Les Olympiques de Gatineau ont lancé un nouveau concours dans lequel un partisan va courir la chance de gagner 25 000 $ en lançant une rondelle en plein milieu du but si 2500 spectateurs sont présents dans les gradins.

De l’argent pour les partisans des Olympiques

Alarmés par la chute importante de leurs assistances au centre Robert-Guertin, les Olympiques de Gatineau sont en mode improvisation.

La semaine dernière, après un match contre les Wildcats de Moncton qui avait attiré la plus petite foule des 25 dernières années de la franchise, le président Marin Lacasse avait avancé que l’équipe allait annoncer une mesure inédite pour reconquérir le cœur de ses partisans et les faire converger au « Vieux Bob » en grand nombre.

Le grand jour est venu jeudi. Regroupés en deux rangées devant un filet couvert par un drap, tous les joueurs des Olympiques ont participé à l’annonce du président Lacasse. Après avoir attiré en moyenne 1500 spectateurs en début de saison, les Olympiques vont miser sur un concours dans l’espoir d’aller chercher 1000 spectateurs de plus par match.

Essentiellement, en achetant un programme « gagnant » au coût de 2 $, un partisan va courir la chance de gagner 25 000 $ en lançant une rondelle en plein milieu du but à condition d’y avoir au moins 2500 spectateurs dans les gradins. Si la formule n’est pas nouvelle, c’est le montant de la cagnotte qui serait inédit.

« Devant une assistance défaillante, nous avons conçu cette promotion nouvelle qui va créer une atmosphère et une ambiance électrisante au bénéfice de nos partisans », a d’abord indiqué Martin Lacasse.

Ce dernier a avoué qu’il s’agissait d’une mesure improvisée afin de stimuler l’intérêt pour les matches à Guertin. Reste à savoir si le lancement de ce concours sera suffisant pour ramener des fesses dans les sièges du centre Guertin, car si le magot de 25 000 $ est attirant, les conditions pour le gagner comportent des obstacles.

D’abord, les Olympiques ont disputé seulement sept de leurs 34 matches devant des foules de plus de 2500 personnes en 2018-19. Une personne qui se procure un programme à 2 $ n’est donc pas assurée de participer au concours si la foule est inférieure à 2500 spectateurs. Ensuite, à partir du centre de la patinoire, il faut envoyer la rondelle dans la fente du but à peine plus grande que le diamètre d’une rondelle.

Les professionnels n’ont pas le droit de participer au concours, mais rassurez-vous, tous les joueurs des Olympiques se sont prêtés au jeu et personne n’a réussi à placer une rondelle dans le filet jeudi. Par contre, dans l’éventualité d’une foule de 2500 spectateurs et plus, celui qui sera choisi pour lancer la rondelle recevra un montant automatique de 1000 $ même s’il rate son tir.

Martin Lacasse est conscient que cette mesure, à elle seule, ne permettra pas de remplir la cabane tous les soirs.

« Ce n’est pas suffisant pour ramener les gens à Guertin, mais nous avons une jeune équipe très prometteuse sur la patinoire et nous essayons des choses. Je pense que ce concours va créer un engouement. Déjà, je suis convaincu que nous allons doubler nos assistances à nos matches de vendredi (contre Sherbrooke) et dimanche (contre Drummondville). Notre équipe de marketing a fait un bon travail de terrain. Nous visons des foules de 2500 personnes à tous nos matches. »

Les Olympiques ont déjà eu ce genre de concours par le passé avec le lancer « IGA » où le prix cumulatif pouvait atteindre 3000 $. Il y a plusieurs années, un concours similaire offrait la chance de gagner une voiture.

Promotion modifiée

Par ailleurs, les Olympiques ont imposé de nouvelles conditions à une autre promotion intéressante annoncée mardi en offrant la gratuité aux enfants de 10 ans et moins.

L’offre tient toujours, mais chaque enfant doit être accompagné d’un adulte payant.

La promotion va prendre fin le 14 décembre au lieu de s’étirer sur l’ensemble de la saison 2019-2020.

+

« Vieux Bob » pourrait respirer plus longtemps

Ceux qui ont encerclé le mois de novembre 2020 pour le déménagement des Olympiques de Gatineau dans leur nouveau domicile sont mieux de l’avoir fait au crayon à mine.

Selon Martin Lacasse, président du club, il est loin d’être certain que l’équipe de la LHJMQ dispute actuellement sa dernière saison complète sur la rue Carillon.

Le groupe VMSO va faire une mise à jour sur l’avancement de ses travaux en novembre et tout retard pourrait annuler le déménagement tant attendu pendant la saison 2020-21.

«S’il y a un retard de deux mois, nous n’allons pas déranger notre équipe avec un déménagement en plein milieu d’une saison. En janvier, il reste un tiers de la saison. Il faut déménager les bureaux administratifs, l’équipement sans compter les joueurs inscrits au Cégep dans le secteur Hull qui devront adapter leurs horaires pour se rendre dans le secteur Gatineau», a expliqué Martin Lacasse.

Lors de la construction du Complexe Branchaud-Brière, le groupe VMSO avait toutefois été capable d’exécuter ses travaux dans les temps prévus avec un très léger dépassement des coûts.

Cette fois, les Olympiques semblent anticiper des retards.

«Nous allons attendre des nouvelles de VMSO, mais nous connaissons les conditions économiques actuelles et le manque de main-d’œuvre dans la région. Il ne faudrait pas être surpris s’il y a des retards dans les travaux. S’il faut attendre, nous attendrons. Nous préférons avoir un plan bien défini pour arriver dans le secteur de la Cité au bon moment.»

Le bon côté de la chose, c’est qu’au printemps 2021, les Olympiques devraient commencer à former une solide équipe sur glace. Dans les circonstances, peut-être que le dernier souffle de Robert-Guertin va en valoir la peine. L’ambiance des séries au «Vieux Bob», avec une équipe gagnante, est sans pareille.