Charles-Alexis Legault s’est déjà engagé dans la NCAA avec l’Université de Boston. Les Olympiques ne pourront pas compter sur son grand talent la saison prochaine.
Charles-Alexis Legault s’est déjà engagé dans la NCAA avec l’Université de Boston. Les Olympiques ne pourront pas compter sur son grand talent la saison prochaine.

Charles-Alexis Legault fait une croix sur Gatineau

Une semaine excitante, déterminante et mouvementée s’annonce pour les Olympiques de Gatineau.

L’entraîneur-chef et directeur général Louis Robitaille se présentera à son premier repêchage avec les mains pleines vendredi soir. Pour l’instant, il détient les premier, deuxième, quatrième et 13e choix de la première ronde.

Mais avant de passer à cette soirée historique, il faudra revenir une dernière fois sur le repêchage de juin 2019, celui dans lequel les Olympiques ont eu la main heureuse avec les sélections de Zachary Dean (4e) et Olivier Boutin (13e) lors du premier tour. Ils croyaient aussi avoir réussi un coup de circuit en sélectionnant Charles-Alexis Legault en deuxième ronde (22e rang).

Blessé pendant toute sa saison de 15 ans (il avait joué deux matches), Legault est retourné jouer une saison midget AAA cette saison à 16 ans. Le colosse de 6’3’’ a été dominant en récoltant 28 points en 29 matches avec les Lions du Lac St-Louis. Il a aussi fait partie des meilleurs défenseurs de 16 ans au Canada. Il a notamment participer au Défi mondial des moins de 17 ans.

Or, les Olympiques ne pourront pas compter sur son grand talent la saison prochaine. Charles-Alexis Legault s’est déjà engagé dans la NCAA avec l’Université de Boston. Pour lui, la prochaine saison va se faire dans la USHL avec les Lumberjacks de Muskegon, au Michigan.

«Ce n’est rien contre la LHJMQ ou les Olympiques. Il a très longtemps considéré cette option, mais son coeur est dans le réseau collégial américain. C’est là qu’il veut poursuivre son développement comme hockeyeur et comme étudiant. Il passera donc une saison de transition dans la USHL», a indiqué un membre influent de son entourage au Droit lundi.

Charles-Alexis Legault a été le joueur étudiant des Lions du Lac St-Louis au Gala des champions de la Ligue midget AAA du Québec dimanche. Il a aussi été retenu dans la deuxième équipe d’étoiles.

Même une transaction dans un autre club ne parviendrait pas à faire changer l’idée du défenseur natif de Pierrefonds.

«Il a fait ses devoirs. Son père a joué dans la NCAA et la LHJMQ. Il a pris son temps en évaluant toutes ses options. Les Olympiques sont revenus à la charge à chacun des changements qu’ils ont effectués dans leur organisation. Dans le fond, son rêve, c’est de jouer à l’Université de Boston», a ajouté le membre de son entourage.

Et même si la frontière devait rester fermée en raison de la pandémie de la Covid-19, le clan Legault aura plusieurs options pour la saison 2020-21.

«Nous avons des options A, B, C, D et même E. Il y a notamment plusieurs bonnes ligues junior A au pays.»

Chez les Olympiques, Charles-Alexis Legault aurait été une addition majeure dans un jeune club en pleine éclosion. Après tout, il s’agit aussi d’un bon espoir de la LNH, mais Louis Robitaille n’a pas l’intention de baisser les bras.

«Nous avons parlé à la famille à deux reprises. Les jeunes ont plusieurs options de nos jours. Nous respectons son choix. Nous allons lui souhaiter la meilleure des chances dans son parcours et nous resterons là pour lui. Il n’est pas question de l’échanger. Plusieurs joueurs choisissent la route des collèges américains pour se raviser par la suite. S’il veut venir dans la LHJMQ, nous voulons que ce soit dans l’uniforme des Olympiques. Nous ne sommes pas pressés. Nous allons garder la porte ouverte.»

