Alors que les Olympiques de Gatineau en étaient à leur cinquième match hors-concours, il s’agissait d’une première sortie pour les 67’s d’Ottawa. Mais les représentants de l’Ontario n’étaient pas trop rouillés

Les 67’s blanchissent les Olympiques

Les Olympiques de Gatineau et les 67’s d’Ottawa ont déjà livré des duels endiablés. Voire même ensanglantés lors des dernières décennies.

Le match hors-concours que les deux clubs ont disputé un contre l’autre, jeudi soir à Rockland, était tout, sauf ça. Les rivaux sont en période de rodage à trois semaines du début de leur saison régulière respective.

Ça paraissait par moments sur la glace de l’Académie canadienne et internationale de hockey (CIH) dans cette victoire de... 1-0 des 67’s.

Tiens en deuxième période, on a eu droit à seulement.... un total de 11 tirs de la part deux formations.

Il reste que les deux coaches se disaient tout de même satisfaits.

« C’était un match hors-concours qui était très chaud. J’ai beaucoup aimé l’effort de nos jeunes. C’était tout un match d’un côté comme de l’autre. Tu as vu des batailles le long des bandes. J’ai vu des gars qui voulaient bien faire. J’ai vu beaucoup de vitesse », a soutenu Éric Landry dans le camp des Olympiques.

Il s’agissait déjà de la cinquième partie hors-concours des siens. Ils avaient laissé de côté notamment le défenseur David Aebischer pour cette sortie dans l’Est ontarien.

En revanche, les 67’s en étaient à leur première sortie, eux qui n’ont remis les pieds sur la glace que mardi. Les deux plus importants absents étaient à la ligne bleue.

Ottawa se débrouillait sans Kevin Bahl et Noel Hoefenmayer, leurs deux meilleurs défenseurs offensifs en 2018-2019.

Hoefenmayer a été muté en disc jokey pour ce match. C’est lui qui avait la responsabilité du choix musical qui allait des Beatles à Bon Jovi en passant par Guns N’ Roses.

« Nous avions une brigade défensive très jeune », a souligné l’entraîneur-chef des 67’s, André Tourigny.

« Je ne savais pas comment elle allait réagir. J’ai aimé les jeunes », a-t-il ajouté, citant notamment les noms des recrues Jack Matier et Teddy Sawyer.

Qui dit match hors-concours, dit laboratoire pour des entraîneurs, qui multiplient les expériences.

Chez les 67’s, Tourigny a donné un aperçu du premier trio qui pourrait terroriser les autres clubs de la Ligue de hockey de l’Ontario. Graeme Clarke a été réuni à Marco Rossi et Austen Keating, qui faisaient déjà équipe l’an passé avec Tye Felhaber, maintenant rendu chez les pros.

Clarke a marqué le seul but du match sur un vif tir du poignet en troisième période, complétant une belle pièce de jeu de Rossi, possible choix de première ronde au prochain repêchage de la LNH.

« Graeme, il est capable de la shooter la puck. Et son jeu s’est beaucoup amélioré. Aussi, je trouve que c’est un bon fit », a affirmé Tourigny.

Rappelons que Felhaber a donné 59 buts aux 67’s la saison dernière.

Chez les Olympiques, on a eu droit à des combinaisons intéressantes.

L’unité qui a retenu l’attention ? Les frères Roelens ont patiné ensemble à ce premier match depuis la transaction qui a amené le jeune Milo à Gatineau. Son aîné Métis a été un des meilleurs attaquants de son équipe.

En défensive, le choix de première ronde Olivier Boutin a continué de bien faire paraître les recruteurs des Olympiques. Utilisé sur la première unité du jeu de puissance, le défenseur a obtenu quelques bonnes occasions de marquer.

L’autre joueur qui a été surveillé de près par les amateurs ? La recrue russe de 16 ans, Evgeni Kashnikov, choisi au 13e rang au dernier repêchage européen.

« Je trouve qu’il se débrouille très bien. Il s’adapte rapidement au style de jeu nord-américain », a soutenu Landry au sujet du défenseur de 6’3’’ et 175 livres.

« J’aime beaucoup sa présence. C’est un grand bonhomme physique capable de bien patiner (...) C’est encore tôt en saison pour tous les joueurs. Il ne faut pas oublier qu’il a 16 ans. Il a encore beaucoup à apprendre. »

+

Andrée veut oublier la défaite contre Guelph

Cédrick Andrée était en forme. Ses poteaux aussi.

Le gardien franco-ontarien a repoussé les 25 tirs des Olympiques pour récolter un jeu blanc à son premier départ depuis le 12 mai au Sleeman Centre. Depuis cette défaite de 8-3 dans le sixième match de la finale de la Ligue de hockey de l’Ontario contre le Storm de Guelph.

Une partie dans laquelle ses coéquipiers et lui avaient subi l’élimination.

«J’ai attendu ce match-ci tout l’été. C’était le fun de jouer à nouveau dès le premier match hors-concours», a dit Andrée, remerciant au passage son entraîneur-chef.

«Tu as pu voir qu’une des choses sur lesquelles je n’ai pas trop travaillé durant l’été, c’était le contrôle de la rondelle derrière le filet. J’ai eu un peu de misère avec ça ce soir. Mais je pense que j’ai été correct quand venait le temps d’arrêter la rondelle !»

Andrée s’est mis à rire. Son moral se porte mieux. C’est de bon augure pour les 67’s, qui en feront leur gardien numéro un.

La finale n’avait pas été facile pour lui. Il avait été envoyé dans la mêlée à la suite de la blessure au vétéran Michael DiPietro.

Andrée avait accordé un total de 23 buts lors des quatre derniers matches de cette série contre Guelph.

«C’était dur pour moi au début de l’été. Je pensais à ça. Je suis arrivé et nous avons perdu quatre matches de suite après en avoir gagné 14 de suite. Puis quand j’ai commencé à ne plus y penser cet été, je rencontrais toujours une personne qui finissait par me rappeler ce qui s’était passé. Ce n’est pas ce que tu veux», a-t-il confié, sourire en coin.

«Même ce soir, la rondelle qui a servi à notre partie hors-concours portait le logo de la série du championnat de la ligue. J’en ai parlé avec les arbitres. Il y a toujours quelque chose pour me rappeler de ça !»

Le gardien âgé de 19 ans, qui entamera sa troisième saison chez les 67’s, a une idée bien arrêtée pour la suite des choses.

«C’est une nouvelle saison. Nous aurons encore une bonne équipe. Nous aurons une bonne saison comme la saison passée. Peut-être que cette fois-ci, nous allons gagner la finale !»