Le « Grand Manitou », Charles Henry a aidé les Olympiques à construire sept équipes championnes de la coupe du Président entre 1986 et 2008.

Ennuis de santé pour Charles Henry

L’architecte des sept championnats de la coupe du Président des Olympiques de Hull/Gatineau éprouve des ennuis de santé.

Diagnostiqué avec une tumeur lymphatique au cou il y a deux semaines, Charles Henry a perdu 50 livres en seulement quelques mois. 

Selon sa famille, il est encore trop tôt pour connaître l’ampleur de la tumeur, mais celle-ci affecte sa capacité de se nourrir. 

Des traitements de chimiothérapie, de radiation ou une intervention chirurgicale seront les scénarios envisagés par les médecins à la suite d’une rencontre vendredi.

Ancien pompier à Ottawa et entraîneur chevronné dans l’organisation des Voyageurs d’Ottawa Est, Charles Henry avait apporté une crédibilité instantanée aux Olympiques dès son arrivée en 1985 en amenant son ami Wayne Gretzky à acheter le club auprès de la Ville de Hull. Avec Pat Burns à la tête de son club, il avait remporté le championnat du circuit Courteau dès sa première année. Grâce à son doigté pour choisir des entraîneurs doués et à un réseau de contacts hors du commun, le « Grand Manitou » a aidé à construire sept équipes championnes de la coupe du Président entre 1986 et 2008. Menée par un autre Franco-Ontarien, Claude Julien, l’édition de 1996-97 a aussi soulevé la coupe Memorial sur la patinoire du centre Guertin. Henry a quitté l’équipe de son propre chef en 2010. Les Olympiques n’ont pas gagné un championnat de la LHJMQ depuis son départ.

Charlie Henry a déjà remporté une première lutte contre un cancer du pancréas en 2011. Les médecins ne donnaient pas cher de sa peau, mais il avait survécu. Il avait parlé d’un « miracle » dans un entretien avec Le Droit par la suite. 

Pour célébrer sa victoire, il avait effectué un grand voyage en Chine avec son fils Michael.

Son combat pourrait être plus compliqué cette fois étant donné son âge plus avancé (80 ans), mais dans la vie comme au hockey, Charles Henry a toujours démontré qu’il pouvait déjouer les pronostics.