Les prouesses de Gabriel Bilodeau dans le voyage parfait des Olympiques dans les Maritimes lui ont valu le titre de joueur par excellence de la semaine dans la LHJMQ.

Gabriel Bilodeau, premier de classe

Quatre cent trente-huit joueurs ont disputé au moins un match dans la LHJMQ cette saison.

Du lot, un joueur s’est démarqué des autres pour devenir son premier de classe de la troisième semaine d’activités du circuit. Mardi, la ligue a annoncé que Gabriel Bilodeau avait été son joueur par excellence de la semaine avec sa récolte d’un but, quatre passes et un différentiel de +6 dans le voyage parfait des Olympiques de Gatineau dans les Maritimes.

À sa cinquième saison dans le circuit Courteau, Bilodeau recevait cet honneur pour la première fois, mais il a rapidement tenu à rendre hommage à ses coéquipiers.

« Toute l’équipe va bien, alors c’est normal que ça aille bien pour moi aussi. Mon travail consiste avant tout à sortir la rondelle de notre territoire. C’est ce que j’ai fait cette semaine, mais ces sorties de zone se sont terminées avec des buts ! »

Le colosse de 6’2’’ connaît son meilleur début de saison dans la LHJMQ. Après sept matches, il partage le premier rang des compteurs parmi les défenseurs avec neuf points. Son différentiel de +9 est deuxième derrière Yan Aucoin (+11) du Drakkar de Baie-Comeau.

À 20 ans, Bilodeau dit qu’il s’est retrouvé au bon endroit pour apprendre des meilleurs afin de devenir le défenseur complet qu’il est devenu aujourd’hui.

« À ma cinquième année, je vois que mon expérience fait une grande différence. Je le sentais déjà l’an dernier, mais j’ai tellement appris en regardant les meilleurs. J’ai eu des modèles à suivre comme Alexandre Carrier, Nicolas Meloche, Marc-Olivier Crevier-Morin et Alex Breton. Mes apprentissages commencent à faire effet. Je suis rendu parmi les plus âgés de la ligue. C’est la roue du junior. C’est à mon tour d’avoir un rôle accru. »

Pour l’entraîneur-chef Éric Landry, les succès de Bilodeau sont une suite logique d’une progression annuelle.

« Il a fait des pas vers l’avant à chacune de ses saisons avec nous. Sa présence physique est importante pour notre club. Il connaît bien la culture des Olympiques. Sans pousser la note et sans négliger son côté défensif, il trouve le moyen d’accumuler des points comme Alex Breton le faisait l’an dernier. »

Les Wildcats mercredi

Bilodeau et ses coéquipiers n’auront pas eu beaucoup de répit à leur retour du Cap-Breton dimanche après-midi. Mercredi soir, ils vont entamer une série de quatre matches en cinq jours en recevant les Wildcats de Moncton (4-3-0).

Les Olympiques (5-2-0) sont invaincus en cinq matches sur la route, mais tenteront de remporter un premier match au centre Robert-Guertin. Est-ce que leurs jambes seront encore dans l’autobus après une ballade de 19 heures ?

« Nous avons eu congé lundi. Ç’a fait du bien. Nous avons tenu un bon entraînement aujourd’hui (mardi). Ça va servir à enlever ce qu’ils appellent les jambes d’autobus. Ça fait partie du hockey junior. Nous avons 68 matches à jouer. Toutes les équipes passent par là », a expliqué Bilodeau.

Ce dernier n’est pas vraiment surpris du bon début de saison des jeunes Olympiques.

