Premier choix européen des Olympiques de Gatineau cet été, Iaroslav Likhachev va disputer un premier match dans la LHJMQ dimanche lors de la visite du Phoenix de Sherbrooke. ­

La première de Likhachev

Un mois après avoir aidé l’équipe nationale russe des moins de 18 ans à gagner la médaille de bronze à la Classique Hlinka-Gretzky à Edmonton, Iaroslav Likhachev va reprendre l’action dimanche au Complexe Branchaud-Brière.

L’attaquant de 17 ans va enfiler le chandail des Olympiques pour la première fois quand l’équipe gatinoise va accueillir le Phoenix de Sherbrooke. Afin de lui laisser du temps pour s’acclimater à son nouvel environnement, l’entraîneur-chef Éric Landry avait préféré tenir son futur joueur vedette à l’écart des quatre premiers matches hors-concours.

Likhachev a été patient. Maintenant, il a hâte de goûter au hockey junior majeur canadien.

«J’attends ce premier match depuis longtemps. Je n’ai pas joué depuis presque un mois. Je me suis entraîné beaucoup dans ce dernier mois. Je suis vraiment impatient de me retrouver en situation de match à nouveau», a-t-il expliqué au Droit vendredi matin par le biais d’un logiciel de traduction instantanée.

Éric Landry a aussi hâte de voir comment va réagir son premier choix européen contre une véritable formation de la LHJMQ.

«Dans nos quatre premiers matches hors-concours, nous avons affronté des équipes qui alignaient beaucoup de recrues. Les clubs sont complets maintenant et j’ai hâte de voir où Iaroslav va se situer par rapport à une équipe bien rodée. Nous lui avons donné du temps pour qu’il s’adapte à nos enseignements, à notre système de jeu et à ses coéquipiers.»

Depuis un mois, Landry a pu voir toutes les qualités du joueur considéré comme un espoir de première ronde au prochain repêchage de la LNH.

«Il a de bonnes mains, un bon lancer, une bonne vision de jeu. Il aime avoir la rondelle. C’est un compétiteur. Je ne peux pas le comparer à Vitalii Abramov ou Yakov Trenin. C’est un autre type de joueur. Il n’a pas la vitesse de Vitalii, mais il est capable de patiner aussi vite. Me suis-tu ? Il est capable de déjouer le même joueur huit fois en deux secondes !»

Même s’il avoue avoir le mal du pays à l’occasion, Likhachev se fait rassurant.

«La maison me manque, mais j’ai moi-même choisi ce chemin et je veux l’emprunter jusqu’au bout. J’aime tout de la ville ici. Je me considère chanceux d’être tombé dans cette organisation», dit-il.

Quand on lui demande s’il a eu le temps de se faire des amis dans le vestiaire des Olympiques, Likhachev commence par nommer le Suisse David Aebischer, le Canado-Belge Métis Roelens et le Gatinois Charles-Antoine Roy avant d’en rajouter.

«Il y a (William) Basque aussi. Et (Giordano) Finoro. Ah oui, (Kieran) Craig. Tu peux ajouter (Tristan) Bérubé et Bill ! Ça, c’est (Gabriel) Bilodeau. Ce sont de très bons amis.»

Likhachev apprécie également les efforts d’Éric Landry, qui se sert de ses années passées dans la KHL pour échanger avec lui.

«Il essaie de me parler en Russe. J’arrive à le comprendre !»

Première en deux semaines

Pour les Olympiques, le match contre le Phoenix sera le premier en deux semaines.

Deux autres matches contre les 67’s d’Ottawa sont au programme le week-end prochain. Les Gatinois vont laisser le Complexe Branchaud-Brière après leur match du 14 septembre contre les 67’s pour rentrer à Guertin pour la sixième et dernière semaine de leur camp d’entraînement.

Les Olympiques vont lancer leur saison en Abitibi les 21 et 22 septembre.