Brodeur a blanchi ses opposants pendant 194 minutes et 32 secondes consécutives, un nouveau record d'équipe.

Brodeur établit un record dans la défaite

Son père est détenteur du record du plus grand nombre de blanchissages dans la LNH. Anthony Brodeur a maintenant son record bien à lui.
En fermant la porte aux Tigres de Victoriaville jusqu'en troisième période, le gardien de 18 ans a pulvérisé un vieux record d'équipe établi par Frédéric Mallette. En 1998, ce dernier avait blanchi l'adversaire pendant 170 minutes. Seize ans plus tard, Brodeur a surpassé cette marque en blanchissant ses opposants pendant 194 minutes et 32 secondes.
Samuel Blais a mis fin à cette séquence, la troisième plus longue de l'histoire de la LHJMQ, en le déjouant pendant une punition à Émile Poirier à la neuvième minute du dernier vingt.
Malheureusement pour le nouveau recordman, le but de Blais a été le seul du match. Ironiquement, ce sont les Tigres de Victoriaville qui ont quitté le centre Robert-Guertin avec une victoire par blanchissage de 1-0.
Avant d'entreprendre la partie, la séquence sans but de Brodeur était la 32e plus longue de l'histoire. Pendant la soirée, il a notamment surpassé les marques de José Théodore, Jean-Sébastien Giguère et Corey Crawford. À présent, seuls Mathieu Chouinard (207 minutes) et François Brassard (212 minutes) ont blanchi l'adversaire plus longtemps que lui.
Aidé par un poteau et un arrêt miraculeux contre Jan Mandat en deuxième période, Anthony Brodeur donnait l'impression qu'il n'allait jamais craquer. L'arrêt vintage contre Mandat avec son bâton contre la ligne a fait penser à son «bonhomme», mais la défaite a quelque peu entaché l'entrée de Brodeur dans le livre des records des Olympiques de Hull/Gatineau.
Gagner avant tout
«Je voulais gagner avant tout. C'est le but principal d'une partie de hockey. Le but n'est pas d'établir des records, mais j'avoue que j'y ai pensé à quelques reprises durant le match. Je n'avais cependant pas pris le temps de regarder la liste des gardiens que je devais rattraper. Ce sont les journalistes qui m'ont mis la puce à l'oreille au sujet de ce record. J'essayais de ne pas trop y penser, mais c'est arrivé quand j'ai privé (Mandat) d'un but. Je me suis dit que j'avais joué de chance et qu'il fallait continuer parce qu'il restait encore beaucoup de temps au match.»
Brodeur n'est pas dupe. Il savait que son heureuse séquence allait prendre fin à un moment ou un autre. 
«Je savais qu'un but allait être compté éventuellement, mais je suis content de mon jeu depuis quelques matches.»
Devant son écran à la maison, Martin Brodeur regardait la partie d'Anthony. «Il ne jouait pas ce soir et nous avions eu une bonne conversation pendant la journée. Je suis sûr qu'il va être très content pour moi.»
Le jeu étincelant de Brodeur a soulagé les 2334 spectateurs du centre Guertin qui n'ont pas eu beaucoup d'offensive à se mettre sous la dent. Les Olympiques n'ont pas généré plusieurs chances autour du filet défendu par François Tremblay, qui a cependant fait face à 34 lancers tout comme le gardien gatinois. Les Olympiques n'ont offert aucune marge de manoeuvre à leur gardien, ce qui a soulevé l'ire de l'entraîneur-chef Benoît Groulx, de retour derrière le banc des siens après neuf matches d'absence.
Groulx pas satisfait
Groulx n'a pas aimé la sortie de ses joueurs les plus costauds contre l'imposante équipe des Tigres (17-19-6).
«Notre meilleur joueur ce soir a été Jonathan Bourcier et il mesure 5' 6". Il s'est impliqué physiquement. Il a compétitionné. Il a frappé Jonathan Diaby (6' 5") trois fois. Faut croire que nos joueurs de 6' 1" pensaient qu'ils n'avaient pas le droit de lui toucher. Nos gros joueurs de 6' 1", qui se disaient taillés sur mesure pour ce genre de match, nous ne les avons pas vus. Ils n'ont pas donné de mise en échec et ils n'en ont pas reçu non plus.»
Le pilote gatinois a trouvé que le match avait une saveur des séries et il s'est dit frustré par l'invisibilité de certains joueurs. «Nous n'avons pas testé leur gardien parce que nous n'étions pas devant son filet.»
Groulx a loué la combativité de son gardien dans la défaite. «Il nous a gardés dans le match. Il a connu une bonne séquence où il n'avait pas vraiment été testé. Ça fait longtemps qu'on attendait une prestation comme celle de ce soir.»
Les Olympiques (27-15-1) compléteront leur week-end en accueillant l'Océanic de Rimouski dimanche après-midi.