Darien Kielb n’a joué que 23 matches cette saison et il est déjà à trois points d’égaler son record personnel de 17 points. Le défenseur de 19 ans mène les Olympiques avec un différentiel de +13.

Kielb devient un atout offensif pour les Olympiques

Il a inscrit neuf points à ses neuf derniers matches et il vient d’être choisi dans l’équipe d’étoiles de la semaine de la LHJMQ. Indéniablement, Darien Kielb traverse les meilleurs moments de sa carrière junior depuis quelques semaines.

Rendu à 14 points en 23 matches, le défenseur des Olympiques de Gatineau n’est qu’à trois points d’égaler un sommet personnel. Il mène l’équipe avec un différentiel de +13. À ses 10 derniers matches, il a toujours maintenu un différentiel positif. Dans une équipe en reconstruction qui a usé les pneus de son autobus aux quatre coins du Québec pendant cette séquence, ces statistiques sont impressionnantes.

« Ma confiance est à son plus haut niveau en ce moment. Je garde les choses simples. J’essaie de ne pas trop en faire. Dans mes sorties de zone, j’essaie de donner la rondelle à la bonne personne en espérant qu’il va la placer dans le fond du filet », a-t-il dit avant d’affronter les Voltigeurs de Drummondville au centre Robert-Guertin vendredi soir.

Rendu à 19 ans, l’Ontarien natif de Hamilton commence à prendre ses aises dans la LHJMQ.

« C’est mon troisième tour de piste. Je comprends beaucoup mieux le fonctionnement de la ligue. Je sais maintenant ce que ça prend pour avoir du succès. À 19 ans, les entraîneurs nous font un peu plus confiance. Nous obtenons aussi plus de temps de jeu. Ça aide de jouer aussi souvent », a admis l’arrière-garde de 6’3’’, qui avait été obtenu des Remparts de Québec au début de la saison 2017-18 en retour de Marc-Olivier Alain, un ancien choix de première ronde qui évolue aujourd’hui au hockey collégial.

Quelques semaines après son arrivée de Québec, l’entraîneur-adjoint Ron Choules avait remarqué que Kielb avait un talent offensif insoupçonné.

Même si Kielb n’avait jamais été considéré comme un défenseur offensif pendant son hockey mineur, Choules pensait qu’il avait les atouts pour aller chercher des points comme Alex Breton le faisait à 20 ans.

À 19 ans, Breton avait inscrit 28 points en 67 matches avec les Olympiques. Devenu capitaine à 20 ans, il avait enchaîné avec une saison de 40 points en 59 matches. Kielb semble en position de suivre les traces de l’ancien capitaine.

« Bret est un joueur fantastique, a lancé Kielb. Je l’observais comme il faut l’an dernier. Je voulais être en mesure de faire ce qu’il faisait pour notre équipe quand il allait passer au niveau supérieur. Je veux devenir ce joueur qui va aider l’équipe à gagner. »

D’ailleurs, Darien Kielb souligne que Ron Choules a eu une influence positive sur lui à son arrivée à Gatineau.

« Je suis très proche de Ron. Nous avons une relation de confiance. Il veut le meilleur pour moi, alors je tiens à cœur tout ce qu’il me dit afin de m’améliorer. »

Potentiel plus grand

L’entraîneur-chef Éric Landry apprécie aussi la progression de son vétéran défenseur, mais pour lui, le meilleur reste à venir.

« Darien a toujours été capable de faire de bons jeux avec la rondelle. Il patine bien avec celle-ci. Quand il garde les choses simples, il a du succès. Quand il utilise sa vitesse et son agilité, tout va. Quand il ne le fait pas, il devient ordinaire. Il a beaucoup progressé depuis l’an dernier, mais il lui reste encore beaucoup à apprendre. Il n’a pas encore atteint son potentiel. »

S’il commence à récolter les points avec régularité, Kielb est encore plus fier de son différentiel de +13.

« Être sur la glace pour nos buts et empêcher l’adversaire de compter, ce sont les éléments les plus importants. En carrière, je suis encore dans le négatif (-2) et je veux corriger la situation en gardant la rondelle hors de notre territoire, en préparant les bons jeux tout en appuyant l’attaque au moment opportun afin de créer des chances de marquer. »

+

EN BREF

Place à la Classique Colonel-By

Les Gee Gees de l’Université d’Ottawa vont tenter de protéger leur titre acquis l’an dernier dans la Classique Colonel-By contre les Ravens de l’université Carleton.

Les équipes de hockey des deux campus universitaires de la région vont s’affronter vendredi soir à la Place TD (billets 15 $) et les Ravens auront fort à faire pour récupérer le trophée décerné au vainqueur de ce duel.

Les Gee Gees (9-0-1) de l’entraîneur-chef Patrick Grandmaître sont invaincus en temps réglementaire à leurs 10 premiers matches de la saison. Ils occupent le premier rang de la conférence de l’est du circuit universitaire ontarien. Ils sont classés quatrièmes à l’échelle nationale.

Les Ravens (6-2-3) sont quatrièmes dans la division. Ils sont menés en attaque par Alexandre Boivin (14 points en 11 matches) et devant le filet par François Brassard (moyenne de 2,12 buts alloués et pourcentage d’arrêt de ,931), deux joueurs qui ont déjà porté les couleurs des Remparts de Québec.

Brendan Jacome, Cody Drover et Kevin Domingue partagent la tête du classement des compteurs des Gee Gees. Anthony Brodeur (2,13 et ,931), l’ancien des Olympiques de Gatineau, arrive d’un match spécial du Temple de la renommée du hockey où il a affronté son père Martin Brodeur.

***

Les 67’s perdent un point et trois joueurs

La séquence sans défaite en temps réglementaire s’est poursuivie pour les 67’s d’Ottawa, mais leur point arraché dans un revers de 3-2 en prolongation jeudi soir à Sudbury pourrait avoir été coûteux.

Trois protégés de l’entraîneur-chef André Tourigny n’ont pas terminé la rencontre en raison de blessures, dont Marco Rossi, la meilleure recrue de la Ligue de l’Ontario. Blessé au haut du corps, son retrait du match aurait été préventif. Rossi a récolté 13 buts et 27 points en 23 matches.

Considéré comme un choix potentiel de première ronde au prochain repêchage de la LNH, le défenseur Nikita Okhotyuk a également dû mettre fin à son match prématurément en raison d’une blessure.

L’attaquant Quinn Yule a été l’autre victime durant le match contre les Wolves. Ceux-ci ont empoché les deux points de la victoire grâce à un but de David Levin avec 1:05 à faire à la prolongation.

Nolan Hutcheson a marqué les deux autres buts des Wolves (12-6-2). La réplique des 67’s (17-3-3) est venue de Tye Felhaber (22e but) et Lucas Peric.

Pour la première fois en 10 matches, la cage des Ottaviens n’était pas protégée par Cédrick Andrée. Will Cranley a effectuté 23 arrêts. Les 67’s seront à Sault Ste-Marie vendredi.