Les Olympiques avaient pris les devants 2-0 dans le cinquième match de leur série contre les Tigres à Victoriaville vendredi soir, mais les locaux ont répliqué avec les quatre buts suivants pour gagner le match 4-2 et la série 4-1.

Deux buts d’Abramov éliminent les Olympiques

On aurait dit un scénario écrit d’avance.

Quand les Olympiques de Gatineau ont décidé de monnayer le meilleur joueur de la LHJMQ au mois de novembre, Vitalii Abramov venait d’inscrire le but victorieux de son équipe... contre les Tigres de Victoriaville.

Vendredi soir, devant 3083 spectateurs au Colisée Desjardins, il a expédié son ancienne équipe en vacances en comptant deux buts, dont celui de la victoire des Tigres de Victoriaville. Ceux-ci ont comblé un déficit de 0-2 en première période pour l’emporter 4-2 et ainsi éliminer les Olympiques en cinq matches.

Après deux buts de Dawson Theede qui avaient semé la consternation au Colisée Desjardins, les Olympiques semblaient en voie de poursuivre leur remontée contre les Tigres, mais trois punitions successives en 54 secondes ont permis aux Félins de retomber sur leurs pattes.

Abramov a amorcé la remontée en comptant à cinq contre trois, puis Ivan Kosorenskov a égalé la marque 2-2 après avoir terminé de purger sa deuxième pénalité de suite en deuxième période.

Dans le troisième vingt, Abramov a procuré la première avance du match aux locaux à l’aide de son sixième but dans la série.

Jérémie Beaudin a ensuite enfoncé le dernier clou dans le cercueil des Olympiques. Abramov aura inscrit 11 points dans cette série contre ses anciens coéquipiers.

«C’est Vitalii. Il compte des buts en avantage numérique et quand il a des chances de marquer, ils ne les manquent pas», a expliqué l’entraîneur-chef des Olympiques Éric Landry après la défaite crève-coeur de ses protégés.

Son équipe s’était améliorée dans chacun des matches de cette série contre le meilleur club du dernier mois de la saison de la LHJMQ.

Pour la première fois de la série, son club a même pris l’avance. Theede a inscrit ses quatrième et cinquième filets en première période. Son deuxième but a même été compté en infériorité numérique.

En avance 2-0, l’attaquant de 20 ans a placé sa main à son oreille pour narguer la foule, mais le match était loin d’être terminé.

«Ce geste n’a pas influencé la suite du match. Nous étions émotifs et nous avons perdu du momentum avec nos punitions. Nous avions pris l’avance et nous voulions montrer que nous pouvions la garder», assure Landry.

Les punitions successives à Jeffrey Durocher, Giordano Finoro et Gabriel Bilodeau ont permis aux Tigres de se ressaisir et de reprendre confiance.

«En jouant du hockey à notre façon, on s’est fait piéger. À part la punition à Durocher où il a beaucoup trop insisté auprès de son rival, nous avons eu des pénalités parce que nous avons travaillé fort. Nous avons eu la chance de reprendre du rythme par la suite. Nous avons eu des occasions de marquer et de prendre les devants 3-1 en deuxième période quand Mikhail Shestopalov a raté un filet ouvert en brisant son bâton pendant qu’il tirait...»

Landry ajoute que son club a dominé la deuxième période sans pouvoir prendre le large.

«La différence dans cette série, c’est que nous avons manqué d’opportunisme alors qu’ils ont pu profiter de leurs occasions de marquer.»

Perte de Boudrias

L’absence de Shawn Boudrias, blessé dans le premier match, aura également été un coup dur pour les Olympiques.

«Il a été notre meilleur compteur en saison régulière. Il aurait pu faire la différence dans les matches serrés. Enlève le meilleur compteur des Tigres (Abramov) et ils ne forment plus la même équipe.»

Victime d’une commotion cérébrale, Boudrias s’approchait d’un retour au jeu. Il aurait peut-être pu participer au sixième match à Guertin dimanche.

Forte opposition

Même s’il a vu le cinquième match lui glisser entre les mains, Éric Landry ne pouvait pas être déçu de son équipe, la seule à pouvoir tenir tête aux Tigres qui n’avaient pas perdu depuis le 16 février avant de s’incliner à Gatineau mercredi soir dernier.

«Nous avons tout donné dans chacun des matches. En travaillant comme des forcenés, nous nous sommes donné une chance de gagner. Nous n’avons pas eu les résultats escomptés, mais les joueurs ont fait ce que nous leur avons demandé. Les Tigres ont une bonne équipe. Nous leur avons donné une bonne opposition.»

L’entraîneur-chef des Tigres a d’ailleurs affirmé que cette série avait permis à son équipe de faire face à l’adversité dès le départ.

«Nous sommes maganés», a dit Louis Robitaille.

Équipe démembrée par de multiples transactions, les Olympiques auront quand même offert une bonne saison à leurs partisans qu’ils ont laissé avec une belle victoire à Guertin mercredi dernier.