Ben Allison, Émile Hegarty-Aubin, William Dagenais et Mathieu Bizier feront partie des nombreux nouveaux visages à prendre part à un premier match avec les Olympiques vendredi soir au centre Robert-Guertin.

La liquidation se poursuit chez les Olympiques

Les soldes d’après Noël ne se retrouvent pas seulement sur les étagères des magasins. Dans la LHJMQ, les Olympiques de Gatineau ont poursuivi la liquidation de leurs meilleurs joueurs d’expérience jeudi en expédiant Maxim Trépanier et un choix de quatrième ronde en 2020 aux Mooseheads de Halifax afin de mettre la main sur un choix de première ronde en 2020 ainsi que sur un produit local : William Dagenais.

Identifié par le Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ comme un choix de deuxième ronde au dernier encan du circuit Courteau, l’attaquant de 16 ans était encore disponible en quatrième ronde quand il a été réclamé par les Mooseheads. Si Maxim Trépanier était devenu le meilleur compteur des Olympiques avec une récolte de 33 points en 29 matches, Dagenais traverse une saison plus difficile sur le plan offensif où il est le huitième compteur de l’Intrépide de Gatineau avec 18 points en 28 matches. À 15 ans, il avait amassé 26 points en 39 matches.

À sa décharge, l’Intrépide connaît du succès cette saison en misant sur un concept d’équipe avant tout. D’ailleurs, aucun joueur n’a amassé plus d’un point par match.

En retrouvant Éric Landry, qui l’a déjà dirigé dans la structure intégrée de l’Intrépide, les Olympiques espèrent que Dagenais retrouvera la confiance qui l’habitait au moment où il était considéré comme un joueur aussi redoutable qu’Hendrix Lapierre il y a trois ans.

« Dagenais, nous l’aimions beaucoup l’an dernier. Quand Halifax nous a approchés pour nous parler de Trépanier, nous voulions inclure William dans les pourparlers. Il devra travailler à rebâtir sa confiance. Nous pensons qu’il a tout pour réussir et devenir un bon attaquant de puissance dans notre ligue », a indiqué le directeur des opérations hockey, Alain Sear.

Les Olympiques étaient de retour à l’entraînement jeudi soir en vue de leur prochain match contre les Foreurs de Val-d’Or vendredi au centre Guertin. Dagenais faisait déjà partie des nouveaux visages dans le vestiaire des Gatinois, tout comme Mathieu Bizier, Émile Hegarty-Aubin et Ben Allison acquis au cours des 12 derniers jours. Le défenseur Justin Gosselin a également été rappelé des Chevaliers de Lévis.

Ils seront tous mis à l’essai d’ici la date limite des transactions du 6 janvier, mais toutes les options restent sur la table pour la suite des choses.

« Nous envisageons de retourner nos jeunes joueurs d’âge midget à leurs équipes respectives après les Fêtes, surtout ceux qui font partie de très bonnes équipes. Nous voudrions qu’ils apprennent à jouer dans des situations gagnantes, mais rien ne nous empêche de pouvoir les garder aussi. Ce sera à eux de nous démontrer qu’ils peuvent rester. Pour le moment, Hegarty-Aubin semble être le mieux outillé pour rester après les Fêtes », a ajouté Sear.

Si ce dernier s’est lancé dans la plus grande vente de liquidation de l’histoire de l’organisation, c’est parce qu’il ne pouvait plus se permettre de vivre à crédit sans choix au repêchage. Les Olympiques ont maintenant six choix de première ronde dans les deux prochains repêchages. La présence d’équipes faibles comme les Sea Dogs de Saint-Jean et le Titan d’Acadie-Bathurst devrait aussi permettre aux Olympiques d’éviter une exclusion des séries éliminatoires malgré leur cure de rajeunissement.

Dagenais stimulé

Un solide gaillard de 6’1’’, Dagenais cachait mal sa joie de s’amener dans l’équipe de son patelin.

