Le match de mercredi a mis en évidence les talents offensifs d’Austen Keating, qui n’a jamais été réclamé dans la LNH.

Keating s’est vu retomber en enfance

« C’était une de ces soirées où tout ce que je faisais fonctionnait. Toutes les rondelles que je touchais aboutissaient dans le fond du filet. C’était une sensation étrange. J’avais l’impression d’avoir à nouveau 10 ans. »

Ces commentaires, ce sont ceux d’Austen Keating après son match de trois buts et quatre passes mercredi dans une éclatante victoire de 11-6 des 67’s d’Ottawa à Kingston.

L’attaquant de 20 ans a percé le top-10 des compteurs de la Ligue de l’Ontario (LHO) avec son match record de sept points. Après 24 matches, il totalise 38 points. S’il garde le même rythme, il va récolter plus de 100 points à sa cinquième et dernière année junior.

Choix de première ronde des 67’s en 2015, Keating est rendu à 274 points en 275 matches en carrière. Il ne lui manque que 36 points pour rejoindre Corey Locke au 10e rang des meilleurs compteurs de l’histoire du club. À moins d’une blessure, le défi ne sera pas très relevé pour l’attaquant natif de Guelph. Il faut dire qu’il avait déjà très bien amorcé sa carrière à Ottawa.

À 16 ans, il avait enregistré 32 points en 50 matches et il avait déjà connu un premier match de quatre points. Quand on lui demande ce qui est le plus impressionnant entre un match de sept points ou ce match de trois buts et une passe contre les Greyhounds de Sault Ste-Marie quand il avait 16 ans, Keating a de la difficulté à trancher.

« J’ai ressenti les mêmes frissons. À 16 ans, quand tu arrives à marquer trois buts dans un match contre des joueurs plus rapides et plus gros que toi, ta confiance défonce le plafond ! J’avais 20 livres de moins à 16 ans ! Ça démontre que tu as les habiletés nécessaires pour avoir du succès dans cette ligue. Cette semaine, le match de sept points m’a procuré les mêmes sensations. Mes compagnons de trio ont fait tout un travail. Nous avons eu du plaisir », a-t-il dit en faisant allusion à Marco Rossi (six points) et Joseph Garreffa (quatre points).

Après deux périodes, Keating avait déjà égalé son record personnel de cinq points dans un match. Il faut le connaître pour savoir qu’il n’a pas commencé à penser aux records d’équipe entre les périodes.

« C’est dans ma nature de rester calme et détendu. C’est comme ça que j’ai du succès. Après cinq points, je n’ai pas commencé à penser à combien j’allais en avoir de plus. Le jeu n’allait pas changer parce que j’étais rendu à cinq points. J’ai continué à faire les choses simples. »

Toujours bien entouré

Keating a vanté les mérites de ses compagnons de trio pour ses succès cette saison, mais dans sa carrière junior, il souvent été au bon endroit au bon moment.

« J’ai été chanceux. À 16 ans, j’ai joué avec Jeremiah Addison et Dante Salituro pendant presque toute la saison. Ils sont devenus des professionnels aujourd’hui. À 17 ans, j’ai surtout joué avec Mathieu Foget et Artur Tyanulin. À 18 ans, j’ai été jumelé à Foget et Tye Felhaber. À 19 ans, j’étais encore avec Felhaber, puis Marco Rossi. Ce sont tous des joueurs avec d’immenses talents. »

Malgré ses statistiques intéressantes, Keating n’a jamais été réclamé par une équipe de la LNH. Comme Tye Felhaber l’an dernier, il est un agent libre qui peut s’entendre avec n’importe quelle équipe. Felhaber a finalement accepté l’offre des Stars de Dallas l’an dernier. Keating ne cache pas qu’il aimerait imiter son copain. « Mon objectif est de signer un contrat avec un club de la LNH. Les discussions ne sont pas encore commencées, mais l’an dernier, Tye a commencé à avoir des contacts avec des équipes à partir de la mi-décembre. On se rapproche. »

+

LE DÉCLIC DE YANIC CRÊTE

Partout où il est passé dans son hockey mineur, Yanic Crête a compté des buts et produit beaucoup de points.

Choix de troisième ronde des 67’s d’Ottawa en 2018, il lui restait à démontrer qu’il pouvait le faire au niveau junior majeur.

Joueur affilié à 16 ans pendant qu’il portait surtout les couleurs des Hawks de Hawkesbury dans la Ligue centrale junior A, il n’avait pas eu l’occasion de secouer les cordages dans les 14 matches auxquels il a pris part avec les 67’s.

Cette saison, il lui a fallu un autre 14 matches avant de marquer son premier but en carrière dans la Ligue de l’Ontario. Depuis que la glace a été brisée, le Franco-Ontarien a ajouté quatre autres buts dans les 10 parties suivantes. Mercredi à Kingston, le hockeyeur de l’Orignal a profité d’un festival offensif pour inscrire deux buts dans un même match.

Pour le joueur recrue, le déclic est venu avec son premier but marqué le 1er novembre. « Je suis devenu plus confiant depuis ce premier but. J’ai toujours été un joueur offensif, mais j’ai dû m’habituer au style de jeu plus rapide de cette ligue. J’apprends toujours. Je dois notamment travailler mon jeu défensif. »

Pour l’entraîneur-chef André Tourigny, le talent de Crête est indéniable.

« Il n’y a pas de doute qu’il est capable de produire dans cette ligue, mais pour jouer régulièrement à ce niveau, il faut apprendre à être compétitif à toutes les présences sur la patinoire. Quand il aura développé cette constance, il va devenir un très bon joueur. »

Sur la glace, Crête a vécu des sensations fortes la semaine dernière quand il a compté pendant le match des écoliers. Plusieurs camarades de son école secondaire à Hawkesbury se trouvaient dans les gradins de la Place TD. « Je suis maintenant à l’Académie Blyth. Ça faisait deux ou trois mois où je n’avais pas vu mes anciens collègues de classe. Ma mère m’avait dit qu’il y aurait un groupe au match, mais je ne sais pas combien ils allaient être. Ils étaient plus d’une centaine ! Ils ont fait pas mal de bruit. Ça m’a fait du bien de compter devant eux. »

Duel franco, prise deux

Les Generals d’Oshawa seront les prochains visiteurs à la Place TD samedi après-midi. Comme à leur dernier passage du 8 novembre, les Generals (16-7-1) vont encore faire confiance au gardien local Zachary Paputsakis. 

La recrue de Rockland avait aidé les siens à vaincre Cédrick Andrée et les 67’s 3-2. Depuis, les Ottaviens (18-6-0) ont gagné six de leurs sept derniers duels. Paputsakis a inscrit son premier jeu blanc en carrière dimanche dernier contre les Wolves de Sudbury dans un match présenté à la télévision nationale.