Jeffrey Durocher sera appelé à jouer un rôle plus important sur les premières lignes d'attaque des Olympiques cette saison. L'an dernier, à 17 ans, ce choix de troisième ronde en 2015 a inscrit 14 buts en 62 matches.

Le moment de vérité arrive

L'avenir de Vitalii Abramov avec les Olympiques de Gatineau est en suspens.
Yakov Trenin, Zack MacEwen et Daniel Del Paggio ont terminé leur stage dans la LHJMQ. Ils occupaient quatre des cinq premiers rangs des compteurs du club gatinois la saison dernière. Les buts, ils venaient surtout de leurs bâtons. À quatre, ils ont marqué 122 des 234 buts (52 %) des Olympiques en 2016-17. Parmi les cinq meilleurs marqueurs, seul Mitchell Balmas est assuré d'entreprendre la prochaine saison le 22 septembre à Victoriaville.
Assurément, il faudra que d'autres prennent le relais. Après deux saisons à faire leurs classes à 16 et 17 ans, le temps est venu pour Anthony Gagnon et Jeffrey Durocher de saisir l'occasion qui se présente à eux. En 2015, Gagnon avait été le premier joueur sélectionné par les Olympiques. C'était en deuxième ronde, au 25e rang. Jeffrey Durocher avait été sélectionné dans la ronde suivante.
Jusqu'à maintenant, seul Durocher a réellement pu s'affirmer dans le rôle d'un marqueur de buts. Il en a compté 14 la saison dernière en évoluant à l'occasion avec les membres des deux premiers trios. Anthony Gagnon s'est fait plus timide en attaque. Avec un temps de glace limité, il a inscrit quatre buts et totalisé sept points en 50 matches à 17 ans.
Cette année, les deux espoirs sont rendus à 18 ans. Une place permanente dans le top-6 offensif est à leur portée et l'entraîneur-chef Éric Landry va tout faire pour les mettre en valeur en début de saison.
« À la fin de la dernière saison, nous avons vu Jeffrey augmenter son intensité. Physiquement, il pouvait défier n'importe qui dans la ligue dans ses batailles à un contre un. Il s'est présenté ici en bonne forme. Ça augure bien. Quant à Anthony, il a pris du galon lors des dernières séries. Il s'est entraîné sérieusement tout l'été pour prendre du coffre. Les deux sont arrivés ici à 16 ans et c'est plaisant de voir qu'à 18 ans, ils correspondent à l'identité que nous voulons donner à notre équipe. »
Une vraie chance
Landry a déjà eu la main heureuse en plaçant Durocher avec les gros canons offensifs de l'équipe l'an dernier. Il a pu marquer des buts importants et prendre de l'assurance. Il reconnaît que Gagnon n'a pas eu la même chance, mais que son moment de vérité arrive.
« Ça va être sa première vraie chance de s'affirmer. Il s'est renforcé beaucoup physiquement durant l'été. Il a mis les efforts à l'entraînement. Ça se voit sur la glace en ce moment. Nous avons justement retranché des joueurs plus vieux pour faire de la place à nos jeunes. À leur troisième saison, Durocher et Gagnon sont mûrs pour commencer à tirer l'équipe. »
Reconnu pour être un joueur efficace dans les deux sens de la patinoire, Gagnon dit être arrivé à Guertin en pleine confiance cette année. « C'est ma troisième année. Je sais que j'ai ma place ici maintenant. Je suis plus confiant, donc ça m'a aidé à mieux commencer le camp. Je n'ai pas pensé aux ouvertures qui se sont créées dans notre club. Je voulais simplement arriver prêt pour faire ma place. L'ouverture est là. C'est à moi de la prendre. Je ne tiens rien pour acquis. »
Jeffrey Durocher, lui, est conscient que la relève du club a de grosses chaussures à remplir avec les départs de quelques joueurs vedettes.
