Élie Bérubé a marqué le deuxième but des Olympiques en première période.

L'attaque des Olympiques débloque

En panne sèche depuis deux matches, l'attaque des Olympiques de Gatineau a débloqué en produisant six buts dans une victoire de 6-4 contre l'Armada de Blainville-Boisbriand au centre Robert-Guertin hier soir.
De retour au jeu après avoir raté trois matches en raison d'une blessure, Alexis Pépin a mené la charge des Gatinois avec une récolte de deux buts et une passe.
Il aura fallu une force de caractère pour permettre aux Gatinois de remporter ce match bizarre où les locaux avaient pris une avance rapide de 3-1 à l'aide de leurs trois premiers tirs. La soirée du gardien d'expérience Étienne Marcoux était déjà terminée avant la 12e minute de jeu. Tyler Whiffen, une verte recrue qui n'a pas encore obtenu un départ dans la LHJMQ, a pris sa place. Il s'est bien débrouillé et l'Armada est revenue dans le match, prenant même l'avance 4-3 en troisième période.
Les chances de remontée des locaux diminuaient à mesure que les soldats tombaient. Marc Beckstead a été blessé en deuxième période et n'était pas au banc des siens en troisième période. Le défenseur Mickaël Beauregard a retraité au vestiaire après une présence en troisième période, puis Martin Reway a aussi quitté le match alors qu'il restait huit minutes à écouler au tableau.
C'est à ce moment qu'Émile Poirier a pris les choses en main. Son accélération lui a permis de prendre la défensive de l'Armada de court et sa passe parfaite vers Vaclav Karabacek a permis au Tchèque d'égaler la marque 4-4 avec sept minutes à jouer.
La séquence a soulevé la foule énergique de 3044 spectateurs et donné des ailes aux Olympiques qui ont profité d'un avantage numérique pour reprendre les devants à cinq minutes de la fin. Un plomb de Frank Schumacher a brisé l'égalité de 4-4 et Alexis Pépin a fermé les livres en comptant son deuxième but du match dans un filet désert.
Les Olympiques (38-21-4) soutiraient ainsi une cinquième victoire en sept parties à l'Armada (39-15-9) cette saison. Cette dernière demeure toutefois au premier rang de la division Telus-Ouest malgré sa défaite.
«Drôle de match»
«Ce fut un drôle de match. Leur gardien a connu un mauvais départ. Il nous a donné trois buts, puis nous leur avons aussi donné des buts en deuxième période. Avec les pertes de Beckstead, Beauregard et Reway, nous n'avons jamais abandonné. On sentait qu'on était à un jeu près d'égaler la marque. Tout a commencé avec un jeu à exécution parfaite entre Poirier et Karabacek. L'avantage numérique s'est chargé du reste et ça tombait à point.»
Déficiente depuis le début de la saison, l'attaque massive des Olympiques a généré quatre buts en cinq tentatives hier. Benoît Groulx ne se souvenait pas de la dernière fois où son équipe avait compté autant de buts en avantage numérique.
Promu dans le premier trio aux côtés de Vincent Dunn et Émile Poirier, Jonathan Bourcier a été le premier à toucher le fond du filet. La recrue gatinoise mettait ainsi fin à une séquence de 127 minutes et deux secondes sans but des Olympiques. Élie Bérubé a fait 2-0 en marquant à partir de l'arrière du filet et Alexis Pépin a chassé Étienne Marcoux en première période.
Robert Dray avait assuré la réplique en profitant d'un cadeau offert par Frank Schumacher lors d'un revirement. En deuxième période, Nathanael Halbert a réduit l'écart à 3-2 et Samuel Hodhod a fait payer cher une mauvaise sortie de Robert Steeves derrière son filet pour égaler la marque 3-3. Marc-Olivier Roy avait ensuite procuré la première avance des visiteurs dans le dernier tiers avant la remontée inattendue des Olympiques.
Alexis Pépin se félicitait d'avoir convaincu son entraîneur de revenir au jeu après le match. Initialement, il devait attendre à vendredi.
«Je ne suis pas complètement rétabli, mais les séries approchent et je voulais aider. Je ne voulais pas avoir peur de me blesser. J'ai joué donc un match robuste tout en amassant des points. La foule a été superbe. Elle embarquait après chaque mise en échec. Elle nous a donné de l'énergie en fin de match.»
Benoît Groulx n'avait pas de mise à jour à faire sur ses trois nouveaux blessés. Il a cependant indiqué que Reway était malade et non blessé.