Des fleurs pour un trio, le pot pour les autres

Un trio a causé la défaite des Screaming Eagles du Cap-Breton vendredi.
En marquant six des sept buts des Olympiques, Simon Tardif-Richard, Martin Reway et Vaclav Karabacek ont fait tout le dommage nécessaire pour enlever le premier match. À trois, ils ont totalisé 12 points. Le défenseur Jean-Simon Deslauriers a ajouté trois passes.
Leur brio a réjoui l'entraîneur-chef Benoît Groulx, mais ce dernier s'attendait à mieux de la part de ses autres joueurs.
«C'est plaisant de prendre l'avance 1-0 dans la série. Nous avons un trio qui a très bien fonctionné. [Tardif-Richard, Reway et Karabacek] avaient des ailes. La rondelle collait à leurs bâtons. Ils se trouvaient sur la patinoire, mais les autres peuvent faire beaucoup mieux et on s'attend à ce qu'ils en donnent plus dans le deuxième match», a indiqué Groulx après le gain des siens.
Le premier but du match, compté en désavantage numérique, a été un élément important de la victoire, selon Tardif-Richard. «Il y avait beaucoup d'énergie en début de match et ce but a permis de donner le ton.»
Les Olympiques auraient pu se faciliter la tâche s'ils avaient profité de leurs avantages numériques, mais ils n'ont jamais marqué en huit occasions. «Nous avons mal travaillé sur l'attaque massive. Plusieurs joueurs n'ont pas disputé leur meilleur match», a ajouté Groulx.
Dumont déçu
Chez les Screaming Eagles, l'entraîneur Marc-André Dumont était visiblement déçu du premier match des siens.
«On ne peut pas être satisfait de notre performance. On sait que les Olympiques aiment profiter de la contre-attaque et c'est ce qui leur a permis d'aller chercher ce match-là. Il faut leur rendre crédit.»
Nerveux les jeunes Eagles? «La nervosité fait partie du jeu. Nous pouvons mieux faire dans plusieurs aspects du jeu [samedi].»