À sa cinquième saison avec les 67’s d’Ottawa, le défenseur Noel Hoefenmayer (2) a été à l’origine du premier but de la saison de son équipe à la Place TD dimanche quand Mitchell Hoelscher a fait dévier son tir.

Les 67’s ont encore la cote à Ottawa

L’engouement suscité par les longues séries éliminatoires des 67’s d’Ottawa le printemps dernier s’est transporté jusqu’au match d’ouverture à la Place TD dimanche après-midi.

Le premier match de l’édition 2019-20 des 67’s a attiré 5732 spectateurs. Ceux-ci ont pu assister au dévoilement de trois nouvelles bannières au plafond de l’amphithéâtre de la rue Bank : celles des champions de la saison régulière, des champions de la division Est et des champions de la Conférence de l’Est.

Mais après trois victoires acquises en prolongation ou en fusillade sur la route, les hommes d’André Tourigny n’ont pu répéter leurs succès à domicile même si le match se dirigeait vers une autre prolongation à mi-chemin en troisième période.

C’est finalement Zach Gallant qui a brisé l’égalité. Son but inscrit avec moins de sept minutes à faire au match a procuré une victoire de 3-2 aux Petes de Peterborough.

« Le duel a été serré. Les Petes auront une des meilleures équipes de la ligue et nous n’étions qu’à un jeu d’avoir un résultat différent. Ça démontre que nous sommes sur la bonne voie », a souligné l’entraîneur-chef Tourigny.

Il n’avait pas tort. Rien que dans les 10 dernières secondes de jeu, les 67’s ont eu deux ou trois bonnes occasions de provoquer une autre prolongation.

En l’absence de Marco Rossi qui purgeait le deuxième d’une série de cinq matches de suspension, c’est Mitchell Hoelscher qui produit les deux buts des 67’s (3-1-0).

Chez les Petes (2-1-0), Nick Robertson et Max Grondin ont aussi déjoué Cédrick Andrée, un des joueurs les plus applaudis dans les cérémonies d’ouverture.

Andrée a été testé à 33 reprises contre 28 pour son opposant Hunter Jones. En fin de compte, c’est l’attaque massive des Petes qui aura fait la différence. Ils ont marqué deux fois en trois occasions, dont le but gagnant de Gallant.

« Comme d’habitude, nous y avons cru jusqu’à la fin. Nous avons bien suivi le plan de match, sauf que nous avons pris quelques punitions qui ont fini par nous faire mal. Je pense que nous allons apprendre de cela », a dit Hoelscher, qui a inscrit ses deux premiers buts de la saison dimanche.

Avec la perte de grosses pointures comme Tye Felhaber, Sasha Chmelevski, Kyle Maksimovich et Lucas Chiodo, les 67’s s’attendent justement à ce que Holscher assume un plus gros rôle à sa troisième saison avec le club.

« Il est un de ceux qui seront appelés à prendre la relève. Aujourd’hui, il a été excellent en plus d’être confronté au premier trio adverse. [...] Il nous manquait un peu de cohésion et d’opportunisme pour gagner aujourd’hui », a ajouté Tourigny.