Creed Jones a été le gardien par excellence du mois de janvier dans la LHJMQ. Il a gagné ses six matches en accordant un grand total de cinq buts.

Creed Jones «imbattable» avec l’Océanic

Depuis qu’il a été échangé des Olympiques de Gatineau à l’Océanic de Rimouski contre un choix de deuxième ronde à la date limite des transactions, Creed Jones est pratiquement invincible.

L’Ontarien de 19 ans a été le gardien par excellence du mois de janvier dans la LHJMQ en gagnant six matches de suite dans lesquels il a accordé en moyenne de 0,79 but par match grâce à un pourcentage d’efficacité de ,961.

Des statistiques complètement hallucinantes. C’est simple, dès qu’il accordera un but, sa moyenne sera condamnée à grimper! Vu de cet angle, est-ce que son calme légendaire va tenir le coup?

Le principal intéressé s’esclaffe devant la question qu’il n’avait pas vue venir.

«Je n’avais pas pensé à cette façon de voir les choses! Maintenant, il y a deux étapes pour gérer cette situation. La première, c’est d’essayer de ne pas penser comme ça! La deuxième, c’est de m’arranger pour ne pas donner de but pour ne pas avoir à y penser!»

Jones était à Québec pour s’entraîner avec ses coéquipiers sur une patinoire extérieure lorsqu’il s’est entretenu avec Le Droit.

De bonne humeur, il a admis vivre des moments complètement fous depuis qu’il s’est joint à l’Océanic. En un mois, il a déjà triplé le nombre de victoires qu’il avait récolté avec les Olympiques.

«En première moitié de saison, ça n’a pas été facile à Gatineau. Je suis content de voir qu’ils s’en sont sortis. Rémi Poirier fait le travail et je savais qu’il le ferait. C’est mon homme! Ici, mes défenseurs m’ont facilité la tâche. C’est facile de bien paraître quand tu affrontes aussi peu de tirs. Nous n’accordons presque pas de bonnes chances de marquer. Nous avons constamment la rondelle et nous comptons trois, quatre, cinq buts par match. Tous les ingrédients sont là pour gagner souvent.»

L’Océanic sera à Shawinigan vendredi soir. Comme Serge Beausoleil aime le système d’alternance et que Colten Ellis va affronter les Cataractes, Creed Jones devrait se retrouver entre les poteaux à Gatineau samedi.

«Ça va être bizarre de faire partie de l’équipe visiteuse avec Olivier Bourret qui reviendra aussi à Gatineau. On m’a dit qu’il y aurait beaucoup de monde pour ce match. Ma mère m’a dit que plusieurs personnes feraient le voyage pour me voir aussi. Ça va être plaisant de jouer ce match.»

Serge Beausoleil, lui, se frotte les mains de satisfaction d’avoir été chercher Jones à Gatineau.

«Nos deux gardiens ont été incroyables en janvier, mais nous avions mis nos jeunes gardiens dans l’eau chaude pendant les six semaines où Colten a été blessé avant les Fêtes. Creed est tellement calme. Il a rassuré tout le monde. Son arrivée a été vraiment tranchante pour notre équipe. Nous l’adorons. Son assurance a été contagieuse.»

En quelques semaines, Beausoleil pense même avoir identifié le plan d’après carrière du gardien de Peterborough.

«C’est un pince-sans-rire qui va être un entraîneur un jour. Ça ne peut pas faire autrement! Il sait lire le jeu comme pas un.»

Cette observation a fait rire Jones aussi.

«Il dit ça parce que j’ai toujours quelque chose à ajouter quand nous faisons des séances vidéo! Comme gardien, nous sommes bien placés à l’arrière pour analyser le jeu. Je trouve ça facile de décortiquer les systèmes de jeu.»