Austen Keating a fourni trois points dans la victoire des 67’s d’Ottawa face au Spirit de Saginaw.

Keating et Andrée jouent les héros pour les 67's

L’affiche était alléchante. Trois des 12 plus beaux espoirs, en prévision du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey, étaient réunis sur la même patinoire.

Ceux qui se sont rendus à la Place TD pour voir Cole Perfetti affronter Marco Rossi et Jack Quinn n’ont pas été déçus. Les trois dangereux attaquants ont marqué, dimanche après-midi, dans une victoire de 5-2 des 67’s d’Ottawa contre le Spirit de Saginaw.

Quinn a même inscrit deux buts. La deuxième fois, il n’a eu qu’à pousser la rondelle dans un filet désert.

Les jeunes espoirs ont brillé, mais ils n’ont pas fait la différence dans la rencontre.

Non. Les héros du match ont été deux joueurs légèrement plus âgés, qui n’ont jamais été repêchés dans la LNH.

L’ailier de 20 ans des 67’s Austen Keating a terminé le match avec une récolte de trois points.

Cédrick Andrée, le gardien, a réussi 39 arrêts.

La performance de Keating, face à un des meilleurs clubs de la Ligue de l’Ontario, doit être doublement soulignée. Il effectuait ce week-end un retour au jeu après avoir passé environ deux semaines sur la liste des blessés.

« L’importance de Keatz au sein de notre équipe ? Je peux vous résumer cela tout simplement », a commenté André Tourigny après la rencontre.

« Quand il n’était pas là, le trio de Marco obtenait, en moyenne, trois chances de marquer par match à forces égales. Quand Keatz est là, le trio obtient, en moyenne, sept chances par match. Je n’ai rien besoin d’ajouter, je pense. »

L’entraîneur-chef des 67’s en a quand même ajouté un peu.

« Joseph Garreffa et Marco sont deux joueurs très solides. Deux joueurs avec du cœur au ventre. Je les aime. Keatz, c’est la colle grâce à qui le trio se tient. C’est lui, le gars qui récupère toutes les rondelles libres. C’est lui qui se bat pour provoquer les revirements. Il s’implique dans l’échec-avant. Il se place devant le gardien de but adverse pour lui voiler la vue. Il bloque des tirs. Il travaille comme un fou dans le repli défensif. C’est un vrai de vrai. C’est ce que j’essaie de vous dire. Quand il s’absente, on voit tout de suite à quel point il joue un rôle essentiel au sein de notre équipe. »

Dimanche, en tout cas, Keating n’a pas tardé à se rendre utile. Le match venait à peine de débuter quand il a provoqué le revirement qui a mené au but de Rossi.

L’espoir autrichien a récolté son 80e point de la saison. À son 37e match.

C’était une belle façon de lancer, dès le départ, un message au Spirit. Le club qui mise sur Perfetti domine la section Ouest. Il avait subi seulement trois revers à ses 10 parties précédentes.

« Quand deux équipes comme les nôtres s’affrontent, il y a naturellement une ambiance de séries éliminatoires qui s’installe », commente Keating.

L’attaquant qui est originaire de Guelph et qui porte l’uniforme des 67’s depuis 2015 a l’habitude des gros matches. « Dans ce temps-là, on ne veut pas perdre une seule bataille, parce qu’on sait que la plus petite erreur peut changer l’allure du match. »

Cédrick Andrée a lui aussi l’habitude des matches difficiles. Quand le Spirit l’a bombardé de 18 tirs, dans une première période où la discipline faisait défaut, il n’a pas bronché.

À force de multiplier les gros arrêts, il est peut-être tombé dans l’œil d’un dépisteur à son tour. « Honnêtement, je n’y pensais même pas. J’ai arrêté de penser à ça. J’aime juste le hockey. Austen est pareil comme moi », commente-t-il.

+

LES OLYMPIQUES SE SONT BIEN DÉFENDUS

Si on parle strictement des points et du classement général, Éric Landry aurait espéré mieux.

Les Olympiques de Gatineau respiraient la confiance, quand ils ont quitté pour une petite traversée des provinces de l’Atlantique. Là-bas, ils ont été battus trois fois en trois matches.

Landry ne veut pas s’arrêter à cela. Son équipe méritait mieux, dit-il. Elle n’a pas nécessairement connu de mauvais matches.

Il est surtout fier de la façon dont ses joueurs ont joué, samedi, dans un revers de 4-1 contre les Eagles du Cap-Breton.

« Le score, c’est une chose, commence-t-il. La feuille de match nous dit aussi qu’ils ont eu le dessus 35-30 dans les tirs au but. Je trouve que nous avons joué une excellente partie contre une excellente équipe. »

Les Eagles pourraient, effectivement, remporter le championnat de la division Maritimes. Ils ont gagné neuf de leurs 10 derniers matches.

« Eux autres, ils sont équipés pour aller all the way. Ils ont fait de gros achats à Noël », note Landry.

« Ils ont dominé le jeu pendant les cinq premières minutes. Par la suite, j’ai trouvé que nous étions capables de compétitionner. Nous n’avons pas été trop impressionnés par la grosseur de leurs joueurs. Après cinq minutes, nous avons aussi joué du gros hockey. »

Mathieu Bizier a été l’unique marqueur de Gatineau, au Cap-Breton. Le centre de 18 ans a été solide durant toute la semaine sur la route, en fait. Il a profité de la virée pour ajouter cinq points à sa fiche.

« Il a ramené du leadership à l’équipe, après la pause de Noël. Tu vois qu’il a retrouvé sa game. Il est plus confortable », estime Landry.

« En réalité, je dirais que nos quatre trios ont bien joué au Cap-Breton. »

Les Olympiques sont rentrés en Outaouais durant la nuit de samedi à dimanche. Ils disposeront maintenant de quelques jours pour se reposer. Ils joueront leur prochain match vendredi.

L’Intrépide gagne

L’Intrépide de Gatineau a connu une très belle fin de week-end. L’équipe a marqué trois buts en troisième période, pour forcer la tenue d’une prolongation. Elle a finalement vaincu les Vikings de Saint-Eustache, 5-4.

L’attaquant Andrew Belchamber a marqué deux gros buts dans cette partie. Son premier a donné le ton à la remontée, au début du troisième tiers. Le deuxième a scellé l’issue de la rencontre.

Son coéquipier Frédéric Brunet a complété la rencontre avec une récolte de trois points.