Vincent Dunn

Le purgatoire de Vincent Dunn est terminé

Vincent Dunn n'aura jamais été aussi heureux de monter à bord d'un autocar en direction de Baie-Comeau.
L'attaquant des Olympiques de Gatineau sera éligible à revenir au jeu demain soir contre le Drakkar après avoir purgé une suspension de six parties pour son coup de coude à la tête d'Emil Aronsson de l'Armada de Blainville-Boisbriand. Ce dernier a subi une commotion cérébrale à la suite de l'incident qui s'est produit le 28 décembre. Il n'est pas encore revenu au jeu.
Geste stupide
L'espoir des Sénateurs d'Ottawa dit avoir eu le temps de réfléchir pendant sa sanction. « Au début, je ne pensais pas mériter une suspension aussi sévère, mais avec le recul, il faut admettre que j'ai posé un geste stupide. Si j'avais été à la place du gars que j'ai frappé, je n'aurais pas été très content. C'est une question de respect. Je dois apprendre à maîtriser mes émotions », a expliqué celui qui avait eu maille à partir avec plusieurs joueurs de l'Armada avant de passer le K.-O. à Aronsson en fin de deuxième période.
En première période, il avait aussi engagé le combat avec le capitaine de l'Armada, Olivier Picard.
Le Gatinois de 18 ans sait qu'il est un homme marqué dans le circuit Courteau. Raymond Bolduc, le préfet de discipline de la LHJMQ, lui a décerné trois suspensions cette saison. Vincent Dunn n'aura plus de marge de manoeuvre d'ici la fin du calendrier.
« Je dois absolument faire attention. S'il y a une prochaine fois, il (Bolduc) va me faire saigner. Il va falloir que je me contrôle et que je gère mes mises en échec parce que le club ne peut pas toujours m'avoir dans la boîte des punitions. Je n'ai joué que 29 matches cette saison. J'ai été blessé pendant quelques matches là-dedans, mais les suspensions n'ont pas aidé. Va falloir que je comprenne le message. »
Contrôler ses émotions
Même s'il a raté 15 des 44 matches des Olympiques cette saison, Dunn est le deuxième joueur le plus puni de l'équipe avec 101 minutes au cachot. Seul Derek Sheppard le devance avec 117 minutes de punition en 35 matches.
Offensivement, Dunn demeure le cinquième compteur de l'équipe avec 16 buts et 27 points. Les trois dernières semaines à regarder ses coéquipiers à partir des gradins lui ont permis de réaliser certaines choses.
« Je m'ennuie de jouer au hockey. C'est une chose de s'entraîner, mais le véritable bonbon, il vient dans les parties. »
Son retour au jeu ne se fera pas tout en douceur. Le Drakkar (28-12-4) occupe le deuxième rang du classement général. La troupe d'Éric Veilleux est une des plus imposantes de la LHJMQ sur le plan physique. Elle aime jouer des épaules.
« Ça devrait être un bon match. Le classement est tellement serré qu'on ne peut pas se permettre d'échapper beaucoup de points. Le dernier droit de la saison est lancé. C'est le temps d'essayer de se détacher du peloton dont nous faisons partie. Pour moi, ça va être l'occasion de me reprendre », raconte Dunn.
Les Olympiques (28-15-1) ont quitté le centre Robert-Guertin hier après-midi. Ils ont passé à nuit à Québec avant de reprendre le chemin de Baie-Comeau aujourd'hui. Les Gatinois n'ont que trois points de retard sur le Drakkar. Ils s'arrêteront aussi à Chicoutimi samedi.