Le directeur général et entraîneur-chef des Olympiques, Louis Robitaille
Le directeur général et entraîneur-chef des Olympiques, Louis Robitaille

Incursion dans les coulisses du repêchage des Olympiques

Vendredi soir dernier, pour la première fois de son histoire, l’organisation des Olympiques de Hull/Gatineau a réclamé quatre des huit premiers joueurs d’une séance de sélection de la LHJMQ.

Elle a notamment sélectionné Tristan Luneau au tout premier rang du repêchage. Afin de souligner cette soirée mémorable, l’organisation a ouvert les portes de son bunker au Droit pour capter les coulisses de ce moment déterminant. À Shawinigan et Sherbrooke, les Cataractes et le Phoenix ont fait la même chose. Le Droit, Le Nouvelliste et La Tribune ont ainsi pu faire le montage des moments forts du repêchage 2020 de la LHJMQ. La vidéo est disponible sur nos sites Web. Le compte-rendu des Olympiques, avec des informations inédites dans la vidéo, est publié ici.

Tristan Luneau

Le défenseur des Estacades de Trois-Rivières est pressenti pour être le premier choix 2020 de la LHJMQ depuis au moins un an. Le soir du repêchage, le suspense persiste. Si les Olympiques réclament Luneau, se rapportera-t-il à l’équipe ? En réalité, le dossier est réglé depuis trois semaines, mais le secret a été conservé. Tellement qu’à Sherbrooke, le recruteur-chef Alain Préfontaine y va d’une prédiction avant l’annonce des Olympiques. « Je ne serais pas surpris que ce soit (Antonin) Verreault. »

Tristan Luneau (droite) enfile le chandail des Olympiques sous le regard de son nouveau <em>coach</em>, Louis Robitaille.

Mais l’entraîneur-chef et directeur général Louis Robitaille a bien joué ses cartes pour brouiller les pistes. Il est fier de son coup quand Tristan Luneau arrive dans la salle où sont regroupés les recruteurs et les membres les plus importants de l’organisation. « À l’ère des médias sociaux en 2020, nous avons pu garder le secret jusqu’à la dernière minute, alors si ça sort maintenant sur Twitter, je le sais que ça va venir d’ici ! »

La famille Luneau est arrivée à l’hôtel V de Gatineau jeudi. Elle a fait un tour de ville vendredi. Elle a été aperçue par des travailleurs sur le chantier du nouveau Guertin, mais la nouvelle n’a pas été ébruitée. En fin d’après-midi, une vidéo a été tournée avec un invité surprise dans une chambre d’hôtel. Maxime Talbot, un des grands de l’histoire des Olympiques, est sur place pour lui remettre chandail et casquette. La vidéo sera envoyée à la LHJMQ pour permettre à Luneau d’assister à l’annonce officielle de sa sélection. Une salve d’applaudissements suit l’annonce de Maxime Talbot sur le choix de Luneau. La fierté peut se lire sur le visage du jeune homme, de ses parents et de ses deux frères. Le contrat de Luneau est déjà signé avec les Olympiques. Il n’y a plus d’intrigue. Il sera présent à l’ouverture du prochain camp d’entraînement.

Antonin Verreault

Les Olympiques détiennent aussi le deuxième choix de la séance de sélection. Antonin Verreault a l’étiquette de l’attaquant le plus dynamique du repêchage. Si les Olympiques le laissent filer, ils risquent de le perdre avant de parler à nouveau au quatrième rang. Ils aiment aussi Samuel Savoie, un attaquant du Nouveau-Brunswick. Les Sea Dogs de Saint-Jean ont le troisième choix. Ils pourraient être tentés de choisir ce produit local. L’équipe de recruteurs s’entend cependant sur la sélection de Verreault. Avant de faire l’annonce officielle, Robitaille appelle Verreault à la maison et l’échange commence avec un moment cocasse.

Louis Robitaille discute avec Maxime Talbot, Derick Brassard et Francis Wathier

– Antonin ?

– Ouin, c’est qui ?

– C’est Louis Robitaille. Ça va bien ?

– Bien oui.

– Veux-tu être un Olympique ?

– Bien oui.

– Félicitations mon homme ! On va te sélectionner dans 30 secondes.

