Yakov Trenin a ouvert la marque en comptant en désavantage numérique dès la 2e minute de jeu.

Dans le coup jusqu'à la fin

Ils ont persévéré jusqu'à la dernière minute de jeu. Les Olympiques n'avaient qu'un but de retard sur l'équipe de tête de la LHJMQ jusqu'à trois minutes de la fin, mais au bout du compte, le talent a eu raison de l'acharnement. Les Sea Dogs de Saint-Jean ont pu quitter Gatineau avec une victoire de 6-3.
Les visiteurs du centre Robert-Guertin n'avaient pas joué la veille pendant que les Gatinois se livraient à une guerre de tranchées face à un autre club au sommet du circuit Courteau. Même s'ils avaient eu le dessus sur l'Armada de Blainville-Boisbriand pendant l'ensemble du match de samedi, les Olympiques s'étaient inclinés 5-2.
Devant leurs partisans, ils se devaient donc d'amorcer le match de dimanche en force contre les puissants Sea Dogs (19-7-3), qui misent sur huit joueurs repêchés par des équipes de la LNH. En ce sens, Yakov Trenin a fait cadeau du premier but à son équipe en comptant pendant un désavantage numérique dès la deuxième minute de la rencontre. Son but a lancé une fine averse de toutous sur la patinoire. Certains des 1720 spectateurs avaient apporté des peluches pour embellir le Noël des plus démunis.
Ce fut la seule avance des Gatinois, qui ont été dominés 38-18 au chapitre des tirs au but, mais le pointage était encore de 4-3 en fin de rencontre quand Samuel Dove-McFalls a brisé les reins des locaux. Nathan Noël a ajouté le sixième but dans un filet désert.
Dans un match divertissant pour hommes, qui s'est déroulé à vive allure, Thomas Chabot a fait bonne impression auprès des deux représentants dépêchés par les Sénateurs d'Ottawa. Utilisé à outrance par son entraîneur Danny Flynn, il a marqué le deuxième but des Sea Dogs pendant un avantage numérique.
« Je joue habituellement une trentaine de minutes par match. Aujourd'hui, ç'a été un peu plus. Notre club vient jouer une fois par année ici. Je voulais en profiter pour bien paraître. Le match a été physique comme c'est souvent le cas à Gatineau. Nous l'avons abordé comme un match des séries. Tout le monde a joué dur parce que c'est le genre de match qu'il faudra livrer dans les séries. Chez nous, tout le monde a joué son rôle, incluant les joueurs de troisième et quatrième trios ainsi que nos sixième et septième défenseurs », a raconté celui qui est rendu à 17 points en 12 matches dans la LHJMQ cette saison.
Chose certaine, le défenseur de 19 ans a été impressionnant auprès de Marc-Olivier Crevier-Morin. « Il montait la rondelle en vitesse, puis il était le premier à revenir en défense avant de remonter pour appuyer l'attaque à nouveau ! »
Les Olympiques (11-15-3) ont eu plusieurs chances de prendre des avances ou d'égaler la marque durant le duel, mais quand le gardien Alex Bishop n'effectuait pas un larcin, les Gatinois manquaient des cages béantes.
« Leurs chances en or, eux, ils ne les ont pas ratés. Ils ont marqué leurs buts dans les moments clés. Nous avons fait du bon travail contre le meilleur avantage numérique de la ligue en les limitant à un but en six occasions. Ça, c'est positif. Nous avons été plus en contrôle défensivement aussi », a lancé l'entraîneur des Olympiques, Mario Duhamel.
Spencer Smallman, Matthew Highmore et Kyle Ward ont aussi déjoué Mathieu Bellemare dans le camp vainqueur. Vitalii Abramov et Zack MacEwen, les deux avec des tirs d'une précision chirurgicale, ont été les autres marqueurs des Olympiques.
Deux défaites difficiles à avaler
Ça devait être un week-end baromètre pour les Olympiques de Gatineau. Leur directeur général voulait évaluer sa troupe face aux meilleurs clubs de la LHJMQ dans deux matches consécutifs.
Ses hommes n'ont pas amassé de point et il commence maintenant à se faire tard pour s'installer en position plus confortable au classement. Bientôt, Marcel Patenaude devra se brancher. Les matches du week-end lui auront-ils fourni des réponses face à ses interrogations ? Difficile à dire puisque les Olympiques auraient mérité un meilleur sort devant l'Armada la veille.
Le gardien Mark Grametbauer a accordé des buts sur les deux premiers tirs du match. Les locaux s'étaient ressaisis en faisant 2-1, mais arrivé relève, Mathieu Bellemare a envoyé une passe sur le bâton d'un joueur adverse qui n'en demandait pas tant pour faire 3-1. Dans l'esprit de plusieurs observateurs, les Gatinois auraient dû gagner samedi. Et dimanche, ils ont vendu chèrement leur peau contre un club reposé.
« Samedi, nous avons assez bien joué pour gagner, affirme l'entraîneur-chef Mario Duhamel. Nous avons laissé beaucoup d'émotions dans ce match-là. »
Duhamel a rappelé que son équipe s'était frottée, coup sur coup, à des équipes qui se battent pour le premier rang de la ligue. « Samedi, nous étions les agresseurs. Ce soir, nous l'étions moins par moments, mais je pense que nous avons démontré que nous pouvions rivaliser avec les meilleurs. Nous l'avons fait toute l'année. Nous devons prendre de la maturité dans ces matches-là. Nous avons une bonne attitude. Nous n'abandonnons jamais. »
Pour le capitaine Marc-Olivier Crevier-Morin, les défaites du week-end ont été difficiles à avaler. « On savait que ça allait être difficile, surtout que nous avons joué à Chicoutimi et Baie-Comeau en semaine. Il y a du positif et du négatif à tirer des deux matches. Mario (Duhamel) dit souvent qu'il faut apprendre de ça, mais la vérité, c'est que les défaites font mal. L'objectif, c'était d'aller chercher deux ou trois points. »
Le défenseur de 20 ans ne veut même pas penser à la période des échanges qui approche. « Nous voulons jouer l'un pour l'autre. Je pense que nous l'avons démontré en fin de semaine. Le hockey est cependant un jeu d'erreur et les Sea Dogs ont réussi à compter sur les nôtres. Leurs deux premiers trios sont constitués d'espoirs de la Ligue nationale... Ils sont difficiles à contenir même si nous avons bien joué en général. »