Capitaine de la saison 2016-17 des Olympiques de Gatineau, Marc-Olivier Crevier-Morin a tendu le flambeau au niveau capitaine, Alex Breton pendant une cérémonie d'avant-match émotive avec quelques anciens joueurs des 44 premières saisons de la franchise.

Breton prend le flambeau

Le match d'ouverture de la saison locale des Olympiques a peut-être été gâché après une seule période de jeu, mais il y a au moins un joueur de l'équipe gatinoise qui conservera des souvenirs impérissables de cette journée.
Alex Breton doit être le premier capitaine de l'histoire de la franchise à avoir été présenté de façon aussi spectaculaire. Sa nomination a été soigneusement préparée.
Pour lancer la 45e saison des Olympiques dans la LHJMQ, John Chabot, Stéphane Matteau, Joël Blain et Éric Lafrance sont apparus sur la glace, patins aux pieds et vêtus du chandail du club. Ces anciennes gloires de l'équipe se sont dirigées vers le milieu d'un cercle des mises en jeu aux quatre coins de la patinoire. Les joueurs de l'édition 2017-18 présentés à la foule allaient ensuite rejoindre une des quatre légendes.
Puis, Marc-Olivier Crevier-Morin, capitaine de la dernière saison, est sorti avec un flambeau olympique qu'il a tendu aux Chabot, Matteau, Blain et Lafrance.
Ils ont chacun soulevé la torche pour la remettre à Crevier-Morin qui est allé le remettre dans les mains de Breton au centre de la patinoire. Tous les joueurs ont ensuite entouré leur nouveau capitaine.
Sous les applaudissements de la foule, Breton a brandi la flamme qui soulève les passions des partisans gatinois depuis 44 ans. 
« C'était un moment vraiment incroyable. Je ne voyais pas grand-chose avec les projecteurs qui étaient sur moi. J'entendais le son et je ne voulais pas échapper le flambeau ! Quand j'ai vu les joueurs des anciennes éditions qui étaient sur la glace, j'ai compris que l'organisation existait depuis longtemps et que mon rôle serait important. Je vais le prendre à coeur », a dit le défenseur de 20 ans.
Un ami célèbre
Natif de Ste-Marie-de-Beauce, Breton est loin d'être le hockeyeur le plus connu de sa petite municipalité. Thomas Chabot, jeune espoir des Sénateurs d'Ottawa et joueur le plus utile du dernier Championnat du monde junior, est pratiquement son voisin. « J'habite à cinq maisons de chez lui. C'est mon meilleur ami. Nous avons joué tout notre hockey mineur ensemble. Je ne peux pas le connaître plus que je ne le connais là. Il m'a félicité. Il ne m'a pas donné de conseils sur mon nouveau rôle, mais je suis sûr qu'il pourra m'aider si j'en ai besoin », a-t-il au sujet de celui qui était adjoint au capitaine chez les Sea Dogs de Saint-Jean, champions de la coupe du Président, l'an dernier.
Alexandre Landreville et Will Thompson, les deux autres joueurs de 20 ans des Olympiques, seront ses adjoints cette saison.
Pour l'entraîneur-chef Éric Landry, le choix de Breton s'est imposé naturellement. « Nous avons discuté longuement de la question du capitaine avec tout le personnel de hockey. Nous avons même consulté le thérapeute et le préposé à l'équipement parce qu'ils voient vraiment ce qui se passe dans le vestiaire et les interactions entre les joueurs. »
Essentiellement, Landry et son groupe ont arrêté leur choix sur Breton parce qu'il était avec l'équipe depuis plusieurs saisons et parce qu'il correspondait au type de joueur recherché par l'organisation.
Alex Breton n'aurait jamais pu devenir capitaine des Olympiques si son ancien DG chez les Tigres de Victoriaville ne l'avait pas recommandé à Benoît Groulx pendant la saison 2014-15. Jérôme Mésonéro venait de quitter son poste pour devenir recruteur avec l'Avalanche du Colorado. Il était un ami de Groulx. Ce dernier était mal pris avec des blessures à plusieurs de ses défenseurs.
Repêché en 11e ronde en 2014, Breton ne semblait pas dans les plans des Tigres et Mésonéro l'avait recommandé à Groulx.
À l'époque, Breton devait être une solution temporaire. « Gatineau avait bien des blessés et j'avais été échangé aux Olympiques. Le lendemain, Benoît Groulx m'a téléphoné pour me dire qu'il voulait me faire jouer à Shawinigan. Il m'a dit que son chum Jérôme Mésonéro avait beaucoup confiance en moi. J'en dois une à Jérôme je pense ! »
Il faut dire que Breton connaissait toute une saison dans la Ligue midget AAA du Québec. À 17 ans, il était le meilleur compteur parmi les défenseurs de la ligue.
« J'avais quand même cette étiquette de choix de 11e ronde dont je devais me défaire. Je ne savais pas du tout ce qui m'attendait à Gatineau, mais je leur ai forcé la main parce qu'après les Fêtes, ils m'ont gardé pour le reste de l'année. »
Aujourd'hui, ce choix de 11e ronde laissé pour compte à Victoriaville est devenu le nouveau capitaine des Olympiques avec qui il a disputé chacun de ses 199 matches de saison régulière et des séries dans la LHJMQ.