+

Luneau toujours en réflexion

À quelques jours de la séance de sélection de la LHJMQ, le mystère persiste autour du joueur le plus convoité du repêchage.

Pour l’heure, il est impossible de savoir si Tristan Luneau se rapporterait à Gatineau si les Olympiques utilisaient leur premier choix pour le sélectionner.

Gagnant du trophée Mario-Lemieux remis au meilleur espoir de la LHJMQ au Gala des champions de la Ligue de hockey midget AAA du Québec dimanche, le défenseur des Estacades de Trois-Rivières a aussi remporté le trophée Kristopher-Letang (défenseur de l’année) en plus d’être choisi dans la première équipe d’étoiles à 15 ans. Courtisé dans le circuit Courteau, mais aussi par l’Université du Wisconsin dans le réseau de la NCAA, le hockeyeur natif de Victoriaville devra faire un choix bientôt.

À moins d’essuyer un refus catégorique de la part du défenseur étoile, les Olympiques ont l’intention de sélectionner le surdoué de la cuvée 2020 des joueurs d’âge midget. Dans leur histoire, les Olympiques n’ont jamais parlé au tout premier rang d’un repêchage.

«Le plan, c’est de le repêcher. Nous voulons faire en sorte qu’il devienne un Olympique. Nous avons encore du temps devant nous. Si nous n’avons pas encore d’entente vendredi, nous allons peut-être changer notre fusil d’épaule, mais nous cherchons à rassembler les ingrédients pour faire un mariage harmonieux», a indiqué l’entraîneur-chef et directeur général des Olympiques, Louis Robitaille.


« Tristan évalue encore toutes ses options. Il a été repêché à Sioux City dans la USHL. Plusieurs de leurs joueurs ont été repêchés dans la LNH. Nous continuons nos discussions avec les Olympiques. »
Dominic Deblois

Même s’il a un engagement verbal avec l’Université du Wisconsin, Tristan Luneau avait déjà indiqué en mars qu’il gardait la porte ouverte à la LHJMQ et aux Olympiques de Gatineau. Le scénario n’aurait pas changé selon son conseiller familial, Dominic Deblois.

«Tristan évalue encore toutes ses options. Il a été repêché à Sioux City dans la USHL. Plusieurs de leurs joueurs ont été repêchés dans la LNH. Nous continuons nos discussions avec les Olympiques. L’équipe est devenue beaucoup plus professionnelle dans son approche et dans son discours depuis leur remaniement organisationnel cet hiver. Louis Robitaille est un entraîneur jeune et dynamique. Il est passionné. Il a mis une bonne structure en place. Il s’est bien entouré avec Darren Rumble, un ancien entraîneur-chef, qui s’occupera des défenseurs. J’ai aussi beaucoup de respect pour Martin Raymond», a ajouté Dominic Deblois.

Au bout du compte, c’est la famille Luneau qui va trancher dans l’intérêt du principal intéressé. Bien qu’une entente serait préférable avant la tenue du repêchage, Dominic Deblois n’imposera aucune pression sur la famille.

«Je ne veux pas brusquer la famille dans son processus de réflexion. Nous avions un plan établi pour le réseau universitaire américain. Tristan a démontré autant d’enthousiasme envers les Olympiques que pour l’Université du Wisconsin. Il se retrouve dans une position enviable. Il serait flatteur pour lui d’être le premier joueur choisi. Il est fier. Ça serait un honneur, mais s’il n’est pas le premier joueur choisi parce qu’il hésite à se compromettre, ça ne sera pas la fin du monde non plus.»

À sa deuxième saison chez les Estacades où il était le capitaine, le défenseur de 6’1’’ a récolté 30 points en 37 matches. Lors d’un entretien avec Le Droit en mars, il avait indiqué qu’il cherchait le meilleur environnement pour poursuivre son développement en tant qu’athlète, sur la glace et hors glace, tout en continuant d’exceller sur les bancs d’école.