Frédéric Malette, ancien entraîneur des gardiens des Voltigeurs de Drummondville.
Frédéric Malette, ancien entraîneur des gardiens des Voltigeurs de Drummondville.

Duo Robitaille/Raymond, un match parfait selon Frédéric Malette

Louis Robitaille et Martin Raymond sont nouveaux dans le paysage du hockey en Outaouais.

Les deux hommes sont pourtant bien connus dans les sphères de la LHJMQ, mais s’il y a une personnalité locale capable de bien décrire le nouveau duo à la tête des Olympiques de Gatineau, c’est bien le Buckinois Frédéric Malette.

Ancien gardien des Olympiques de Hull où il a participé à la finale de 1999, Malette a aussi joué à Drummondville et Victoriaville, deux endroits où Louis Robitaille a coaché dans la LHJMQ. Mieux encore, à titre d’entraîneur des gardiens des Voltigeurs de Drummondville, il a travaillé avec le duo Robitaille/Raymond pendant quatre ans. À l’époque, Louis Robitaille faisait ses débuts dans le coaching où il était l’adjoint de l’entraîneur-chef Martin Raymond.

Les rôles sont quelque peu inversés aujourd’hui. Louis Robitaille est devenu entraîneur-chef et directeur général alors que Raymond va lui servir de DG adjoint.

Maintenant directeur des services aux élèves au Collège St-Bernard de Drummondville, Malette a peut-être quitté l’Outaouais depuis plusieurs années, mais il est excité pour les partisans des Olympiques.

«Il y a un vent de fraîcheur qui souffle sur l’organisation et l’arrivée de Louis Robitaille et de Martin Raymond est une super bonne nouvelle. Premièrement, Martin Raymond est un grand homme de hockey, mais je dirais simplement que c’est un grand homme. C’est un passionné au service de la game et il sera surtout au service des joueurs. C’est tout un privilège d’avoir un homme comme lui dans son organisation. Il serait le premier que j’embaucherais si j’étais à la tête d’un club. Il pourra partager son expérience et ses connaissances de multiples façons.»

Frédéric Malette a lu les propos de Louis Robitaille au sujet de sa complémentarité avec Raymond. Encore là, l’ancien gardien de l’Intrépide de Gatineau pense que Robitaille frappe dans le mille.

«C’est fou comme ces deux-là se complètent bien. Louis, c’est un coach d’instinct, de feeling. Il est émotif et engagé. J’ai travaillé longtemps dans le hockey. Dans ces qualités-là, il fait partie des exceptionnels. Il lit très, très bien le jeu. Il excelle pour faire des ajustements. Il est aussi capable d’adapter son coaching pour un individu parce qu’il a la sensibilité requise pour le faire.»

Martin Raymond et Louis Robitaille à l’époque où ils dirigeaient les Voltigeurs de Drummondville.

Aux antipodes

Ce qui fait sourire Frédéric Malette, c’est la personnalité contraire des deux nouveaux patrons des Olympiques.

«Leurs personnalités sont aux antipodes, mais ils sont complices. En les côtoyant, ça peut donner place à des moments loufoques! Martin, c’est la sagesse. Louis, c’est la fougue. Quand Martin était entraîneur-chef à Drummondville, il devait mettre les freins aux idées de Louis à l’occasion, mais il s’assurait quand même d’analyser ses propositions. Parfois, il pouvait arriver au point de recul et prendre l’idée de Louis. Il y a un respect qui existe entre les deux. Louis est patron à Gatineau aujourd’hui, mais même à Drummondville, il n’y avait pas vraiment de hiérarchie entre les entraîneurs. Je suis certain que ça ne changera pas.»

Après sa carrière de joueur, Frédéric Malette a occupé plusieurs fonctions chez les Voltigeurs. Il a notamment été recruteur, conseiller pédagogique et membre du comité hockey avec Dominic Ricard. Les deux hommes ont gagné une coupe du Président en 2009.

C’est justement à sa première année comme recruteur que les Voltigeurs ont repêché... Derick Brassard! Comme un hasard ne vient jamais seul, on dit que celui qui sera bientôt nommé dans le groupe de propriétaires a joué un rôle crucial dans la venue de Louis Robitaille à Gatineau.

Oui, le hockey est un bien petit monde.