Guy Lafleur était un invité au banquet du 50e anniversaire de la LHJMQ jeudi soir à Shawinigan.

Lafleur contre les salaires

SHAWINIGAN — Le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau a lancé les festivités de la 50e saison de l’histoire de son circuit en conviant plusieurs invités de marque dans la Cité de l’énergie jeudi soir.

De Guy Lafleur qui a remporté la coupe Memorial avec les Remparts de Québec en 1970 et 1971 à Samuel Girard qui a fait le saut dans la LNH avec l’Avalanche du Colorado à 19 ans cette saison, les anciens de la ligue ont pris le micro à tour de rôle pour revenir sur leurs expériences dans la ligue.

La « Comète blonde » a été un des premiers à monter sur l’estrade en compagnie de Patrick Roy et du défenseur Pierre Sévigny.

« Le hockey a bien évolué depuis l’époque où j’ai joué dans la LHJMQ. Au début, notre ligue n’était pas considérée pour être bien fameuse. On disait que le hockey était plus fort en Ontario et dans l’Ouest canadien, mais nos deux premières coupes Memorial ont démontré que nous étions là. »

Selon l’ancien joueur étoile du Canadien de Montréal, les joueurs sont bien mieux préparés à faire le saut dans les rangs professionnels aujourd’hui.

« Les joueurs s’entraînent 12 mois par année alors qu’on profitait du camp d’entraînement pour s’entraîner ! Heureusement ! Il y avait moins d’équipes dans mon temps et beaucoup moins de voyages, mais aujourd’hui, il y a de plus en plus de joueurs repêchés dans la LNH à partir de la LHJMQ. J’espère que ça va continuer, surtout pour le Canadien de Montréal », a-t-il lancé, toujours en décochant une petite flèche à son ancienne équipe.

Depuis quelques jours, c’est la commission des normes du travail qui retient l’attention dans le monde du hockey junior. Des groupes tentent d’obtenir une rémunération pour les joueurs de la Ligue canadienne junior. Un non-sens pour Guy Lafleur.

« C’est ridicule. Ça va détruire la ligue. Si tu commences à donner le salaire minimum aux joueurs (15 $), tu vas aussi payer tes joueurs vedettes de la même manière ? Ça ne marchera pas. Les joueurs vont aller jouer ailleurs. Si les joueurs devaient payer leur pension, leur transport et leurs études, leur salaire ne couvrirait pas les frais. Ce n’est pas la LNH... »