Marc Saumier a expliqué que Charles-Antoine Roy n’aurait probablement pas été échangé si les Olympiques avaient atteint leur objectif d’occuper une place entre les positions 8 et 12. En 17e position, il a préféré sacrifier les 29 matches qui restaient à jouer à son capitaine à Gatineau pour empocher un autre choix de première ronde.

Capitaine Roy fait exploser la banque

Les ventes de feu devaient être derrière les Olympiques de Gatineau.

C’était le plan concocté par Alain Sear avant de démissionner de son poste à la direction des opérations hockey en pleine période des transactions dans la LHJMQ.

Quand Marc Saumier a hérité de son rôle, il voulait aussi améliorer l’équipe afin de lui permettre de participer aux séries éliminatoires pour une 36e saison consécutive, mais il ne pouvait pas s’attendre à ce que le Phoenix de Sherbrooke offre un choix de première ronde pour lui ravir son capitaine Charles-Antoine Roy. La donne venait de changer.

Pour convaincre Saumier de lui refiler son meilleur compteur, Jocelyn Thibeault a ajouté des choix de quatrième et huitième rondes en 2020 et un espoir local de l’Intrépide de Gatineau (Samuel Fortier).

« Échanger Charles-Antoine ne faisait pas partie des plans. J’ai dû refuser une dizaine d’offres de Sherbrooke. Ils tenaient vraiment à Charles-Antoine. Quand il a fini par sortir un premier choix en 2022, je ne pouvais pas refuser. Le Phœnix souhaite gagner deux ans de suite. En 2021-22, ils seront en reconstruction. Ce choix pourrait se retrouver dans le boulier et nous donner un autre espoir de premier plan », a-t-il expliqué lundi après la date limite des transactions.

Le gardien Creed Jones a aussi officiellement été troqué à l’Océanic de Rimouski en retour d’un choix de deuxième ronde en 2021. Âgé de 19 ans, Jones rendra de fiers services à l’Océanic qui se débrouille sans son gardien numéro un, Colten Ellis, depuis plusieurs semaines déjà. À Gatineau, Rémi Poirier occupera toute la place.

« C’est son année de repêchage dans la LNH et nous voulons lui offrir toutes les chances de se faire repêcher. Rémi est prêt à jouer plus souvent et le choix de deuxième ronde était intéressant. Maintenant, nos sacrifices sont vraiment terminés », a expliqué Saumier.

Pour combler la perte de Jones, les Olympiques ont versé un choix de 10e ronde en 2022 aux Sea Dogs de Saint-Jean pour obtenir Tommy DaSilva. Âgé de 18 ans comme Poirier, il avait été le premier gardien repêché dans la LHJMQ en 2017. Les Eagles du Cap-Breton l’avaient sélectionné au deuxième tour. Poirier avait été le sixième gardien repêché dans la cuvée de 2017. Coincé derrière trois excellents gardiens au Cap-Breton (Kyle Jessiman, Colten Ellis et Kevin Mandolese), DaSilva a aussitôt été échangé aux Sea Dogs, mais là-bas, il s’était retrouvé derrière une équipe en reconstruction totale. Ce n’était pas une situation idéale pour un gardien de 16 et 17 ans et ses statistiques en ont souffert.

Afin de ne pas miner sa confiance, les Sea Dogs l’avaient envoyé à St-Jérôme dans la Ligue junior AAA du Québec, là où il a maintenu de très bonnes statistiques (moyenne de 2,37 et ,925 % d’arrêt à 17 ans). Cette saison, en 17 matches, il montre une fiche de 3,30 et ,904 % dans une ligue axée sur le jeu offensif.

« Il n’a jamais eu sa chance à Saint-Jean. Il a retrouvé sa confiance dans le junior AAA et il aura une chance d’épauler Rémi ici. »

Enfin, pour compenser une partie de la perte du capitaine Roy, Marc Saumier s’est tourné vers le Titan d’Acadie-Bathurst pour obtenir Evan MacKinnon, un attaquant de 19 ans qui avait été un choix de premier tour des Huskies de Rouyn-Noranda en 2016, mais qui s’est promené d’une équipe à l’autre avant d’aboutir à Gatineau contre un choix de sixième ronde. Il avait récolté 13 points en 35 matches cette saison après en avoir amassé 35 en 67 matches à 18 ans.

