Les Mooseheads d’Halifax seront bien représentés à Guelph jeudi soir pour le Match des espoirs de la Ligue canadienne de hockey. Mercredi, le gardien Alexis Gravel, les attaquants Benoît-Olivier Groulx, Filip Zadina ainsi que le défenseur Jared McIsaac se sont entraînés sous les ordres de quelques entraîneurs de renommée comme Brian Kilrea.

Groulx s’amuse avec ses amis à Guelph

Le temps file à une vitesse folle pour Benoît-Olivier Groulx.

Jeudi soir, à Guelph, le Gatinois de 17 ans sera un des 40 joueurs à prendre part au Match des meilleurs espoirs de la Ligue canadienne de hockey (LCH).

« Il y a deux ans, j’étais encore avec l’Intrépide de Gatineau dans la Ligue midget AAA du Québec et je regardais ce match à la télévision. Là, je suis à Guelph et je vais jouer. C’est surréel, mais c’est un honneur d’être ici avec les meilleurs joueurs de mon âge », a lancé l’attaquant de 6’1’’ et 195 livres des Mooseheads d’Halifax.

Le Match des espoirs de la LCH n’est pas un match des étoiles comme les autres. Contrairement à celui de la LNH où les vedettes bien établies s’amusent en tentant d’éviter les blessures, le Match des espoirs est une plateforme qui permet aux joueurs de gagner des points auprès des recruteurs.

Toutes les équipes de la LNH seront représentées. Pour les joueurs, il s’agit d’une vitrine extraordinaire.

« Un joueur peut gagner ou perdre des points dans un match semblable. Je suis ici pour jouer mon propre style : un attaquant en puissance avec du talent, qui frappe, qui fonce au filet et qui ne perd pas ses batailles à un contre un », a ajouté Groulx après un entraînement à Guelph mercredi.

Choix de première ronde ?

Lundi, le centre de soutien au recrutement de la LNH a publié sa liste de mi-saison et le Gatinois pointait au 18e rang chez les patineurs nord-américains. De la musique aux oreilles de Groulx, qui a amassé 19 buts et 35 points en 47 matches cette saison.

« N’importe quel joueur de hockey qui voit son nom classé en première ronde d’un repêchage de la LNH sera honoré. Juste d’être repêché est un exploit, alors j’essaie de ne pas trop m’en faire avec ça. Il reste encore beaucoup de hockey à jouer. Je suis bien classé et je vais travailler pour maintenir mon statut. »

Nerveux, le jeune homme à l’approche du grand test ? Pas vraiment répond-il.

« J’ai beaucoup d’amis ici. Je connais déjà plusieurs joueurs avec qui j’ai joué aux Jeux olympiques de la jeunesse, au Défi mondial des moins de 17 ans ou au Championnat du monde des moins de 18 ans. Il y a beaucoup de visages familiers, alors je m’amuse déjà beaucoup », a dit celui qui est notamment accompagné par trois coéquipiers des Mooseheads.

Filip Zadina, le deuxième espoir chez les patineurs nord-américains sera une des têtes d’affiche de ce match. Alexis Gravel est également le mieux classé parmi les gardiens évoluant en Amérique du Nord. Quant à Jared McIsaac, sélectionné au deuxième rang du repêchage 2016 de la LHJMQ juste après Groulx, il est classé 12e sur la liste de la centrale de la LNH.

Ottawa et les 67's

« Je connais bien Serron Noel qui vient d’Ottawa. J’ai joué avec lui dans le programme national U17 et U18 et contre lui dans le hockey AAA d’été », d’ajouter celui qui s’alignera avec l’équipe Orr dirigée par Eric Lindros.

Le défenseur Kevin Bahl, des 67’s d’Ottawa, sera également dans son équipe. Kody Clark devait aussi être à Guelph, mais une blessure lui a fait rater les deux derniers matches des 67’s et il a dû être remplacé à la dernière minute.

Québécois le mieux classé après Joe Veleno (Voltigeurs de Drummondville, 13e) sur le bulletin de mi-saison de la centrale de recrutement de la LNH, Groulx aura droit à de la belle visite dans les gradins jeudi soir.

Père présent

« Mon père sera là. Ça va être encore plus l’fun pour moi », a-t-il dit au sujet de Benoît Groulx qui dirigeait un match du Crunch de Syracuse à Laval mercredi soir.

À part ça, les choses se déroulent assez rondement chez les Mooseheads cette saison. Même s’ils forment l’une des plus jeunes formations de la LHJMQ, ils occupent le deuxième rang du classement général.

L’ambiance dans le vestiaire est bonne et ses coéquipiers l’ont justement défier de laisser pousser sa solide crinière en vue des séries éliminatoires. « Ils veulent me voir avec le plus gros ‘afro’ possible pour les séries. J’ai dit : parfait ! »