Benoît Groulx.

Groulx prône le retour aux bonnes habitudes

Au lendemain d'un week-end décevant dans le nord-est du Québec où les Olympiques sont sortis à plat, l'entraîneur-chef Benoît Groulx s'est bien gardé de lancer la pierre à ses joueurs.
Après un match à Baie-Comeau où il a laissé Émile Poirier au vestiaire pendant une période complète et un autre duel à Chicoutimi où Martin Reway a été tenu en échec sur une patinoire aux dimensions olympiques qui devaient jouer en sa faveur, Benoît Groulx dit avoir une bonne idée du mal qui afflige son équipe.
«Il faut reprendre nos bonnes habitudes. Notre formation a été décimée pendant une longue période au mois de décembre et début janvier. Nous avions plusieurs joueurs blessés. Nous avions des joueurs absents parce qu'ils participaient à des tournois internationaux. Pendant cette période, nous avons surtaxé beaucoup de joueurs. Plusieurs ont occupé des rôles différents. Aujourd'hui, il faut replacer tout le monde aux bonnes places.»
L'entraîneur gatinois a ajouté que les nouveaux joueurs acquis par voie de transactions doivent apprendre un nouveau système. Sur le plan du conditionnement physique, ses joueurs doivent aussi se retrouver à la même page.
Sur ce point, l'équipe a sué à grosses gouttes hier matin. Une séance intensive de patin de 25 minutes a suivi l'entraînement régulier.
«C'est évident que nos joueurs ne sont pas tous à la même place sur le plan physique et sur le plan mental. Nous allons travailler à remettre tout le monde sur la bonne voie dans les prochaines semaines.»
Simon Tardif-Richard, un des vétérans de 20 ans des Olympiques, n'avait pas poussé sa réflexion aussi loin. Pour lui, un «manque d'effort» est à l'origine des deux dernières défaites sur la route.
«La semaine passée, nous n'avons pas eu de bonnes pratiques et ça s'est reflété dans les matches. C'est difficile d'expliquer ce laisser-aller. On a bien vu que dans cette ligue, il ne fallait jamais rien tenir pour acquis. Le classement général est très serré. On ne devrait jamais prendre une équipe à la légère. Benoît (Groulx) n'était pas content pendant ce voyage. Il nous l'a fait savoir et c'était normal. On ne méritait pas vraiment le point obtenu à Chicoutimi. C'est un coup de chance, mais nous allons prendre le point quand même.»
Les Olympiques (28-16-2) disposent d'une autre journée d'entraînement pour se préparer à la visite des Remparts de Québec (26-12-8) demain au centre Robert-Guertin.