« Ce n’est pas un sauveur, mais il va pouvoir nous aider dans un troisième trio. Il a de l’expérience. Il sait qu’il a une dernière chance de montrer qu’il peut jouer à 20 ans. »

Les transactions sont terminées dans la LHJMQ, mais il restera une séance de ballottage mardi. Marc Saumier dit avoir les yeux rivés sur deux ou trois joueurs. « S’ils sont là, nous allons les considérer. Il pourrait y avoir un joueur de 20 ans dans le lot. »

+

Émotions partagées pour Roy et Jones

Retranché dans le midget AAA. Jamais repêché dans la LHJMQ, Charles-Antoine Roy ne pensait jamais valoir aussi cher à sa dernière année chez les Olympiques de Gatineau. Produit local devenu capitaine des Olympiques, Roy est allé rejoindre la meilleure équipe junior au pays lundi quand il a été échangé au Phoenix de Sherbrooke contre des choix de première, quatrième et huitième rondes ainsi qu’un jeune espoir local.

« Si quelqu’un m’avait dit ça à mon premier camp comme joueur invité en 2017, je ne l’aurais jamais cru ! Quand j’ai vu le prix payé par Sherbrooke, j’ai dit à mes coéquipiers des Olympiques que je représentais le midget AA ! J’aurais été bien content de valoir un troisième et un quatrième choix. J’aurai la valeur de cette transaction derrière la tête quand je me présenterai à Sherbrooke, mais je ne changerai pas ma façon de jouer. Je suis un joueur intense et rapide. »

Roy dit avoir appris sa transaction dimanche par l’entremise des réseaux sociaux. Il a aussitôt eu des émotions partagées. « Ce serait mentir de dire que je suis content de partir. Gatineau, c’est ma ville. J’ai toujours été un partisan des Olympiques. En même temps, je suis tellement reconnaissant envers Marc Saumier qui m’offre la chance de terminer ma carrière avec la meilleure équipe de la ligue. Là-bas, j’aurai la chance de terminer ça en beauté. Je comprends les Olympiques d’avoir fait cette transaction. Ils ne pouvaient pas passer à côté de cette offre. »

Le premier réflexe de Roy en apprenant l’échange a été de consulter le calendrier pour voir les matches restant contre les Olympiques. Il y a deux autres rendez-vous, dont un à Gatineau le 7 mars. « Je suis excité. Mon père aussi. C’est une occasion qui ne passera pas deux fois. Ma mère est un peu plus triste de me voir quitter la maison ! »

La saison des Olympiques a été tumultueuse à plusieurs égards, mais Roy a l’impression de laisser une équipe en meilleure santé avec 29 matches à jouer. « Les Olympiques sont entre bonnes mains. Les solutions sont dans la chambre. Ils ont les ressources nécessaires pour gagner. Je souhaite de tout cœur qu’ils accèdent aux séries. »

Creed Jones était un peu plus émotif avant de partir pour Rimouski. Il cassait la croûte avec Braeden Virtue à une heure de son départ quand il a été joint par Le Droit. « Je serai toujours reconnaissant envers les Olympiques. Ils m’ont donné ma première chance. Peu importe ce qui se dit sur le compte de l’organisation, à l’intérieur, notre vestiaire était uni. C’est comme ça que nous avons pu surmonter notre série de défaites. J’étais à l’aise ici. C’est dur de partir. Je suis triste d’avoir été ici pendant une reconstruction. Je ne pourrai pas profiter de ses bienfaits, mais les jeunes sont chanceux. Ils vont bientôt avoir la chance de former une équipe dominante. »

Jones a cependant hâte de se joindre à une équipe aspirante et de retrouver son ami Olivier Bourret à Rimouski. « Je n’ai entendu que de bonnes choses au sujet de l’Océanic et ils veulent que je sois leur gars de confiance en attendant le retour de Colten Ellis. Tout ça est bien excitant. »