William Basque, des Olympiques, se fait barrer la route par Nathan Lavoie de l’Armada dans un match ponctué de rebondissements au centre Robert-Guertin vendredi soir.

Fin de match endiablée qui fait mal aux Olympiques

Ça doit être une première.

Deux fois, vendredi soir, les Olympiques ont marqué deux buts en l’espace de six secondes. La deuxième fois, c’était dans une dernière minute de jeu complètement folle. Mais, ça aussi, ça doit être une première. Malgré ce double exploit peu banal, les Gatinois n’ont pas réussi à soutirer les deux-points de la victoire.

Voyez-vous, ils ont aussi offert 12 avantages numériques à l’Armada de Blainville-Boisbriand. Et c’est là où ils se sont brûlés. Luke Henman a mis fin au match en prolongation en marquant sur l’attaque massive. L’Armada a quitté le centre Robert-Guertin avec une victoire de 5-4. Elle a marqué trois de ses buts sur le jeu de puissance et un autre pendant un désavantage numérique.

« Nous avons montré beaucoup de caractère en comblant deux déficits de deux buts dans le match. Il nous fallait deux buts dans la dernière minute. Nous sommes parvenus à aller les chercher. Nous n’avons jamais abandonné. Nous avons travaillé fort. Nous avons gagné nos batailles. Maintenant, il faut apprendre à les gagner légalement... », a analysé l’entraîneur-chef Éric Landry après un autre résultat qui n’a pas penché en la faveur des siens.

Et pourtant, Métis Roelens et Jeffrey Durocher avaient tout fait pour effacer une déception bien plus grave quand le premier a fait dévier un tir de Shawn Boudrias avec 36 secondes à faire au match. Puis, avec 30 secondes, Durocher a à nouveau déjoué Émile Samson pour faire bondir les spectateurs de leurs sièges en leur offrant un point inattendu.

En deuxième période, Maxim Trépanier et Shawn Boudrias avaient combiné leurs efforts pour combler un retard de 2-0 à 9:40 et 9:46. Encore une fois, l’Armada avait réussi à reprendre son avance pendant un avantage numérique sur un but du défenseur Aleksi Antttalainen.

« Chaque fois que je sentais que nous avions une poussée d’énergie, ça se terminait avec un deux minutes. C’est difficile de garder la concentration quand tu écopes de 12 punitions en 60 minutes. Qu’elles soient méritées au pas, il faut trouver une façon de rester à l’extérieur de la boîte. Ce soir, les unités spéciales ont fait la différence », a ajouté Landry.

L’Armada a été 3 en 12 sur l’attaque massive. Les Olympiques ? Un en sept.

Les locaux auraient sûrement mérité un meilleur sort dans ce premier duel du week-end des rivalités dans la LHJMQ.

En troisième période, ils ont réussi à écouler un très long désavantage numérique double, puis Gabriel Bilodeau a été sorti du match après avoir hérité d’une pénalité majeure de cinq minutes pour une mise en échec à la tête. Encore là, les Olympiques s’en sont sortis indemnes, mais aussitôt la punition au vétéran Bilodeau complétée, Chris McQuaid a été pénalisé à nouveau. Les locaux ont passé les 13 premières minutes de la troisième période à se défendre en infériorité numérique. La punition de William Basque a été de trop. Elle avait permis à Samuel Desgroseillers de porter la marque à 4-2 avec moins de trois minutes à faire au match.

Alexander Katerinakis et Joël Teasdale avaient donné les devants aux visiteurs en première période.

Les deux gardiens se sont livré un bon duel. Tristan Bérubé a fait face à 37 lancers contre 32 pour Émile Samson.

Même si le match a donné lieu à du jeu rude, les partisans ne semblent pas avoir embarqué dans le week-end des rivalités entre les Olympiques et l’Armada. Une foule annoncée à 1457 spectateurs, un vendredi soir à Gatineau, c’est très peu. D’autant plus que plusieurs ne s’étaient pas prévalus de leurs billets...

Néanmoins, Shawn Boudrias a complété son match avec un but et deux passes. Maxim Trépanier et Jeffrey Durocher ont récolté un but et une passe chacun. Les deux clubs s’affrontent à nouveau dimanche à Boisbriand.

+

EN BREF

Keating donne un gain aux 67’s en prolongation

Austin Keating a montré son sens du spectacle aux 3206 spectateurs à la Place TD vendredi soir. L’attaquant de 19 ans a reçu une passe de Jack Quinn pour s’échapper en prolongation et compter à la dernière seconde de jeu.

Le but de Keating a donné une victoire de 2-1 aux 67’s d’Ottawa contre les Knights de London.

Les hommes d’André Tourigny n’ont pas subi la défaite en temps réglementaire à leurs neuf derniers matches. Jack Quinn avait préalablement créé l’égalité en comptant son deuxième but de la saison dans la période médiane. Adam Boqvist, un espoir des Blackhawks de Chicago, a été le seul à compter pour les Knights (6-4-2) contre Cédrick Andrée. Le gardien d’Orléans a signé des victoires à ses huit derniers départs. Il a affronté 19 tirs contre London.

Son opposant, Joseph Raaymakers, a été plus occupé alors que les 67’s (11-3-1) l’ont mis à l’épreuve 27 fois.

La troupe ottavienne trône toujours au sommet du classement de la Ligue de l’Ontario. Elle devait se débrouiller avec seulement cinq défenseurs vendredi en raison d’une suspension de trois matches au Russe Nikita Okhotyuk.

Les 67’s tenteront d’étirer leur séquence victorieuse dimanche en recevant les Wolves de Sudbury.

***

Cinquième victoire de suite de l’Intrépide

Il a eu à travailler fort pour aller la chercher, mais l’Intrépide de Gatineau a récolté une cinquième victoire consécutive vendredi soir au Complexe Branchaud-Brière.

Malgré un net avantage de 40-19 dans les tirs au but, la troupe de Martin Lafleur a eu raison des Forestiers d’Amos par la marque de 3-2.

Timothy Cousineau a dû attendre à la 31e minute de jeu avant de pouvoir battre le gardien Nathan Darveau une première fois pour créer l’égalité après un but initial des Forestiers (3-12-2) inscrit par Cédrick Chénier, membre de l’Intrépide la saison dernière. Joshua Préfontaine a répliqué 16 secondes plus tard.

En troisième période, Mathis Demers a ensuite donné un coussin de deux buts aux locaux. Le but de Demers, compté pendant un désavantage numérique, aura été celui de la victoire puisque Jérémy Carbonneau a été en mesure de déjouer Alexandre Groleau dans la dernière minute de jeu.

Groleau a conservé son dossier parfait de 9-0-0 depuis le début de la saison. Encore une fois, il a été bien protégé par sa défensive alors qui a limité l’adversaire à moins de 20 tirs.

L’Intrépide (12-1-2) accueillera à nouveau les Forestiers samedi après-midi dès 13 heures.