« Je ne veux rien dire contre nos joueurs en place, mais il m'apparaît évident que nous allons devoir travailler davantage cette année, parce qu'il y a beaucoup de talent qui est parti. Je veux consolider ma place dans le top-6. Je sais que je vais jouer avec de bons joueurs, alors je veux amener de l'offensive. »
En attendant le dénouement du dossier Abramov, le duo Durocher-Gagnon pourrait bien apprendre à tisser des liens avec un autre talent russe. Choix européen des Olympiques cet été, Mikhail Shestopalov semble être leur ailier gauche attitré.
Les Olympiques libèrent deux vétérans
Le mouvement jeunesse des Olympiques a fait deux victimes chez les vétérans jeudi.
Le club a annoncé qu'il avait retranché l'attaquant ontarien Eric Eschweiler en plus de soumettre Aaron Brisebois au ballottage de la LHJMQ. L'attaquant natif de Gatineau jouera sa saison de 19 ans cette année. Il avait récolté deux buts et cinq points en 42 matches avec le Titan d'Acadie-Bathurst l'année dernière. S'il n'est pas réclamé au ballottage, les Olympiques ont l'intention de conserver ses droits afin qu'il devienne un joueur affilié.
Il pourrait même entreprendre la prochaine saison à Gatineau pendant que certains joueurs participeront à des camps de la LNH.
Quant à Eschweiler, 18 ans, il avait marqué trois buts et ajouté une passe en 58 matches à titre de recrue chez les Olympiques. Il avait été utilisé dans seulement deux matches des séries éliminatoires.
«Ce n'est pas un manque d'effort pour Eric. C'est juste que certains de nos jeunes joueurs au camp ont pris de l'avance sur lui et nous voulons leur offrir plus de place. De son côté, Aaron est victime de son âge. Nous considérons que des joueurs de 18 ans peuvent nous apporter la même chose que lui», a expliqué l'entraîneur-chef Éric Landry.
Les départs de ces deux joueurs ramènent la formation des Olympiques à 12 attaquants (13 en incluant Vitalii Abramov), huit défenseurs et quatre gardiens.
Les Olympiques ont toutefois eu de mauvaises nouvelles sur l'état de santé du défenseur Ryan O'Bonsawin qui devra être opéré à une cheville. Il ne sera pas attendu avant le mois de décembre, ce qui fait que le club a maintenant sept défenseurs en santé.
Invité au camp des recrues, le Néo-Brunswickois Tim Gould avait été retranché, mais il est de retour sur la glace avec l'équipe cette semaine. Comme il contemple toujours l'idée de jouer dans le réseau collégial américain, il doit payer ses propres dépenses pour rester à Gatineau. Il n'a pas le droit de participer à un match hors-concours non plus, mais les Olympiques n'ont rien à l'horaire avant le 8 septembre.
«Il avait bien fait au camp. Il s'entraîne avec nous. Il est encore à l'essai et nous allons voir ce qu'il veut faire», a dit Landry.
Âgé de 17 ans, Gould a emprunté un parcours inusité au hockey. Natif de Moncton, il a passé deux saisons dans le programme de l'Académie canadienne et internationale de Rockland avant de s'expatrier dans l'Ouest canadien pour défendre les couleurs du prestigieux programme du Collège Notre-Dame, là où Vincent Lecavalier et Brad Richards ont fait leurs classes avant de devenir des vedettes de la LHJMQ et de la LNH.
Quant aux gardiens de but, Mathieu Bellemare a recommencé à patiner avec l'équipe. Tristan Bérubé et l'Ontarien Ruan Badenhorst sont considérés comme les deux gardiens en santé du club alors que Francis Boisvert s'entraîne aussi avec les Olympiques même s'il envisage de passer la prochaine saison avec les Sénateurs d'Ottawa dans la Ligue centrale junior A. Âgé de 18 ans, il s'alignait avec le Collège Ulysse l'an dernier.