Le retour au jeu du capitaine Alex Breton change complètement le portrait de la défensive des Olympiques. Il s’attend à passer de longues minutes sur la patinoire pour épier les meilleurs joueurs des Tigres.

Breton croit aux chances de son équipe

Les « experts » se sont prononcés. Journalistes de la télé, de la radio et des journaux avancent que les Olympiques de Gatineau s’en vont à l’abattoir contre les Tigres de Victoriaville, la meilleure équipe de la LHJMQ depuis la mi-février.

Dans le meilleur des scénarios, certains ont donné un match aux Gatinois, mais c’est sur la patinoire que ça va se décider et même si c’était bien tranquille après le dernier entraînement des Olympiques jeudi, personne ne semblait battu d’avance.

De retour en santé, le capitaine Alex Breton avait même plusieurs raisons de croire que son équipe pouvait donner du fil à retordre aux Tigres dès vendredi soir au Colisée Desjardins.

« Ce sont mes dernières séries en carrière et je veux en profiter au maximum. Je vais tout faire pour sortir vainqueur de la prochaine série. Oui, nous avons souvent eu des creux cette saison, mais nous avons toujours trouvé le moyen de revenir en force avec une série de victoires. La saison s’est mal terminée, mais je suis au sommet de ma forme. Je dirais même que je suis à 100 %. Je suis prêt à jouer 36 minutes pour suivre Vitalii (Abramov) s’il le faut ! »

Auteur de 104 points en saison, Abramov est le fer de lance du redoutable premier trio des Tigres complété par Maxime Comtois et Ivan Kosorenkov. Même s’il a amassé des points à la pelletée en fin de saison, Abramov a été « limité » à deux points contre les Olympiques à ses deux matches contre ses anciens coéquipiers.

Breton et ses coéquipiers ont bien l’intention de ne pas le lâcher d’une semelle.

« Je pense que c’est mieux pour nous de l’avoir connu. Ça peut nous aider. Si nous réussissons à le contenir, il va vouloir en faire davantage pour aider son équipe et ça va le sortir de son plan de match. »

Rare avantage des Olympiques dans cette série, ils sont plus imposants sur le plan physique que les Tigres. À cet égard, le plan sera de les avoir à l’usure.

« Il faudra sortir avec une victoire le plus vite possible, dit Breton. Si nous pouvons étirer la série, ça sera mieux pour nous. Les Tigres ont du talent. On ne pourra pas jouer leur style. Nous n’avons pas leurs habiletés. Il faut jouer à l’intérieur de nos limites avec notre style de jeu au lieu de s’adapter au leur. Nous croyons en nos moyens. Dans les séries, tout peut arriver. »

L’entraîneur-chef Éric Landry a aussi ajouté qu’il s’en allait à Victoriaville pour surprendre les Tigres.

« Quand tu es favori, tu peux prendre une débarque. Les négligés ont moins de pression et si nous posons de bonnes actions, nous aurons le momentum de notre côté. »

Landry ne demandera pas à son équipe de donner un spectacle dans les deux premiers matches sur la route.

« Les Tigres vont venir dans notre zone, c’est officiel, mais il faudra limiter le temps et l’espace de leurs joueurs pour qu’ils dépensent de l’énergie. Nous avons de gros joueurs capables d’épuiser l’adversaire. Si nous faisons cela, nous mettrons les probabilités de notre côté. »

Lorsqu’on lui fait remarquer que les Olympiques ont l’habitude de causer des surprises en séries, Landry trouve le moyen d’en rire.

« Si tout le monde s’attend à ce qu’on cause une surprise, est-ce que ça demeure une surprise ? L’important, c’est qu’il faut être une équipe difficile à affronter. »

Pour y arriver, les Olympiques pourront aussi compter sur le retour au jeu du vétéran Giordano Finoro pour le premier match des séries. Avec Breton, il a été le joueur le plus constant du club cette saison.

LES 67'S DOUBLÉS PAR LES BULLDOGS EN OUVERTURE DES SÉRIES

Les Bulldogs de Hamilton ont continué leur domination des 67’s d’Ottawa à l’ouverture des séries éliminatoires de la Ligue de l’Ontario jeudi soir au First Ontario Center.

Les champions de la conférence de l’Est avaient balayé leur série de cinq matches contre les 67’s en saison régulière et malgré un bon départ des visiteurs, les protégés d’André Tourigny n’ont pas pu trouver une solution pour les Bulldogs.

Ceux-ci ont doublé les 67’s 6-3 dans le premier match de cette série quatre de sept. Espoir des Blues de St-Louis, Robert Thomas a été la bougie d’allumage des vainqueurs avec soirée de deux buts et quatre points.

Les deux autres membres de son trio ont également donné du mal au gardien Olivier Tremblay. Matthew Strome a inscrit un but et deux passes et Brandon Saigon a compté deux fois en plus de se faire complice d’un autre but.

L’autre but des Bulldogs a été l’œuvre de Benjamin Gleason alors que le trio de l’Ottavien Will Bitten a été tenu en échec.

Jeune frère de l’espoir du Canadien de Montréal, Samuel Bitten avait été le premier marqueur de la soirée. Son but compté en avantage numérique avait donné une avance de 1-0 aux 67’s, mais les deux clubs sont rentrés au vestiaire avec un score de 1-1 après 20 minutes.

Les deux clubs se sont échangé cinq buts en deuxième période. Le défenseur Noel Hoefenmayer a marqué deux fois plutôt qu’une. Son deuxième but avait créé l’égalité 3-3 à la 37e minute de jeu, mais Brandon Saigon a répliqué 43 secondes plus tard avec le but qui allait devenir celui de la victoire.

Hoefenmayer a participé aux trois buts des 67’s dans le revers pour porter sa fiche en carrière à 10 points en 11 matches des séries. Sasha Chmelevski et Travis Barron ont chacun amassé deux passes dans ce premier duel légèrement dominé 25-23 par les Bulldogs dans les tirs au but.

Les 67’s tenteront de niveler cette série dimanche, toujours à Hamilton. Les troisième et quatrième matches auront lieu à Ottawa mardi et mercredi prochains.