Jeffrey Durocher se réjouit de faire partie d’une équipe aussi compétitive que l’Océanic.

Le capitaine des Olympiques part vers Rimouski avec la tête haute

Jusqu’à tout récemment, Jeffrey Durocher était convaincu qu’il serait l’homme d’une seule organisation dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

« Quand je suis devenu capitaine, avant le début de la saison, j’avais eu de bonnes discussions avec le staff. À ce moment-là, on m’avait fait comprendre que j’étais là pour rester », dit-il.

Les choses peuvent changer très rapidement, dans le merveilleux monde du sport.

Dimanche, à l’ouverture du marché des transactions, Durocher a été un des premiers joueurs à changer de camp.

D’un seul coup, les Olympiques de Gatineau ont cédé leur plus grand leader et leur gardien de buts numéro un Tristan Bérubé à l’Océanic de Rimouski.

Le Directeur des opérations hockey gatinois, Alain Sear, poursuit donc son travail de reconstruction. En retour de ses deux piliers, il obtient un centre de 17 ans, Mathieu Bizier. Il a également arraché un choix de deuxième ronde à son homologue rimouskois.

Sear n’était pas disponible, dimanche, pour expliquer les raisons qui l’ont poussé à compléter cette transaction majeure. 

Durocher et Bérubé, eux, ont pris quelques minutes pour livrer leurs états d’âme.

On ne sent pas, chez eux, une trop grande déception.

Dans le cas de Bérubé, ça se comprend. Il est originaire de La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent. On lui offre donc la chance de compléter son stage dans la LHJMQ tout près de la maison.

Durocher, lui, se réjouit en se disant que le déménagement à l’autre bout de la province pourrait s’avérer payant. L’Océanic se prépare clairement à lutter pour le championnat.

« J’ai regardé l’alignement, vite vite, plus tôt. À mon humble avis, l’Océanic misait déjà sur le meilleur défenseur et sur le meilleur attaquant de toute la ligue. À présent, le meilleur gardien de ligue vient s’ajouter au groupe. »

Bérubé ne jouit pas nécessairement d’une grande réputation à l’extérieur de l’Outaouais.

« Les bons recruteurs, ceux qui connaissent le hockey, connaissent la valeur d’un underdog, insiste Durocher. Tristan a sauvé énormément de matches durant son passage à Gatineau. Vous n’avez qu’à regarder ses statistiques, cette saison. Il alloue un peu plus de trois buts par match, en moyenne, mais son taux d’efficacité est nettement supérieur à 90 %. À Rimouski, avec une solide brigade défensive, ça devrait aller encore mieux. »

Durocher admire Bérubé. Ce dernier le lui rend bien.

« Jeff, j’ai tout le temps dit que c’est un vrai de vrai », a-t-il déclaré, dimanche, au bout du fil. Il filait vers l’Est-du-Québec, sur l’autoroute, lorsque nous l’avons contacté.

« Jeff, c’est un guerrier. Un vrai. Tu sais que ce gars-là se présente à chaque game. Il est un gars de séries, en plus. En plus, cette année, il produit plus que jamais offensivement. On lui a confié un gros rôle de leader. Il est vite devenu un excellent capitaine. C’est clairement le genre de gars que tu veux avoir dans ton équipe. »

Les Olympiques ont complété une deuxième transaction, dimanche. Le défenseur Alexis Girard, qui a quitté l’équipe au début du mois d’octobre, a été cédé aux Remparts de Québec. Ils ont obtenu les services d’un autre attaquant de 17 ans, Émile Hegarty-Aubin.

+

JOLY SOULAGÉ D'ABOUTIR À VICTO

D’Artagnan Joly a poussé un soupir de soulagement, dimanche, quand il a finalement su qu’il passerait les prochains mois de sa vie à Victoriaville.

«Ça faisait longtemps que j’attendais de connaître ma prochaine destination», fait-il valoir.

L’attaquant gatinois a quitté Baie-Comeau, en début de semaine. Le divorce avec le Drakkar se préparait cependant depuis un bout de temps.

Les dirigeants des Tigres ont laissé partir deux joueurs pour mettre la patte sur cet espoir des Flames de Calgary.

À Victo, Joly rencontrera Louis Robitaille, un entraîneur qui a la réputation d’être près de ses joueurs.

Qui plus est, les deux hommes ont été formés à la même école. Ils ont porté les couleurs de l’Intrépide de Gatineau dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec.

«Nous n’en avons pas encore parlé. En fait, nous n’avons pas beaucoup discuté jusqu’à maintenant.»

Dans une brève conversation, dimanche, Robitaille a rapidement parlé de ses attentes.

Avec seulement 13 victoires, les Tigres n’ont pas connu une première moitié de saison à tout casser. «On a parlé de mon temps d’utilisation. Je devrais jouer beaucoup, là-bas. Nous allons pousser pour conserver notre place en séries. Nous allons essayer de remonter au classement. Nous avons peut-être même une chance d’aller chercher l’avantage de la glace. Nous n’évoluons pas dans la division la plus compétitive de la ligue. Nous allons essayer de prendre avantage de cette situation.»

Joly n’a pas été le seul hockeyeur gatinois à quitter Baie-Comeau, dimanche. Le Drakkar s’est également séparé du défenseur Louis Tardif. Ce dernier poursuivra sa carrière à Bathurst, avec le Titan.