Les Olympiques ont pris la direction du Cap-Breton hier après-midi.

Duel serré à prévoir entre Gatineau et Halifax

Son équipe a encaissé quatre dégelées consécutives contre les Olympiques de Gatineau la semaine dernière, mais l'entraîneur-chef des Screaming Eagles du Cap-Breton n'est pas prêt à avancer que la troupe de Benoît Groulx s'est soudainement élevée au niveau des puissances de la LHJMQ.
« Les Olympiques ont bien joué. Ils ont démontré qu'ils n'avaient pas beaucoup de faiblesses. Ils sont très hermétiques. Ils ont pris l'initiative dans presque toutes les facettes du jeu, mais je ne peux pas dire qu'ils forment une des meilleures équipes de la ligue », a expliqué Marc-André Dumont lorsque LeDroit lui a demandé de commenter la force de frappe des Gatinois au premier tour des séries de la LHJMQ.
Marc-André Dumont, un ancien adjoint de Benoît Groulx, a affronté les Olympiques six fois cette saison. Il connaît aussi très bien leurs prochains adversaires des quarts de finale. En éliminant les Wildcats de Moncton en six matches hier soir, l'Armada de Blainville-Boisbriand a évité une deuxième surprise au premier tour des séries du circuit Courteau. La victoire de l'Armada signifie que les Olympiques vont affronter les Mooseheads d'Halifax en deuxième ronde pour la deuxième fois en deux ans.
Les Olympiques plus physiques
L'entraîneur des Screaming Eagles s'attend à un duel épique entre les deux clubs dès vendredi prochain.
« Ça va être extrêmement serré. Ce sont deux équipes aux styles de jeu différents. Les Olympiques sont plus physiques. Ils font un travail de longue haleine. Ils finissent par aller chercher leurs adversaires à l'usure. Les Mooseheads mettent l'accent sur la vitesse, l'offensive et l'exécution. Tu leur donnes une chance de marquer, puis soudainement c'est 2-0 », a-t-il imagé.
Même s'il est en position d'apprécier les qualités des deux clubs, Marc-André Dumont ne veut pas s'avancer et faire des prédictions sur l'issue de cette série. Il explique toutefois que les 11 points qui séparent les Mooseheads des Olympiques ne veulent plus rien dire. « À partir de la deuxième ronde, le classement n'a plus d'importance. »
Aux commandes d'une équipe jeune en pleine ascension, Marc-André Dumont espère toutefois que la série contre les Olympiques aura ouvert les yeux à ses troupiers.
« Ceux qui n'avaient pas d'expérience des séries doivent apprendre qu'il y a une différence entre le niveau de jeu de la saison régulière et celui des séries. La préparation est très différente. Il faut mettre ça dans notre sac à dos. »
Quelques joueurs importants des Screaming Eagles ont joué la dernière série en dépit de blessures, mais selon Dumont, ça ne devrait pas excuser la débâcle des siens.
« Je n'utiliserai pas les blessures comme excuse. Nous n'avons pas perdu à cause de ça. Les Olympiques ne nous ont pas donné la chance d'être 100 % de nous-mêmes. Cette chance, c'était à nous de la créer. Nous ne l'avons pas fait. Il faut rendre le crédit aux Olympiques pour ça. Nous n'avons jamais été capables de prendre l'initiative dans cette série. Les Olympiques ont pris les devants et ils n'ont plus jamais regardé derrière. »
Marc-André Dumont s'est surtout montré déçu du jeu de son équipe à cinq contre cinq. « Notre désavantage numérique a fonctionné à 91 %. Cette détermination et cette cohésion que nous avions en infériorité numérique, nous ne l'avons pas amené à cinq contre cinq. Si nous avions joué toute la série avec cette détermination à forces égales, nous serions moins déçus aujourd'hui. »