« C’est un bon feeling d’être enfin ici. Au repêchage, je voulais juste être sélectionné. J’étais content d’avoir été choisi par Halifax, mais il n’y avait pas vraiment de place pour moi là-bas. Ici, je retrouve Manix Landry, qui est un bon ami. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble quand nous étions plus jeunes. Je connais bien Éric (Landry). Il sera un bon entraîneur pour moi. Il me connaît. Il va me pousser. Il sait ce que je peux faire. Je connais bien d’autres personnes dans l’organisation aussi. Ça me donne confiance. »

+

TRÉPANIER AVAIT PRÉVU LE COUP

Les temps des Fêtes se suivent et se ressemblent pour Maxim Trépanier. 

En 2017, entre Noël et le Jour de l’an, il était passé de l’Océanic de Rimouski aux Olympiques de Gatineau. Un an plus tard, il passe des Olympiques aux Mooesheads de Halifax. Dans les deux cas, il a valu un choix de première ronde à l’équipe qui a échangé ses services.

En 2018, il a toutefois permis aux Olympiques d’aller chercher William Dagenais dans le marché. Les Gatinois ont dû céder un choix de quatrième ronde pour soutirer ce produit local aux Mooseheads.

Maxim Trépanier

Âgé de 19 ans, Trépanier savait que ses jours étaient comptés à Gatineau, surtout après avoir pris conscience des échanges du capitaine (Jeffrey Durocher), du gardien numéro un (Tristan Bérubé) et du seul joueur repêché dans la LNH (Shawn Boudrias) avant Noël.

« Je viens de connaître deux temps des Fêtes mouvementés. Si mon échange de Rimouski à Gatineau avait été un choc, je m’attendais à partir cette fois, mais je n’étais plus certain. Je n’entendais plus de rumeurs. Les Olympiques sont en reconstruction et ils m’ont envoyé dans un club qui va présenter le tournoi de la coupe Memorial. Halifax, c’est un bon endroit pour jouer au hockey. Ils ont une très bonne équipe. Je m’en vais là-bas dans l’optique de gagner les deux coupes cette année », a-t-il dit au Droit avant de passer au centre Guertin pour récupérer ses effets personnels jeudi matin.

Après son arrivée à Gatineau le 30 décembre 2017, Trépanier avait vécu des moments difficiles avec deux blessures qui l’ont limité à une saison de 52 matches.

Cet été, son entraînement a également été ralenti par le virus de la mononucléose. Il avait cependant commencé sa saison sur des chapeaux de roue en marquant trois buts en plus d’ajouter une passe dans le premier match à Val-d’Or.

Étrangement, son dernier match avec les Olympiques se sera déroulé de la même façon (trois buts et une passe) à Drummondville le 15 décembre.

« Je suis content d’avoir pu rebondir après les blessures de l’année dernière et ma mononucléose. Je ne savais pas comment j’allais réagir, mais j’ai pu retrouver ma confiance et connaître du succès. »

Chose certaine, les départs de Trépanier, Boudrias, Durocher et Bérubé laissent les Olympiques avec des trous béants, particulièrement en attaque.

Trois de leurs quatre meilleurs compteurs sont maintenant des défenseurs. Gabriel Bilodeau et Pier-Olivier Lacombe se partagent la tête avec 21 points chacun. Charles-Antoine Roy suit avec 20 points. Qui marquera les buts en deuxième moitié de saison ?

À cette question, le directeur des opérations hockey Alain Sear a suggéré qu’il n’avait peut-être pas complété ses emplettes.

« Nous avons des munitions pour ajouter un attaquant de 18 ans qui pourra nous aider tout en restant avec nous pendant deux saisons, mais nous nous attendons à ce que nos jeunes soient capables de prendre plus de place. »

Likhachev blessé

Parlant d’aide en attaque, les Olympiques ne pourront pas compter immédiatement sur les services de Iaroslav Likhachev. Blessé dès son premier entraînement avec l’équipe russe au Championnat mondial junior A, il est de retour à Gatineau, mais ne jouera pas avant le 5 janvier.