Robitaille raccroche et lance une boutade à la salle. « C’est qui ? Haha ! Je vais avoir du fun avec lui moi ! »

Après la sélection, Robitaille rappelle Verreault. « Nous sommes vraiment contents de t’avoir. Tu cadres exactement dans ce que nous voulons. Je suis fier en maudit de t’avoir avec nous. Tu es un vrai. Un Olympique dans la lignée des Max Talbot. Tu compétitionnes et tu as du talent. Tu joues avec passion et avec cœur. C’est ça que nous achetons avec toi. »

Samuel Savoie

À la stupéfaction des Olympiques, les Sea Dogs sélectionnent l’attaquant Leighton Carruthers au troisième rang. Un attaquant en puissance de la Nouvelle-Écosse. Le nom de Samuel Savoie demeure donc sur la table. Louis Robitaille est séduit par la perspective de le sélectionner. Il fait un tour de table. « Savoie ? »

« Oui, oui et oui », sont les réponses que nous entendons des recruteurs.

À nouveau, Robitaille passe un coup de fil au joueur qu’il s’apprête à choisir. Il le rappelle après la sélection.

Louis Robitaille

« Nous sommes vraiment contents de t’avoir. Nous avons eu peur avec les Sea Dogs qui parlaient troisièmes. »

La communication coupe. Savoie n’a pas l’occasion de répondre. Robitaille pense que son nouveau joueur a échappé son téléphone. Trop tard pour le rappeler. Les Olympiques pigent à nouveau au 13e rang, mais Robitaille veut devancer son choix.

« Les gars, il faut rester à l’affût. Il pourrait y avoir des échanges. Est-ce qu’on s’avance au 6e rang ? Est-ce que nous prenons le 7e choix de Victo ? »


« Avec Warren, nous aurons trois joueurs qui ont joué pour le Canada aux Jeux olympiques de la jeunesse. »
Louis Robitaille

Noah Warren

Au cinquième rang, Robitaille prévoit la sélection du défenseur Evan Nause par les Remparts de Québec. Il ne s’est pas trompé. Il a déjà repêché un défenseur et deux attaquants. Il veut un deuxième défenseur élite. « Il reste Maveric Lamoureux, mais les Tigres vont le prendre au septième rang. Il reste aussi Michael Mastrodomenico, un cas incertain. Il y a Noah Warren et Pier-Olivier Roy. Nous, c’est Warren que nous voulons vraiment. »

Gatineau aime bien Mastrodomenico, mais celui-ci ne peut pas s’engager officiellement envers le club. Robitaille passe un coup de fil rapide à son agent pour voir si son client s’est branché à la dernière minute. Il semble que non.

Les Foreurs prennent le gardien Vincent Filion au sixième rang. Surprise pour Robitaille, son ami Kevin Cloutier sélectionne le défenseur Pier-Olivier Roy à Victoriaville.

« Ah ben, il a suivi son instinct ! Je le savais ! »

Au huitième rang, Noah Warren est toujours disponible et Robitaille s’entend avec les Wildcats de Moncton pour se prévaloir de ce choix. Il cède le 13e et 23e choix de la séance avec un choix de troisième ronde en 2022 pour pouvoir réclamer Warren. Il appelle l’heureux élu. Une avalanche de « yeah » se fait entendre chez les Warren.

« Avec Warren, nous aurons trois joueurs qui ont joué pour le Canada aux Jeux olympiques de la jeunesse. On rentre un gars de 6’5’’ qui va jouer à 240 livres. »

Norm MacMillan, le président des Olympiques de Gatineau

Attention ! Pourrait-il avoir réussi un coup double ? Il pose une question à son auditoire.

« Pis c’est le meilleur chum à qui, lui ? »

Robitaille répond lui-même en hochant de la tête. « Charles-Alexis Legault... »

Choix de deuxième ronde des Olympiques en 2019, ce défenseur compte se diriger vers l’Université de Boston en 2021-22. Le choix de Warren a donc une valeur ajouté. Les Olympiques parviendront-ils à construire une brigade défensive du tonnerre ? Luneau et Warren à 16 ans, Boutin et Legault à 17 ans. À maturité, c’est le genre de quatuor qui gagne des championnats. Le repêchage 2020 est terminé, mais le travail de Louis Robitaille commence.

Oh et Mastrodomenico ? Il a été choisi par les Cataractes au neuvième rang. Prédiction ? Il va jouer dans la Cité de l’énergie.