Dimanche après-midi à Boisbriand, le gardien des Olympiques Creed Jones a été majestueux contre l’Armada pour aider les Olympiques à l’emporter 4-1 malgré la domination de 40-15 des locaux au chapitre des tirs. ­

Creed Jones vole deux points pour les Olympiques

C’était la journée thématique des super-héros au Centre d’excellence Sports Rousseau dimanche après-midi.

Des centaines d’enfants costumés en Superman et Wolverine ont envahi les gradins, mais les Olympiques de Gatineau avaient leur propre super-héros sur la patinoire.

Creed Jones a été époustouflant devant la cage des visiteurs. Malgré une domination de 40-15 de l’Armada de Blainville-Boisbriand au chapitre des lancers, les Olympiques ont volé les deux points avec un gain de 4-1.

Pour le gardien de 18 ans, c’était le retour du balancier.

« Il y a deux semaines, nous avons perdu un match où l’Armada avait été chanceuse de gagner. C’était la fin de semaine des rivalités, alors cette victoire se prend très bien. C’est ma première en cinq essais contre eux. J’avais vraiment l’impression que j’allais tout arrêter aujourd’hui », a dit celui qui a finalement cédé devant Peyton Hoyt avec moins de deux minutes à jouer.

Jones a réservé son meilleur arrêt contre Charles-Antoine Giguère en étirant la jambière alors que le filet était complètement ouvert.

Amusé par la journée des super-héros, Jones a remarqué les costumes dans les gradins. « Mon préféré, c’est Venom. J’aime les vilains. »

Et c’est exactement le rôle qu’il a joué devant l’Armada de l’entraîneur-chef Bruce Richardson.

« Nous avons eu l’avantage 18-6 dans les chances de marquer. D’habitude, tu ne perds pas souvent avec ça, mais aujourd’hui, ce n’est pas la meilleure équipe sur la glace qui a gagné. Leur gardien a fait les arrêts clés, le nôtre non. Nous dominions complètement le jeu et ils ont compté sur leur première chance. »

Premier but de Landry

Cette chance, c’est Manix Landry qui l’a obtenue. Plus jeune joueur de la LHJMQ, il a inscrit son premier but en carrière à l’âge de 15 ans avec un tir vif qui a battu Mikhail Denisov dans la partie supérieure du filet. Landry a célébré en agitant ses bras dans les airs à répétition.

« J’étais vraiment content. C’est une pression de moins. J’en parlais justement avec ma mère hier. Elle disait que ça serait l’fun que je marque avant d’avoir 16 ans (le 23 novembre). J’avais des frissons ! »

Landry venait aussi de se faire dire qu’il devait tirer davantage.

« Pier-Olivier Lacombe m’avait fait remarquer que je n’allais pas compter en faisant juste des passes et que j’avais seulement trois tirs depuis le début de l’année ! Quand je me suis amené à deux contre un, j’ai vu l’ouverture et j’entendais P.-O. me dire de tirer ! Je ne savais pas comment célébrer. Je ne pouvais pas arrêter de sourire. »

Landry se souviendra toujours de ce premier but, d’autant plus qu’il a été fabriqué par deux Gatinois. Charles-Antoine Roy a récolté la passe sur le revirement causé en zone de l’Armada.

Pour le père derrière le banc, c’était aussi une sensation particulière.

« J’étais content pour lui. J’étais content pour l’équipe parce qu’on avait besoin d’une étincelle. On se faisait manger tout rond dans les tirs. On n’arrivait pas à sortir de notre zone », a dit Éric Landry, qui évoluait encore au niveau bantam AA au même âge que son fils !

Puis, en lui faisant remarquer que son gardien avait commis un vol en plein jour dans ce match dominé par les locaux, Landry a lancé cette boutade.

« Je ne crois plus à ça, les matches volés parce qu’on s’en est fait voler plusieurs à la maison depuis le début de la saison. Jones pouvait bien suivre la rondelle. Nous l’avons protégé comme il faut en empêchant plusieurs retours. Ce n’était pas un match facile. Nous étions souvent deuxièmes sur la rondelle, mais ça s’est amélioré plus le match avançait. En troisième période, on sentait qu’ils étaient frustrés et nous en avons profité. »

Shawn Boudrias a donné un coussin de deux buts aux Olympiques en début de troisième période. Puis, Jeffrey Durocher a profité d’un bond favorable pour faire 3-0. Boudrias a complété dans un filet désert.

Les Gatinois ont gagné ce match sans Gabriel Bilodeau, suspendu trois matches pour une mise en échec à la tête de Charles-Antoine Giguère vendredi. Blessé, Maxim Trépanier a aussi raté le rendez-vous.

+

L’Intrépide balaye les Forestiers

Dans un deuxième match de suite, l’Intrépide de Gatineau a mis du temps avant de faire plier les Forestiers d’Amos malgré une avalanche de tirs au but. Les Gatinois ont fini par balayer leur programme double face aux Forestiers en fin de semaine, mais ils ont encore eu chaud pendant plus de deux périodes samedi. À la mi-match, les visiteurs menaient 2-0, mais Jonathan Delorme, Mathis Demers et Andrew Belchamber ont enfin percé le gardien Gérémy Giasson avant la fin de la deuxième période pour donner une avance de 3-2 à l’Intrépide, qui s’est finalement imposé par la marque de 6-3. Les locaux la méritaient cette victoire. Ils ont dominé la rencontre 46-14 au chapitre des tirs. Jacob Santerre, Victor Barakett et Félix Bertrand-Beaulieu ont ajouté des buts dans la troisième période. Ceux deux derniers ont complété le match avec deux points, tout comme Samuel Fortier. Le défenseur Xavier Raby a amassé trois passes dans cette sixième victoire consécutive de l’Intrépide (13-1-2). Chez les Forestiers (3-13-2), l’ancien Intrépide Cédrick Chénier a récolté un but et une passe. Israël Mianscum et Zachaël Turgeon ont aussi déjoué le gardien William Dagenais. Les Gatinois avaient eu raison d’Amos 3-2 vendredi soir.

67’s : Kody Clark termine sa semaine en beauté

Lundi, il a signé son premier contrat professionnel avec les Capitals de Washington. Dimanche, Kody Clark a terminé sa semaine de rêve en marquant un but vainqueur en prolongation. Devant une boule foule de 4330 spectateurs, les 67’s d’Ottawa ont transformé un déficit de 1-3 en victoire de 4-3 sur les Wolves de Sudbury. C’est un septième gain de suite à la Place TD pour les hommes d’André Tourigny, dont le slogan de la saison est « no quit ». Ses protégés n’abandonnent jamais et c’est pour ça qu’ils trônent au sommet du classement de la Ligue de l’Ontario. Les 67’s (12-3-1)  n’ont pas perdu à leurs 10 derniers matches en temps réglementaire. Dimanche, ils ont comblé des retards de 2-0 et 3-1 avec des buts de Graeme Clarke, Tye Felhaber, Merrick Rippon et Kody Clark. Chez les Wolves (8-6-1), David Levin avait porté la marque à 3-1 en déjouant Cédrick Andrée pour la deuxième fois du match à la 27e minute de jeu. Maucauley Carson avait ouvert la marque en première période. Andrée a fait face à 20 tirs des Wolves dans la victoire, une neuvième de suite pour le gardien d’Orléans. Son opposant, Ukko-Pekka Luukkonen a rendu les choses intéressantes en faisant face à un barrage de 49 tirs.