Zach Dean célèbre un but contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.
Zach Dean célèbre un but contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Des luttes à toutes les positions chez les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Louis Robitaille n’est pas le dernier venu dans la LHJMQ. Il attaque sa neuvième saison à titre d’entraîneur dans le circuit Courteau, mais tous les compteurs seront remis à zéro dimanche, alors qu’il entame une nouvelle étape de sa carrière chez les Olympiques de Gatineau.

Vétérans et recrues partiront sur un pied d’égalité lorsque le camp va débuter. Robitaille connaît les joueurs des Olympiques pour avoir dirigé contre eux par le passé, mais pour la première fois, il pourra les observer à partir de l’intérieur. Même chose pour les joueurs qui vont apprendre à connaître un nouvel entraîneur. Éric Landry, Ron Choules, Martin Dagenais et Francis Wathier ne sont pas de retour derrière le banc du club et Robitaille assure qu’il aura l’esprit ouvert.

À LIRE AUSSI : Une nouvelle ère pour les Olympiques

«Plusieurs m’ont déjà indiqué qu’ils cherchaient des rôles précis. Certains veulent plus de temps de glace sur l’avantage numérique. Ça va bien parce que j’arrive sans attente. Nous avons des rôles à définir. La porte est grande ouverte. Les joueurs vont déterminer où ils vont se trouver dans l’échiquier du club.»

Dix-neuf attaquants, 12 défenseurs et quatre gardiens seront à l’essai cette semaine. Certains pourraient profiter de l’absence de l’attaquant Alexeï Prokopenko et du défenseur Evgeny Kashnikov, toujours en Russie en attendant la livraison de leurs visas de travail. Vingt-trois joueurs ont déjà disputé au moins un match dans la LHJMQ. C’est beaucoup. Les luttes seront serrées à toutes les positions, mais tout le monde devrait avoir une chance légitime d’obtenir un poste avec le club.

Les attaquants

Douze attaquants ont vécu l’expérience d’avoir joué au moins un match dans le circuit Courteau, dont sept dans des rôles des deux premiers trios. À 17 ans, Zach Dean représente déjà une valeur sûre après avoir récolté 46 points en 57 matches à 16 ans, du jamais-vu pour un joueur de cet âge chez les Olympiques. Après, plusieurs attaquants ont certainement le potentiel d’exploser sur le plan offensif cette année.

Manix Landry, Kieran Craig, Mathieu Bizier, Métis Roelens, Evan MacKinnon et Pier-Olivier Roy ont démontré qu’ils pouvaient mettre des points au tableau. Il faudra aussi faire de la place à Antonin Verreault et Samuel Savoie, respectivement choisis aux deuxième et quatrième rangs du dernier repêchage de la LHJMQ. Bourrés de talent, ces deux attaquants de 16 ans devront obtenir des minutes de qualité.

Kieran Craig

Alexeï Prokopenko a aussi été recruté par les Olympiques pour ses talents offensifs. Parce qu’ils l’aimaient beaucoup, les Gatinois ont aussi versé deux choix de troisième ronde pour Milo Roelens, 17 ans, l’an dernier. À la recherche de robustesse, Louis Robitaille est allé chercher l’attaquant Frédéric Dutil sur le marché des transactions. Il a été le joueur le plus puni de la Ligue midget AAA l’an dernier. Ça fait déjà 12 attaquants.

Jérémy Rainville, 19 ans, est un vétéran dans la LHJMQ et ancien capitaine à Magog dans le midget AAA. Quel rôle lui reviendra-t-il? William Dagenais était au même niveau qu’Hendrix Lapierre pendant son hockey mineur en Outaouais. À 18 ans, il va lutter pour conserver sa place dans l’alignement. Oliver Gervais-Daigneault a aussi bien paru lors de ses rappels la saison dernière. Les recrues Mathis Zakorzermy, Ludovick Lebel, Julien Béland et Samuel Emery auront aussi l’occasion de brouiller les cartes.

Les défenseurs

S’il y a congestion à l’attaque, c’est la même chose avec la brigade défensive. Kyle Havlena amène de l’expérience à titre de joueur de 20 ans. Evan MacKinnon et Métis Roelens ont aussi 20 ans. La LHJMQ étudie la possibilité de permettre un quatrième joueur de 20 ans par équipe. La situation pourrait aider Darick Louis-Jean, qui sera le quatrième joueur de cet âge au camp des Olympiques.

Métis Roelens

Reste à voir si les Olympiques emprunteront cette route. Au dernier repêchage de la LHJMQ, ils ont repêché Tristan Luneau au tout premier rang. Sept rangs plus tard, ils ont sélectionné Noah Warren, un colosse de 6’4’’. Lui aussi recruté au premier tour, mais en 2019, Olivier Boutin a été une copie conforme d’Alexandre Carrier à sa première année. Il deviendra rapidement un pilier.

L’Américain Braeden Virtue a progressé à partir de décembre dernier. Justin Bergeron, un choix de quatrième ronde en 2019, a connu une grosse saison midget AAA, tout comme le Gatinois Vincent Maisonneuve, un autre défenseur de 17 ans qui tentera de percer l’alignement. En attendant l’arrivée d’Evgeny Kashnikov, Alexandre Hogue aura une occasion en or de démontrer ses qualités offensives aux nouveaux entraîneurs.

Enfin, pour s’assurer d’avoir de la profondeur, Robitaille a lancé une invitation à Jérémie Hébert, un agent libre des Maritimes. Il a 19 ans. Zachary Racicot, 18 ans, est arrivé dans une transaction mineure et Justin Deblois, un ancien choix de cinquième ronde des Huskies de Rouyn-Noranda, aussi âgé de 18 ans, sera au camp à titre de joueur prêté.

Les gardiens

Rémi Poirier est une valeur sûre devant le filet. Il est devenu le gardien numéro un du club à 18 ans l’an dernier. Emerik Despatie est le seul autre gardien avec de l’expérience de la LHJMQ chez les Olympiques, qui ont donné un choix de deuxième ronde aux Remparts de Québec pour mettre la main sur ce gardien local de 17 ans.

Rémi Poirier

Nathan Pelletier et Gabriel Boissonneault ne se présentent pas au camp des Olympiques pour rien non plus. Robitaille a noté que Pelletier avait mené une équipe inexpérimentée du Collège Notre-Dame au championnat du Challenge midget AAA l’an dernier. Il a aussi mentionné que Boissonneault était peut-être le deuxième meilleur gardien du dernier repêchage et qu’il avait glissé jusqu’en 10e ronde parce qu’il avait déjà 16 ans et parce qu’il a joué dans le RSÉQ l’an dernier.