pas juste à cause de son talent brut, mais aussi parce qu’il n’aurait rien coûté en matière de transaction.

« Nous avons bien essayé de l’amener ici. Les Sénateurs ont été impliqués dans le dossier, mais c’était compliqué avec l’agent. Pour lui, Pinto aurait joué dans la Ligue américaine à 20 ans s’il s’était amené à Ottawa maintenant. L’agent préfère que son client passe une autre saison dans la NCAA avant de passer directement à la LNH à 21 ans », a dit André Tourigny.

Daylon Groulx, un honnête joueur de troisième trio, a donc été la dernière acquisition des 67’s jeudi. Il a d’ailleurs récolté son premier point dans la victoire contre le Storm.

André Tourigny a bien pris le temps d’analyser toutes les formations de la LHO. Personne n’avait réellement rehaussé son équipe comme ça avait été le cas l’an dernier chez les 67’s et le Storm.

« Nous avons déjà plusieurs canons offensifs. Notre brigade défensive est déjà très profonde et nos gardiens aussi. Tout ce qu’il nous manquait, c’était un peu de robustesse et Daylon Groulx va nous apporter ça. Il a compté 19 buts l’an dernier. Il a donc des habiletés aussi. »

Pour Tourigny, qui est aussi vice-président des opérations hockey chez les 67’s, l’absence de joueurs clés pendant la majorité de la saison aura l’effet de transactions majeures pour son club, qui a gagné pour la 30e fois en 36 matches vendredi.

« Graeme Clarke n’a joué que neuf matches. Il va nous revenir bientôt. Merrick Rippon et Nikita Okhotyuk ont très peu joué aussi. Ce sont deux défenseurs importants. En plus, Alec Bélanger a récolté environ un point par match quand il a été muté à l’attaque. Éventuellement, c’est peut-être là qu’il va jouer. C’est comme quatre additions dans notre formation, mais elles viennent toutes de l’intérieur. Ça ne coûte rien. »

Okhotyuk a d’ailleurs compté son premier but de la saison vendredi. Bélanger a ajouté un but et Rippon une passe dans un autre match de quatre points de Marco Rossi.

« Nous avons une belle chimie dans l’équipe. Nous ne voulions pas la défaire. Ce que les gens oublient, c’est que nos meilleurs joueurs offensifs sont aussi nos meilleurs joueurs défensifs et nous avons plusieurs héros obscurs dans nos deux derniers trios. Nous sommes à l’aise avec notre club tel qu’il est. Nous avions déjà nos attaquants du top-6 dans notre équipe », a conclu Tourigny.