« Je l’avais dit en début de saison. Nos kids sont bons. Ils ont de l’entrain. Ils sont intenses. Ils travaillent fort dans les entraînements, alors les choses vont bien. Nous sommes allés chercher une petite confiance dans les Maritimes, surtout en terminant avec une victoire au Cap-Breton. »

Choix de première ronde dans la LHJMQ en 2014, Bilodeau n’a jamais été sélectionné dans la LNH, mais il tentera de poursuivre sur sa lancée afin d’attirer les regards des recruteurs comme Marc-Olivier Crevier-Morin et Alex Breton l’ont fait avant lui. Ils n’avaient pas été sélectionnés, mais de bonnes saisons à 20 ans leur ont valu des contrats professionnels.

« C’est ce que je vise, mais je sais que c’est difficile d’obtenir un contrat professionnel. Je me garde toutes les options ouvertes, incluant le hockey universitaire. C’est ma dernière année junior. Je compte tout donner. »

+

ALEXIS GIRARD QUITTE LES OLYMPIQUES

Acquis à la date limite des transactions avant le début de la saison régulière, Alexis Girard est rentré chez lui au retour du voyage dans les Maritimes.

Insatisfait de son utilisation, le défenseur de 18 ans ne ferme pas la porte à un retour chez les Olympiques s’il peut avoir un poste sur les deux premières unités défensives, mais en attendant, il compte aller jouer dans la Ligue junior AAA du Québec.

Obtenu des Sea Dogs de Saint-Jean avec un choix de huitième ronde contre Carson Gallant, Girard n’aura disputé que trois matches avec les Gatinois. Il a récolté deux passes. Il a été laissé de côté dans quatre des sept matches du club.

«Il veut être dans le top-4 dans notre équipe, mais à court terme, nous avons une place sur la troisième unité pour lui, a expliqué le directeur des opérations hockey, Alain Sear. Nous avons un heureux problème en défensive avec l’émergence de Darrick Louis-Jean. Nos jeunes progressent bien.»

Le départ de Girard laisse sept défenseurs chez les Olympiques. Chaque match, deux défenseurs devaient être rayés de l’alignement. Alain Sear compte acquiescer à la demande de libération de Girard, mais il aimerait pouvoir le garder à titre de joueur affilié afin de le rappeler au besoin.

La présence de Girard pourrait également être requise si jamais les Olympiques devaient échanger un autre vétéran défenseur plus tard durant la saison. En ce moment, dans la LHJMQ, seuls les vétérans européens et les joueurs de 20 ans peuvent être échangés.

À Gatineau, Sear avait essayé de soutirer Girard aux Sea Dogs la saison dernière. Il était donc heureux de l’ajouter à sa brigade défensive pour épauler les jeunes en début de saison, mais les recrues ont contribué aux succès de l’équipe rapidement.

Gabriel Bilodeau, Darien Kielb, Chris McQuaid, David Aebischer et Pier-Olivier Lacombe devançaient Girard dans la hiérarchie des défenseurs. Darrick Louis-Jean a impressionné et Zach Fortin n’a pas vraiment eu l’occasion de jouer jusqu’à présent.

«L’objectif de notre club, c’est de progresser avec nos jeunes», a rappelé Sear.

Même s’il est âgé de 18 ans, Girard dispute sa saison de 19 ans, lui qui est né en décembre.

Landry de retour

Blessé à Saint-Jean jeudi dernier, Manix Landry était de retour à l’entraînement mardi avec une visière complète. La recrue de 15 ans a eu le nez fracturé à la suite d’une mise en échec par-derrière. Son cas sera évalué avant le match de mercredi contre les Wildcats. S’il ne peut pas réintégrer l’alignement, Éric Landry compte muter un défenseur à l’attaque. Mardi, il n’y avait pas de plan pour rappeler un attaquant.

Après avoir terminé leur plus long voyage de la saison le week-end dernier, les Olympiques amorcent une éreintante séquence de quatre matches en cinq jours cette semaine. Après la visite des Wildcats, ils se rendront à Shawinigan vendredi avant de revenir à la maison pour accueillir l’Armada de Blainville-Boisbriand et les Phoenix de Sherbrooke. Il s’agira du premier de deux week-ends de trois matches en trois jours de la saison.