Emerik Despatie passe aux Olympiques de Gatineau.
Emerik Despatie passe aux Olympiques de Gatineau.

Despatie rentre à la maison

La pression vient de tomber chez les Olympiques de Gatineau. Ils n’auront pas nécessairement à utiliser un de leurs quatre choix de première ronde pour sélectionner un gardien de premier plan au repêchage de la LHJMQ vendredi.

Louis Robitaille a profité d’un revirement de situation à Québec pour combler un réel besoin en mettant la main sur Emerik Despatie, un gardien local de Cantley qui aura 17 ans en juin. Il sera le partenaire idéal de Rémi Poirier, 19 ans, la saison prochaine en plus d’avoir la capacité d’être le gardien d’avenir des Olympiques.

Despatie a été un des deux seuls gardiens de 16 ans à évoluer à temps plein dans la LHJMQ la saison dernière, mais il s’est soudainement retrouvé dans un ménage à trois quand les Remparts ont fait l’acquisition du gardien de 20 ans Thomas Sigouin du Phoenix de Sherbrooke mercredi. Jeudi, les Remparts ont aussi confirmé qu’ils étaient parvenus à mettre le gardien William Rousseau sous contrat.

Maintenant âgé de 17 ans, Rousseau a été un des gardiens du Canada au Défi mondial des moins de 17 ans. Sélectionné en plus tard que prévu (cinquième ronde) au repêchage 2019 parce qu’il lorgnait le réseau collégial américain, il a maintenant changé son fusil d’épaule en raison du climat sociopolitique tendu et de la gestion désastreuse de la Covid-19 aux États-Unis. Il a donc fait un trait sur son entente avec l’Université de Nebraska-Omaha qu’il devait rejoindre en 2021-22. Le gardien des Estacades de Trois-Rivières devait jouer avec les Stars de Lincoln dans la USHL en 2020-21.

Despatie devenait une bonne monnaie d’échange pour les Remparts et Patrick Roy a réussi à récupérer sa mise pour le jeune gardien qui avait fait le saut directement du midget espoir de l’Outaouais à la LHJMQ. Pour obtenir ses services, les Olympiques vont verser un choix de deuxième ronde en 2021 (celui de Shawinigan, qui devrait être en fin de deuxième ronde). Despatie avait été sélectionné en 2e ronde (35e rang) l’an dernier. Sa valeur est donc restée la même. La transaction sera officielle samedi.

D’ici là, Louis Robitaille ne pourra pas commenter la transaction, mais il a réagi rapidement en apprenant la disponibilité de Despatie, qui a gardé les buts des Remparts pendant près de 1000 minutes en 2019-20. Derrière un club en reconstruction, il a maintenu une fiche de 4-8-1 avec une moyenne de 4,37 buts alloués et un pourcentage d’arrêt de ,850. Il a connu un de ses meilleurs matches à Gatineau dans une victoire de 2-1 des Remparts en prolongation où il avait été la deuxième étoile du match au début du mois de novembre.


« J’étais sous le choc quand j’ai reçu l’appel pour m’annoncer mon échange ce matin. [...] On m’avait bien dit que j’étais le gardien d’avenir à Québec. »
Emerik Despatie

Joint au téléphone où il travaillait sur un chantier de construction, Emerik Despatie s’est dit surpris d’apprendre son échange à Gatineau, surtout que Patrick Roy l’avait maintes fois identifié comme son gardien d’avenir la saison dernière.

«J’étais sous le choc quand j’ai reçu l’appel pour m’annoncer mon échange ce matin. Je me préparais à aller me battre contre Rousseau au camp. On m’avait bien dit que j’étais le gardien d’avenir à Québec. J’aurais aimé rester, mais maintenant, je me concentre sur les points positifs. Je rentre à la maison. Je vais retrouver mon entourage et retourner dans mes affaires. Je vais habiter chez moi. J’ai déjà joué à Guertin pendant mon hockey mineur et je pourrai vivre la dernière année avant le déménagement.»

Emerik Despatie a eu un bref entretien avec Louis Robitaille jeudi matin. «Il a dit qu’il pensait que j’allais former un bon duo avec Rémi Poirier. Je ne le connais pas.»

Athlète multidisciplinaire (il a été champion canadien de karaté), Despatie ne perdra jamais son instinct de combattant. Il a déjà hâte de se frotter à la seule équipe qu’il a connue dans la LHJMQ.

«Je pensais faire équipe avec (Thomas) Sigouin l’an prochain. Je voulais me battre pour le poste de numéro un. Cet échange me donne juste le goût de me battre davantage. Je vais m’assurer d’être bon quand je vais aller jouer à Québec.»